Aller au contenu principal
Body

DISSIDENCE CITOYENNE

L’Aza amazigh : emblème de l’union des peuples d’Afrique du Nord

Les policiers qui ont arraché des drapeaux amazighs à des manifestants lors de la marche du mouvement populaire du 19 avril à Alger ne connaissaient certainement pas la valeur du symbole qu’ils venaient de violenter ! L’ont-il fait de leur propre initiative ou ont-il exécuté un ordre de leur supérieur ? Qu’importe.

Ce geste dénote surtout la persistance de l’ostracisme et le refus d’assumer notre identité nationale multimillénaire.

Ce déni d’identité, en se cherchant une identité de substitution du côté du mont  Arafat, a une origine historique : il vient du mouvement des Oulémas dans les années 1930, relayé par une branche traditionaliste et citadine du PPA-MTLD, représentée par le personnage d’Ahmed Messali. Pour cette tendance, l’Algérie n’existait que depuis le 7eme siècle, avec l’avènement de l’islam en Afrique du Nord. Avant c’était le néant, l’absence d’histoire, de peuple, de culture : el djahiliya !

Trois mille ans d’histoire passés à la trappe.

Cette vision erronée de l’histoire, pourtant disqualifiée par la mobilisation unitaire du peuple, avec sa culture et ses mécanismes de défense et de solidarité, n’a pas disparu à l’indépendance politique en 1962. Elle a même été renforcée par l’engagement du pays dans la voie du nationalisme arabe nassérien sous Ben Bella.

L’arabisation de l’enseignement, avec un corps enseignant majoritairement acquis à l’arabisme, ont fait le reste : faire table rase de l’histoire, de la langue et de la culture du sous-continent nord-africain. Les moyens de l’État avaient été mis au service de la répression où la découverte de quelques caractères tifinagh dans un cahier pouvait mener le collégien à la prison. C’était cela l’un des visages du système politique algérien !

Le printemps amazigh de 1980 avait fait irruption de manière fulgurante sur la scène politique algérienne pour mettre en échec le génocide culturel programmé par le FLN. On ne peut comprendre la dynamique de mobilisation, en Kabylie particulièrement, si l’on n’évalue pas l’enjeu : c’était une question de vie ou de mort d’un peuple.

La diffusion de l’emblème amazigh à partir de 1980 a rencontré un accueil très favorable dans toutes les communautés amazighophone d’Afrique du Nord. Il est aujourd’hui adopté par tous, par les amazighophones comme les darjophones (‘’arabophones’’). Il est présent partout, au Maroc, en Libye, au Mali du Nord (Azawad), en Tunisie, dans les Îles Canaries. Ce n’est pas le drapeau de ‘’la république de Tizi Ouzou’’ !

Par cet emblème, les algériens et les nord-africains en général, retrouvent et assument leur identité : ils ne sont ni d’Orient, ni d’Occident, et les langues populaires, tamazight et dardja, sont complémentaires. Elles ne sont pas ennemies.

Cette vision unitaire, traduite par cet emblème, l’Aza amazigh , est la seule voie pour réaliser le projet d’union des peuples et des États d’Afrique du Nord.

Là où l’arabo-islamisme, avec ses innombrables versions ‘’d’union du Maghreb arabe’’, a lamentablement échoué, le projet amazigh réalisera cette union, car allant naturellement dans le sens de l’histoire.

A.U.L.

Notes :

On apprend que lors de la marche du 26 avril, les gendarmes qui ont été envoyés pour bloquer la venue des manifestants vers Alger confisquent les drapeaux algériens (information donnée par un militant des droits de l’Homme à qui il a été confisqué personnellement) !

Après l’arrachage du drapeau amazigh, c’est au tour du drapeau algérien. C’était probablement pour promouvoir la visibilité des drapeaux palestiniens !

Une information persistance circulent dans le pays : ‘’c’est la police politique qui diffuse ces drapeaux palestiniens pour semer la confusion et tenter de noyer les drapeaux amazighs. C’est fort plausible, dans cette période de manipulations, de provocations pour casser le mouvement populaire et des guerres acharnées entre les clans pour détourner le mouvement à leur profit. La fin justifie les moyens.

Auteur
Aumer U Lamara, écrivain.
 

Commentaires

Permalien

LA CONSTRUCTION D’UNE NOUVELLE RÉPUBLIQUE :
L’unique solution durable pour l'Algérie, réside dans la mise en place d’une convention nationale, une plate forme d’union (confédération) à faire ratifier et signer par les représentants légitimes et élus des peuples d’Algérie, et non pas par les partis ou les personnalités politiques qui ne représentent qu’eux même……. !!!

En Algérie il n’y a pas un seul mais plusieurs peuples, sauf les aveugles qui refusent de voir la chose, pourtant la réalité est "claire comme le soleil" comme dit un proverbe targui.
Les Touaregs / Kabyles / Chawis / Mozabites / Zénètes / Chambas / les Soufis…etc / les habitants des Grandes métropoles doivent élire leurs représentants à la convention nationale pour l'instauration des Etats Unis d'Algérie........!!!

Les préalables à l’instauration d’un système fédéral :
1. Adoption par la convention nationale d’un régime parlementaire avec des élections à la proportionnelle à tous les niveaux.
2. Remplacement des 48 Wilaya par 21 Régions autonomes, avec des parlements et gouvernements régionaux.
3. Suppression des Dairas.
4. Doter les 21 régions de tous les Ministères sauf ceux des Affaires étrangères et de la Défense qui seront du ressort exclusif du Gouvernement Confédéral.
5. Construction de la Capitale politique (fédérale) au centre du pays (El-Goléa, située à 1000 Km d’Alger et de Tamanrasset)
6. Alger deviendra la capitale économique du pays.
7. Retirer l’Algérie des Organisations Régionales à caractère ethnique (U.M.A & Ligue Arabe).
8. proposer à nos voisins (Tunisie/Maroc) la création d'une union économique dite "Union des Etats d'Afrique du Nord", (*)avec une monnaie unique et suppression des frontières douanières.
(*) avec un élargissement aux autres pays de l'Afrique du Nord.....:!!!

Les principales dispositions à revoir dans la future constitution Algérienne :

a- Suppression des dispositions à caractère ethnique (exemple : Algérie terre Arabe).
b- Suppression de la disposition : « Islam religion de l’Etat » (séparation de la religion de l’Etat).
c- Mettre sur un pied d’égalité Tamazight et l’arabe Algérien comme langues officielles.
d- Consacrer les langues (Français + l’Anglais) comme langues de travail et d’enseignement dans les domaines économiques, la recherche universitaire et scientifique.
e- Interdire l’utilisation des appartenances raciales, religieuses ou linguistiques à des fins politiques.
f- Protéger les symboles de la guerre d’indépendance (le Chahid + le Moudjahid, le FLN et l’UGTA) de toute utilisation politique ou syndicale.
g- Rattacher le ministère des Moudjahidines au Ministère de la Défense……… !!!
h- Suppression du Ministère des Affaires religieuses.

N.B / Inscrire parmi les grands projets à réaliser en urgence : une autoroute doublée d’une ligne de chemin de fer
Alger / nouvelle Capitale / Tamanrasset.
Faire de Tamanrasset le Dubaï de l’Afrique par la création d’une zone franche et de deux HUB terrestre et aérien,
Elle deviendra un carrefour entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen Orient dans les domaines commerciaux et
Touristiques.

Comment construire une nouvelle nation… ???
Les exemples à travers l’histoire de l’humanité sont légion :
Des peuples ont réussis avec succès à édifier une nouvelle nation, les modèles les plus célèbres sont :

1. La convention de création des Etats Unis d’Amérique en 1781.
Son principale fondement l’adhésion libre des Etats (tout a fait indépendants) à une confédération, le second Congrès continental de 1781 qui a ratifié les Articles de la Confédération à rédigé la Constitution des Etats Unis lors de la Convention de Philadelphie en 1787, ce texte a été ratifiés en 1791, demeure aujourd’hui encore le fondement de la démocratie américaine.
2. Le projet de renaissance de la Turquie porté le nationaliste Kamel Attatuk (*).
Kamel Attaturk avait réunis toute l’élite de la Turquie dans une ile, à qui il a confié le travail de ce que nous appelons la Constituante c'est-à-dire la mise en place d’un projet de société.
Ces deux exemples ont le mérite d’avoir une longévité qui dépasse tout entendement.
(*) Le seul reproche qu’on peut à faire au projet de Kamel Attaturk c’est la marginalisation du peuple Kurde, qui à payé et continu de payer un lourd fardeau. !!!

Permalien

LA CONSTRUCTION D’UNE NOUVELLE REPUBLIQUE :
L’unique solution durable pour l'Algérie, réside dans la mise en place d’une convention nationale, une plate forme d’union (confédération ou Fédération) à faire ratifier et signer par les représentants légitimes et élus des peuples d’Algérie, et non pas par les partis ou les personnalités politiques qui ne représentent qu’eux même……. !!!

En Algérie il n’y a pas un seul mais plusieurs peuples, sauf les aveugles qui refusent de voir la chose, pourtant la réalité est "claire comme le soleil" comme dit un proverbe targui.
Les Touaregs / Kabyles / Chawis / Mozabites / Zénètes / Chambas / Soufis…etc / plus les habitants des Grandes métropoles doivent élire leurs représentants à la convention nationale pour l'instauration des Etats Unis d'Algérie........!!!

Les préalables à l’instauration d’un système fédéral :
1. Adoption par la convention nationale d’un régime parlementaire avec des élections à la proportionnelle à tous les niveaux.
2. Remplacement des 48 Wilaya par 21 Régions autonomes, avec des parlements et gouvernements régionaux.
3. Suppression des Dairas.
4. Doter les 21 régions de tous les Ministères sauf ceux des Affaires étrangères et de la Défense qui seront du ressort exclusif du Gouvernement Fédéral ou Confédéral.
5. Construction de la Capitale politique (fédérale) au centre du pays (El-Goléa, située à 1000 Km d’Alger et de Tamanrasset)
6. Alger deviendra la capitale économique du pays.
7. Retirer l’Algérie des Organisations Régionales à caractère ethnique (U.M.A & Ligue Arabe).
8. proposer à nos voisins : la Tunisie et le Maroc, la création d'une union économique dite "Union des Etats d'Afrique du Nord", avec une monnaie unique et suppression des frontières douanières (les autres pays suivront avec le temps).

Les principales dispositions constitutionnelles à revoir dans la future constitution :

a- Suppression des dispositions à caractère ethnique (exemple : Algérie terre Arabe).
b- Suppression de la disposition : « Islam religion de l’Etat » (séparation de la religion de l’Etat).
c- Mettre sur un pied d’égalité Tamazight et l’arabe Algérien comme langues officielles.
d- Consacrer les langues (Français + l’Anglais) comme langues de travail et d’enseignement dans les domaines économiques, la recherche universitaire et scientifique.
e- Interdire l’utilisation des appartenances raciales, religieuses ou linguistiques à des fins politiques.
f- Protéger les symboles de la guerre d’indépendance (le Chahid + le Moudjahid, le FLN et l’UGTA) de toute utilisation politique ou syndicale.
g- Rattacher le ministère des Moudjahidines au Ministère de la Défense……… !!!
h- Suppression du Ministère des Affaires religieuses.

N.B / Inscrire parmi les grands projets à réaliser en urgence : une autoroute doublée d’une ligne de chemin de fer
Alger / nouvelle Capitale / Tamanrasset.
Faire de Tamanrasset le Dubaï de l’Afrique par la création d’une zone franche et de deux HUB terrestre et aérien,
Elle deviendra un carrefour entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen Orient dans les domaines commerciaux et
Touristiques.

Comment construire une nouvelle nation… ???
Les exemples à travers l’histoire de l’humanité sont légion :
Des peuples ont réussis avec succès à édifier une nouvelle nation, les modèles les plus célèbres sont :

1. La convention de création des Etats Unis d’Amérique en 1781.
Son principale fondement l’adhésion libre des Etats (tout a fait indépendants) à une confédération, le second Congrès continental de 1781 qui a ratifié les Articles de la Confédération à rédigé la Constitution des Etats Unis lors de la Convention de Philadelphie en 1787, ce texte a été ratifiés en 1791, demeure aujourd’hui encore le fondement de la démocratie américaine.
2. Le projet de renaissance de la Turquie porté le nationaliste Kamel Attatuk (*).
Kamel Attaturk avait réunis toute l’élite de la Turquie dans une ile, à qui il a confié le travail de ce que nous appelons la Constituante c'est-à-dire la mise en place d’un projet de société.
Ces deux exemples ont le mérite d’avoir une longévité qui dépasse tout entendement.
(*) Le seul reproche qu’on peut à faire au projet de Kamel Attaturk c’est la marginalisation du peuple Kurde, qui à payé et continu de payer un lourd fardeau. !!!

Ajouter un commentaire