Aller au contenu principal
Body

DISSIDENCE CITOYENNE

Le 25 ème vendredi de mobilisation et de résistance à Akbou

Le comité des citoyens de la Soummam a exhorté la population à une marche prévue pour aujourd'hui le vendredi 09 août à travers un appel comme pour réitérer ses revendications relatives au départ du système guidé par le général-major Gaïd Salah.

Ce dernier a exclu d'autorité toute voie de dialogue et toute solution en relation avec l’exigence des Algériens d’une période de transition nécessaire pour la reconstruction radicale d’un État de droit basé sur une réelle justice.

Le dernier discours du général a déçu le peuple algérien après ses menaces et ses « injonctions » d’aller aux élections présidentielles dans les plus brefs délais en rejetant ainsi les revendications des millions d’Algériens qui sortaient chaque vendredi pour les mêmes objectifs.

Le panel guidé par le pouvoir pour une éventuelle solution à la crise algérienne et  piloté par Karim Younes, l‘ex-enfant du système que la base populaire refuse d’ailleurs, est conçu tel un simulacre par la base populaire.

La marche d’Akbou a commencé, comme à l’accoutumée, à partir de la trémie de Guendouza où une grande masse de citoyens scandait des slogans très hostiles au pouvoir à fortiori à Gaid Salah l’accusant d’être à la solde des étrangers c'est-à-dire des émirats et de la France comme, d’autres le qualifient d’élément dangereux pour l’unité nationale en tentant une division tantôt et de la provocation tantôt. 

Un jeune étudiant F. Hakim,  qui tenait une pancarte où est écrit ceci : « koulna yetnahaw gaa » a osé nous laisser son impression quant à cette énième manifestation en déclarant ceci : Nous refusons le retour d’un État militaire encore une autre fois, nous sommes décidé à mourir pour cet objectif, que Gaid Salah sache que le peuple est mature et résolu à arracher une deuxième république vidée de tous ces vampires qui ont mis l’Algérie à sec ».

La solution doit émaner des militaires qui ne veulent pas écouter le peuple qui est censé être la source du pouvoir. La façon dont a choisie Gaid pour imposer son autorité est un acte anticonstitutionnel puisque nous sommes une république dont la souveraineté appartient au peuple, cette définition semble déranger les décideurs qui continuent à opter pour des manœuvres  dans l’espoir de gagner du temps.

La marche d'Akbou a été une réussite totale vu le nombre de participants qui ont défié une chaleur de plomb pourvu que vive l’Algérie. Comme d’habitude la marche a pris fin à la place centrale de la ville où des jeunes prenaient des photos  en guise de souvenir pour immortaliser l’événement.

Auteur
Rachid Chekri
 

Ajouter un commentaire