Aller au contenu principal
Body

Contribution

Le blabla économique et politique de l'Algérie

En Algérie, on continue à rêver et à vivre du vent, des promesses, des rumeurs, de la spéculation, de la petite politique et du désordre économique, au moment où beaucoup de pays semblent avoir trouver les voies et moyens pour créer de la richesse, augmenter la productivité et assurer un niveau de vie des plus satisfaisant. Combien de fois nos pouvoirs publics avaient promis d’être au rendez-vous de la croissance économique et de l'amélioration des conditions vie des citoyens.

Pourtant, pour ne citer que l'exemple du marché de travail, depuis 2014, l’Algérie affiche la pire performance en matière de création d’emplois. L’emploi à l’échelle nationale a malheureusement régressé à un rythme relativement plus rapide au cours de ces cinq dernières années notamment. Passons cet élément (le chômage) bien que révélateur d’une crise aiguë. Posons-nous la question de savoir, pourquoi, subitement, autant de grèves, de manifestations et de désordre, et pourquoi les pouvoirs publics répondent à ces protestataires par des déploiements de centaines, voire de milliers d’agents de police, recourant souvent à la force par le bâton, en guise de réponses à ces multiples revendications, pourtant légitimes.

Nous comprenons parfaitement que la solution, la moins mauvaise, à toutes ces manifestations populaires, est conditionnée, par la combinaison de la volonté du pouvoir à s’ouvrir au dialogue, pour discuter et trouver ensemble les meilleures réponses, et naturellement, la disponibilité des moyens financiers, à même de prendre en charge les coûts de toutes les exigences et des extra qui gravitent autour. En définitive, ni le dialogue tant attendu, ni les finances ne sont malheureusement au rendez-vous.

S'agissant du dialogue, les gouvernants semblent intransigeants, puisque cette perspective de discussion avec les manifestants et les syndicats, s’éloigne de plus en plus. Il faut reconnaître aussi l'incapacité du pouvoir à convaincre. Il est sans aucun doute à court d'arguments convaincants et d'alternatives crédibles. Pourtant, il est bel et bien conscient de la gravité de la situation et du risque de voir les conflits déraper ou prendre des proportions alarmantes. La manœuvre du pouvoir ne semble donc pas habile car, se faisant, elle pousse la société civile à l’exaspération et à la colère. Il y a aussi les finances qui font défaut aujourd’hui.

Rappelons-nous l'intervention du ministre de l’intérieur, lors de sa rencontre avec les walis, à Constantine, qui a dit: ‘’Les réserves pétrolières sont épuisées, il n’y a plus d’argent’’. Mais posons-nous la question de savoir qui est responsable et le pourquoi, de cet échec. Oui, il s'agit bien d'un échec, pour un pays qui exportait du pétrole et du gaz, qui n'avait aucune dette à rembourser au cours des douze dernières années, qui a un potentiel jeunesse extraordinaire, qui a été déjà secoué par une crise pétrolière sans pareil et qui avait les capacités et une marge de manœuvre jamais égalées, pour diversifier ses investissements. La leçon de 1994, lorsque le FMI nous a imposé son diktat n'a pas été apprise. Nos dirigeants ont tourné le dos aux choses sérieuses; ils dépensaient sans compter et sans être comptables de leurs actions, tant et aussi longtemps que le pétrole se vendait à plus de 100 dollars le baril.

Ce n'est ni la main étrangère qui en est responsable de notre malheur, ni la main intérieur, ni le Mossad, ni encore Moussa Hadj. Ce sont tout simplement ces hautes personnalités de chez nous, censées nous guider, nous sécuriser, nous former et informer, nous faciliter la vie... qui en sont les artisans de cet échec. Nous récoltons aujourd'hui ce que ces gouvernants ont semé pendant un peu plus d'une décennie. Et voilà que nous n'exportons que des hydrocarbures, rien que des hydrocarbures et toujours des hydrocarbures; alors que nous importons tout ce que grand Dieu a bien voulu offrir à l'humanité.

Pour ceux qui aiment les chiffres, globalement, nous exportons pour un peu plus de 30 milliards de dollars et nous importons jusqu’à 42 milliards de dollars, annuellement bien sûr. L'écart est tout de même significatif et la situation se complique davantage, quant on sait que le coffre de Régulation des Recettes à été vidé avant 2017 et que notre seule bouffée d'oxygène, qui reste quelque peu salvatrice, à savoir: ''les réserves de change'', va rapidement s'évaporer, face aux grands besoins du pays, puisqu'on jure de ne disposer que de 90 milliards de dollars aujourd'hui. Pour en finir avec les chiffres, j’aimerais dire combien il est incroyable et ridicule en même temps, de constater la création d’à peine, l'équivalent de 300 milliards de dollars d’infrastructures, sur une dépense d'un plus de 800 milliards de dollars, au plan national. L’écart, là aussi, est inimaginable !

La mise en poche sous la table, les pots de vin, la surfacturation, les grands méchouis et l'achat de la paix sociale pour des intérêts inavoués, ont été privilégiés dans cette lourde dépense. Elle aurait pu (cette dépense), si utilisée honnêtement et à bon escient, donner la chance aux algériens de mener un train de vie semblable à celui de la Suède ou de la Norvège, aujourd'hui. Ce sont à juste titre, ces mauvaises conditions de vie, dans notre pays, cette injustice, cette hogra, ces deux poids deux mesures... et cette fixations sur les meilleures conditions de vie à l'étranger, qui incitent nos jeunes à quitter le sol natal, au risque de leur vie.

L’incertitude règne sur l’avenir de l’Algérie. Il est urgent que tout cela cesse, que chaque dirigeant fasse son mea-culpa, que la bonne gouvernance démocratique s’installe solidement et que le pays s’ouvre aux débats porteurs, et surtout remis véritablement et totalement à ses enfants. Que nos dirigeants arrêtent leur blabla stérile et sans importance. Qu'ils permettent l'alternance au pouvoir et donner ainsi la chance à ceux qui peuvent susciter le vrai bingbing économique et politique de l'Algérie. Il est surtout grand temps, de sortir l’Algérie du tout pétrole, du tout mensonge et du tout blabla, faute de quoi, c'est l'avenir des générations futures que sera compromis.

Auteur
Ahcéne Moussi, Économiste et président MMC Canada
 

Commentaires

Permalien

Je pense que la majorité des lecteurs de cet article conviendront que son diagnostic est pertinent, voire évident. Mais ces rappels signifiés par des spécialiste de l''économie, du politique ne viennent pas uniquement de nos économistes ou politiciens ! Des profanes pourraient porter le même jugement sur ces errements de gestion mettant en danger tout le pays et ses habitants. De simple paysans ayant du bon sens, ne feraient pas de pareilles graves erreurs. Nous avions une industrie naissante, où est-elle, nous avions des cadres de haut niveau où sont-ils ? Par ailleurs comment a t-on pu donner de l'argent à de simples marchands de tapis ou de tacherons pour espérer en faire des managers ? Où est cet argent, pas dans le poche de notre trésorier ! Puisque on dit que l'état n'a plus d'argent ! Mais alors ces "managers, s'ils ont échouer à faire de l'Algérie un pays émergent, eux ont réussi dans leur bizness puisqu'ils possèdent des biens, des usines des terres ci et à l'étranger depuis les faveurs bancaires accordées à ces gens !
La surfacturation a été une pratique réelle et presque ordinaire dans un pays où l'anormalité prend le dessus. Le manque d'argent tout de même n'explique pas ce laisser aller au niveau des communes, les chaussées défoncées et trottoirs qui semblent avoir été touchés par une avalanches de grosses pierres, beaucoup de rues ne portent pas de numéros des résidents, les sens interdits sont allègrement ignorés, il n'y a pas de gestion proprement dite à ce sujet, en effet de petites ruelles permettent encore la circulation à double sens. Mais enfin peut-on laisser une commune ou un pays dans cet état sans réagir ? Je poserai la question à ceux qui sont investis d'une responsabilité ? Méritez-vous votre fonction et votre salaire ?

Permalien

Ou est-ce le big bang?
Et puis j'aime en effet les nombres et c'est pour ca que je vais leur faire justice:
je cite:
"... Pour ceux qui aiment les chiffres, globalement, nous exportons pour un peu plus de 30 milliards de dollars et nous importons jusqu’à 42 milliards de dollars, annuellement bien sûr. ..."

Particulierement: " nous exportons pour un peu plus de 30 milliards de dollars ..."
Soyez juste ou honnete, le nombre milliard est un grand monsieur et 30 d'entre-eux !
Vous n'exportez RIEN DU TOUT ! Ce sont les etrangers, ceux-la meme qui l'achete pour le(petrole) revendre qui viennent le trouver et le puiser...
Le nous en question, se resume a un chakib, khallil ou bouzoir, qui ramasse les sous pour son maitre zizi, qui faut le dire, est genereux d'acheter de la bouffe a cancer, plutot que de vous finir...
Qui va lui dire pourquoi ou je ne sais quoi? Le monde attendra qu'ils aient finit leur sale besogne !
Mais je n'invente pas l'ami, ca s'est passe' !
Ce n'etait meme pas mentionne' sur la radio publique merlock, c.a.d. les plus gros consommateurs ou plutot revendeurs de ce petrole.
desole'e de sale verite', mais cela fait 55 ans qu'elle attend d'etre dite et lave'e !

Permalien

Ya si Ahcéne, Économiste et président MMC Canada, vous ne subissez pas ce que les métropolitains algériens subissent. L'article est long, pour ne pas dire "fleuve". Est-ce que vous rencontrez les problèmes et les tracasseries quotidiens des Algériens? Vos voeux ne seront exsocés que si vous pétrissez le pain avec vos mains. Désolé, mais d'un bureau du lac Saint-Laurent, on ne voit pas l'Algérie.

Permalien

Il y a peu de temps, l'insolente prospérité de l'Etat était gagée sur un baril de pétrole brut qui dépassait les cents dollars.
Les revenus crées par des prix du pétrole et du gaz élevés ont permis aux Algériens de mener grand train. Les hommes, en général, n'aiment point les entreprises qui présentent de grandes difficultés. Cette situation nous a réservé des surprises assez désagréables. Les progrès sont lents, tardifs et faibles.
Au lieu de se retrousser les manches ou de rapatrier de l'étranger les devises de la surfacturation, de détournement, de la corruption, des origines connues par les institutions mondiales de la finance, la voie salutaire est d'emprunter le chemin le moins sinueux et le plus facile : la planche à billets.

Permalien

Des débats par des écrits dans la presse agitent la scène politique algérienne. Faut-il adhérer à l'OMC ou aller au FMI et à la Banque Mondiale pour redresser notre économie déficitaire?
Les deux économies en vogue et salvatrices sont le libéralisme et le capitalisme. Elles sont les antithèses du marxisme. « Le libéralisme ne peut être confondu avec le capitalisme. Il est une pensée politique fondée sur le respect des droits de l'individu. Il est vecteur de la démocratie, du développement économique et du lien social » [1, p.7]. Souvent, il rime avec dérégulation, privatisation, délocalisation des emplois et chômage. La pensée libérale est la libération de l'homme du despotisme de l'Etat, quand celui-ci se montre totalitaire ou inefficace.
L'idée essentielle est qu'il faut laisser les individus s'enrichir pour que la nation s'enrichisse davantage.

Permalien

De la teneur de la pauvreté dans l'Afrique
Du site de la Banque Mondiale [1], les données fournies par pays sont : Tanzanie (955,1$), Zimbabwe (931,2$), Bénin (903,5$), Comores(810,1$), Sierra Leone (766,0$), Ouganda (714,6$), Burkina Faso (713,1$), Mali (704,5$), Rwanda (695,7$), Togo (635,0$), Mozambique ( 585,6$), Éthiopie (573,6$), Guinée-Bissau (567,8$), Somalie (542,6$), Guinée (539,6$), Libéria (457,9$), Madagascar (449,4$), RDD Congo (442,3$), Niger (403,4$), République centrafricaine (358,5$), Burundi (286,0$) et Malawi (255,0$). Une petite lecture attentive nous fait « sauter aux yeux » que 13 pays étaient sous domination française, 7 autres pays sous domination britannique et 2 pays sous domination portugaise. Il y a lieu de remarquer qu'aucun pays de l'Amérique du Nord ou de l'Europe ou de l'Océanie et Australie n'a atteint ce seuil de pauvreté. Même en Amériques centrale et du Sud, un seul pays vit la misère à savoir Haïti (824,2$), si ce n'est due à une catastrophe naturelle, le séisme. En Asie, seuls le Népal (701,7$) et l'Afghanistan (633,6$) subissent le mauvais sort.

1. http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.PCAP.CD

Ajouter un commentaire