Aller au contenu principal
Body

DOCUMENT

Le Collectif Libertés Dignité Citoyenneté appelle

L'Algérie est à la croisée des chemins. La mobilisation civique pour la reconquête de nos libertés confisquées et de notre dignité bafouée a ressuscité l'espoir et redonné aux Algériens un motif de fierté. Elle a été saluée, avec respect et admiration, un peu partout dans le monde.

Dans le sérail, les manipulateurs de l'ombre tentent d'imposer une alternative morbide : prolonger le statu quo, ou sombrer dans le chaos. Au delà du rejet d'un pouvoir délinquant, de ses supplétifs et de leurs clientèles, les luttes en cours appellent à la clarification des objectifs.

Afin d'éviter la fatalité d'une nouvelle impasse autoritaire, les signataires réaffirment leur attachement aux principes de libertés, de dignité et de citoyenneté, socle de toute alternative démocratique crédible :

1- La démocratie est un ensemble de valeurs, sans lesquelles le suffrage universel risque de s'abîmer dans la régression liberticide.  

2- Préalable à tout scrutin, la préservation de la paix civile passe par l'adhésion de tous les acteurs politiques à une charte des libertés - toutes les libertés individuelles et collectives - qu'aucune majorité électorale ne saurait remettre en cause.

3- L'Etat est le garant des libertés de chaque citoyenne et de chaque citoyen, sans exclusive. S'excluront d'eux-mêmes ceux qui s'érigeront en censeurs des libertés d'autrui.  

4- La dignité citoyenne exige l'égalité des droits pour tous ; elle rejette toute forme de discrimination basée sur le genre, l'origine ethnique, la couleur de la peau, l'identité, la langue, la religion, le statut économique et social ...

5- La société algérienne est plurielle. La diversité de nos convictions politiques, philosophiques et religieuses, la pluralité de notre identité, de notre culture, et de nos langues sont des richesses à promouvoir, et non des menaces à combattre.     

Dans le prolongement des manifestations en cours, nous appelons à la multiplication des débats citoyens pour élargir les espaces de libertés.  

Premiers signataires

Djamila BOUHIRED (révolutionnaire) - Abdennour ALI-YAHIA (militant des droits de l'Homme) - Sadek HAJDERES (ex secrétaire du PAGS, militant politique) - Mokrane AÏT LARBI (avocat, militant des droits de l'Homme) - Sanhadja AKROUF (militante féministe) - Nordine AZZOUZ (journaliste) - Madjid BENCHIKH (ancien doyen de la faculté de droit d'Alger) - BEN MOHAMED (poète) - Mansour BROURI (professeur en sciences médicales) - Kamel DAOUD (écrivain) - Mohamed FELLAG (comédien) - Kamel HAMMADI (auteur-compositeur) - Malika BARAKA (cardiologue) - Omar BELHOUCHET (journaliste) - Hichem BABA AHMED (Le HIC, caricaturiste) - Khéloudja KHALFOUN (avocate) - Tarik KHIDER (auteur) - Karima LAZALI (psychanalyste, auteure) - Mohamed MEBTOUL (anthropologue, auteur) - Arezki METREF (journaliste, écrivain) - Zazi SADOU (militante de la démocratie et des droits des femmes) - Saïd SALHI (vice-président de la LADDH) - Boualem SANSAL (écrivain) - Djamel ZENATI (militant démocrate) - Boureddine ZIDOUNI (professeur en sciences médicales, chef de service hospitalo-universitaire).

Signataires (première liste, par ordre alphabétique) :

Mahana ABDESSELAM, (Professeur à l'USTHB) - Dalila ABDEDAIM (commerçante) - Nedjla ABDEDAIM (étudiante) - Nesrine ABDEDAIM (étudiante) - Oussama ABDEDAIM (artiste peintre) - Kamel ABDOUN (médecin retraité) - Mourad ABID (professeur en chirurgie générale) - Aomar AIT AIDER (universitaire, auteur) - Ahmed AÏT BACHIR (militant politique) - Louisa AÏT HAMOU (universitaire, militante féministe) - Arezki AÏT LARBI (journaliste) - Raveh AÏT MESSAOUD - Kamel AIT MESSAOUD (retraité) - AIT MOULA Mohand Salah (médecin spécialiste) - Mourad AÏT SI SELMI (chirurgien) - Saliha AKDADER (professeur médecine) - Fatma ALIOUA (sociolinguiste, militante droits des femmes) - Tewfik ALLAL (militant associatif) - Mohamed Ali ALLALOU (animateur radio) - Souad BABA AÏSSA (militante associative, féministe) - Malika BAKHTI (fonctionnaire) - Mouloud BELABDI (enseignant, journaliste) - Amel BELHOUT (enseignante-Chercheur) - Rachid BELLIL (anthropologue, chercheur) - Ali BENABDESLAM (chirurgien) - Azzedine BENABDESSELAM (maître de conférence, Génie Mécanique) - Nour E. BENAKEZOUH (MBA, LIFA) -  Cherif BENBOURICHE (responsable associatif) - Fadhila BENCHERIF (voyagiste solidaire) - Mohamed BENCHICOU (auteur) - Adila BENDIMERAD (actrice) - Mustapha BENFODIL (journaliste, écrivain) - Rachid BENHADJ (metteur en scène) - Faïza Djamila BENHADJ AMAR (gérante) - Ali BENSAAD (universitaire) - Maya BENTCHIKOU - Hafid BENYEZZAR (retraité) - Nadia BEY (journaliste, fondatrice de FAME radio tv) - Hamid BOUDEMAGH - Belkacem BOUKHROUF (enseignant-chercheur) - Cherif BENBOURICHE (responsable associatif) - Rachid BOUCHENNA (universitaire) - Mahmoud BOUDARENE (psychiatre, auteur) - Hamou BOUMEDINE (ingénieur) - Ahmed DAHMANI, (universitaire) - Mustapha BOUTADJINE (plasticien) - Salim CHAIT (ingénieur) - Naïla CHAOU (pharmacienne) - Lynda CHOUITEN (universitaire et écrivain) - Ismaïl DEHA (physicien, enseignant-chercheur) - Mohamed DJAFFAR (ex membre du CN de l'UGTA) - Nasserdine DJIDJELI (professeur de chirurgie pédiatrique) - Menad EMBAK (comédien) - Rachid GOUCEM (enseignant à l'Ecole vétérinaire d'Alger) - Yacine GOUGELIN - Bouzid GUEDIOURA (chercheur en science nucléaire) - Salah GUEMRICHE (écrivain) - Hocine HACENE (professeur d'université) - Abdelkrim HAMMADA (journaliste) - El Hadi HAMMOUDA (médecin neurologue) - Lehna HAMMOUCHE (cheffe d'entreprise) - Omar HAMOURIT (ingénieur d'études en numérique) - Abderrahim HARCHAOUI (pharmacien, directeur technique) - Ali HARFOUCHE (enseignant universitaire) - Soraya HIOUN (enseignante universitaire) - Yacine HOUFANI (médecin) - Liesse IDIR (conseiller pédagogique) - Ali IHADDADENE (enseignant) - Arezki IKHERBANE (doctorant) - Mohamed IMACHE (enseignant universitaire, auteur) - Mohamed IOUANNOUGHENE (journaliste) - Arab IZERROUKEN (consultant indépendant) - Karim KABIR (journaliste) - Kaddour KADDOURI ( Ingénieur retraité) - Abdelkrim KADI (professeur en chirurgie urologie) - Latifa KADI (universitaire) - Myriam KARECHE - Ali KECHID (avocat retraité) - Nadia KERAMANE-AIT-SI-SELMI (médecin) - Mohamed KHANDRICHE (sociologue) - Akila KHEBBEB (professeure, Directrice de recherche en Psychopédagogie) - Abderrahmane KHEMICI - Lazhari LABTER (écrivain) -Latéfa LAFER (Enseignante en anthropologie) - Slimane LAOUARI (journaliste) - Aomar LEKLOUM (artiste-peintre, réalisateur) - Djaffar LESBET (architecte-DPLG-sociologue) - Kamel LOUZAZNA (Universitaire) - Farida MADJDOUB (maître de conférence retraitée) - Lotfi MAHERZI - Tahar MAJDOUB (journaliste retraité) - Tassadit MANDI (actrice) - Mustapha MAOUI (professeur de chirurgie) - Faïka MEDJAHED (psychanalyste) - Karim MEKAOUI (commerçant) - Abdelhak MELLAH (avocat) - Ali MESSAOUDI (retraité) - Hacen METREF (militant associatif) - Dalila MORSLY (universitaire) - Mohamed MOULOUDJ (journaliste) - Mohand Amokrane NAÏT LARBI (enseignant retraité) - Hacen OUALI (journaliste) - Salah OUDAHAR (Militant associatif, Strasbourg) - Djamila OUDRAR (enseignante universitaire) -  Saïd OUIDIR (journaliste) - Aomer OULAMARA (Aumer U Lamara, physicien, écrivain) - Nabil OULDOULHADJ (militant des droits humains) - Nassera OURABAH (psychiatre) - Akli OURAD (consultant International) - Meziane OURAD (journaliste) - Mohand Ouamar OUSALEM (économiste, universitaire) - Arezki OUYAHIA (retraité du personnel navigant commercial d'Air Algérie) - Saïda RAHAL-SIDHOUM (universitaire) - Abdelkader RAHLI (journaliste) - El Hocine RAMDANE CHERIF (cadre) - Hadda REDJAM (ingénieur en génie civil) - Mohamed REGGABI (professeur en médecine) - Selma REZZOUG - Sid Ahmed SEMIANE (auteur-réalisateur) - Yasmina SIDHOUM (cadre) - Zakia SILEM (Enseignante, militante des droits humains) - Nadjib STAMBOULI (journaliste) - Slimane TAKARLI (géographe) - Hamdane TCHEKIKEN (DRH retraité) - Omar TCHEKIKEN (officier supérieur en retraite) - Yassine Temlali ( chercheur en histoire) - Habib TENGOUR ( Poète et écrivain) - Radwa TERBECHE (pharmacienne) - Yasmine TERKI (architecte) - Omar TIBOURTINE ( Médecin spécialiste) - Tassadit YACINE (enseignant-chercheur) - Fariza YAHA (Manager) - Kamel YAHIAOUI (artiste plasticien) - Miloud ZAATER (historien) - Abdelmoumène ZEKIRI (enseignant-chercheur) - Amar ZIAD (retraité) - Hamid ARAB (Directeur du Matin d'Algérie).

Pour signer le texte en ligne et figurer dans la 2e liste : https://www.petitions24.net/democratie_libertes_dignite_citoyennete

 

 

Commentaires

Permalien

Stitcher a dit : la démocratie a besoin pour vivre de la confrontation des points de vue émis par les meneurs d’opinions armés de leurs convictions tout autant de leurs expériences personnelles dans le vécu de la société.
Mon point de vue est que cette pétition est trop simpliste émanant d’un collectif d’intellectuels et artistes. Si c’est une pétition ? Elle doit être adressée a quelqu’un, or ce n’est pas le cas.
A Cette déclaration trop simpliste je lui préfère la constitution algérienne qui est plus officielle, détaillée et précise.
Art7 : le peuple est la source de tout pouvoir
Art26 :l’état est responsable de la sécurité des personnes et des biens.
Art32 : les citoyens sont égaux devant la loi, sans que puissent prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d’opinion, ou de toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale.
Art38 : les libertés fondamentales et les droits de l’Homme et du citoyen sont garantis.
Art42 : la liberté de conscience et la liberté d’opinion sont inviolables.
Art 48 : les libertés d’expression, d’association et de réunion sont garanties au citoyen.

Alors chers citoyens vous n’avez rien dit de nouveau, ce que l’on attendait de vous c’est une forme d’organisation et des modes opératoires, pour que soit consolidée la démocratie participative au niveau local afin de dégager des représentants qui siégeront a une conférence nationale de sortie de crise.
(art15 :...l’état encourage la démocratie participative au niveau des collectivités locales.)

Permalien

Stitcher a dit : la démocratie a besoin pour vivre de la confrontation des points de vue émis par les meneurs d’opinions armés de leurs convictions tout autant de leurs expériences personnelles dans le vécu de la société.
Mon point de vue est que cette pétition est trop simpliste émanant d’un collectif d’intellectuels et artistes. Si c’est une pétition ? Elle doit être adressée a quelqu’un, or ce n’est pas le cas.
A Cette déclaration trop simpliste je lui préfère la constitution algérienne qui est plus officielle, détaillée et précise.
Art7 : le peuple est la source de tout pouvoir
Art26 :l’état est responsable de la sécurité des personnes et des biens.
Art32 : les citoyens sont égaux devant la loi, sans que puissent prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d’opinion, ou de toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale.
Art38 : les libertés fondamentales et les droits de l’Homme et du citoyen sont garantis.
Art42 : la liberté de conscience et la liberté d’opinion sont inviolables.
Art 48 : les libertés d’expression, d’association et de réunion sont garanties au citoyen.

Alors chers citoyens vous n’avez rien dit de nouveau, ce que l’on attendait de vous c’est une forme d’organisation et des modes opératoires, pour que soit consolidée la démocratie participative au niveau local afin de dégager des représentants qui siégeront a une conférence nationale de sortie de crise.
(art15 :...l’état encourage la démocratie participative au niveau des collectivités locales.)

Ajouter un commentaire