Aller au contenu principal
Body

DISPARITION

Le corps du journaliste Khaled Melha aurait été retrouvé

Un corps encore non identifié a été retrouvé dans un champ sur la commune de Villemoirieu en Isère ce mercredi. Il s'agit "très probablement" du journaliste Khaled Melhaa, disparu depuis le 31 juillet. Sa famille s'est battue de longues semaines pour médiatiser sa disparition.

Un corps a été découvert dans un champ à Villemoirieu (Isère) ce mercredi 4 septembre, informe le parquet de Bourgoin-Jallieu. Situé dans une zone en jachère, loin des voies de circulation, il était invisible depuis les chemins alentours. "Les premiers éléments de l'enquête permettent de déterminer qu'il s'agit très probablement du corps de Khaled Melhaa", poursuit-on au parquet.

 

LIRE : Khaled Melhaa : disparition inquiétante

Atteint d'un début d'Alzheimer, l'homme de 64 ans est porté disparu depuis plus d'un mois, après avoir quitté la maison de vacances de sa femme à Chozeau le 31 juillet. D'importants moyens ont été mobilisés pour le localiser depuis, dont l'hélicoptère de la Sécurité civile Dragon 38 et de nombreux effectifs de police. Le journaliste franco-algérien, fondateur de "Radio Beur" (aujourd'hui "Beur FM"), s'est illustré dans son engagement contre le racisme et pour l'égalité des droits.

"Il a été à l'origine de la révélation de l’affaire « Malik Oussekine », ce jeune tué à Paris lors des manifestation étudiante de 1986, en constituant avec le frère de Malik un comité pour la justice et la vérité sur cette affaire", rappelle l'historien et ami de la victime Benjamin Stora sur son blog Mediapart. Engagé, il "n’a jamais renoncé à ses convictions pour une société libre et démocratique, en France comme en Algérie le pays où il est né"

Khaled Melhaa était le correspondant à Paris d'El Watan pendant la décennie noire. Il a aussi travaillé pendant une dizaine d'années comme documentaliste au quotidien Le Monde.

Nombreux soutiens

Les causes de la mort de la victime doivent encore être déterminées par des examens complémentaires. "L'autopsie ne relève aucune trace de violences ou d'intervention d'un tiers", indique encore le parquet de Bourgoin-Jallieu, laissant présager une mort accidentelle.

"A cause d'Alzheimer, il a du mal à se repérer et veut toujours aller se promener. Le matin de sa disparition, les gendarmes l'avaient déjà ramené à la maison parce-que des gens avaient signalé sa présence au bord d'une route", nous expliquait la fille de la victime, Amel Melhaa Juvenal, qui a remué ciel et terre pendant plusieurs semaines pour que son père ne disparaisse pas "dans la plus grande indifférence".

Auteur
Avec France 3 Isère
 

Ajouter un commentaire