Aller au contenu principal
Body

REGARD

Le défi perdu de Gaïd Salah, par Mohamed Benchicou

Les vendredis n'en finissent pas de se transformer en d'éclatants désaveux pour le chef d'état-major Gaïd Salah. 

Hier encore, le général qui s'est donné la mission de diriger l'Algérie a échoué lamentablement à interdire le rassemblement dans la capitale. La situation a même inspiré un slogan corrosif aux manifestants, :"Nous sommes venus en harragas à Alger !", une façon de tourner en ridicule le dispositif qui devait les dissuader de marcher dans la capitale. Pire : des centaines de milliers de manifestants ont exigé le départ de Gaïd Salah.

Ce dernier pensait pourtant en avoir fini avec les manifestants et aurait même annoncé à des proches que ce 31e vendredi, sous l'effet des derniers emprisonnements d'étudiants et de cadres supposés du hirak auxquels s'ajouteraient le blocage des voies d'accès à Alger, serait le dernier vendredi du hirak. La cause était entendue : la révolution populaire était enterrée. Bien des amis, gagnés par le pessimisme, le croyaient. Inutilement arrogant, Gaïd Salah s'était même amusé à réduire le hirak à une "chardhima", une "horde égarée", qui perturberait "la quiétude du citoyen", des "agissements" orchestrés par "les relais de la bande, aux intentions malveillantes".

Fièrement, il savourait à l'avance son triomphe, revendiqua la paternité d'un tel succès, dans un communiqué du ministère de la Défense [«j'ai donné des instructions à la Gendarmerie nationale pour faire face avec fermeté à ces agissements, à travers l’application rigoureuse des réglementations en vigueur, y compris l’interpellation des véhicules et des autocars utilisés à ces fins, en les saisissant et en imposant des amendes à leurs propriétaires »]. Ces décisions fermes, ajoutées au climat de terreur qu'avaient installé les arrestations arbitraires, étaient censées dissuader les manifestants de marcher dans Alger. Ce fut le contraire qui se produisit : la "horde égarée" est venue en nombre, ce 31e vendredi, criant des slogans hostiles au chef d'état-major dont le discrédit grandissant risque, hélas, de déteindre sur l'institution militaire.

Ahmed Gaid Salah a-t-il conscience de la rivalité qu'il dresse entre le peuple et son armée ? Des millions d'Algériens ont envahi la rue dans une quarantaine de wilayas, ne redoutant ni les arrestations ni les bombes lacrymogènes. Rien n'a impressionné les manifestants, ni le cordon de sécurité entourant la capitale, ni les mises en garde du chef d'état-major, ni les interdictions de pénétrer dans Alger, ni les arrestations, ni encore moins les provocations de l'appareil policier...Ce 31ème vendredi, ils sont sortis en nombre, partout dans le pays, des millions d'Algériens qui ont crié leur opposition à aux élections présidentielles du 12 décembre, ce fut la grande défaite de Gaïd Salah.

Pendant des heures, les manifestants ont rappelé que l'avenir ne se décidera pas sans eux, exigeant la démission du chef d'état-major affichant une détermination intacte à aller jusqu'au bout de leurs revendications : le départ des dirigeants qui ont servi dans les régimes passés, un Etat rénové, moderne et impartial, un Etat de droit débarrassé des corrompus et des mandarins illégitimes.

La question se pose lourdement : Gaïd Salah est-il l'homme de la situation ? De toute évidence, le vice-ministre de la Défense, mal conseillé, n'est pas au fait de la situation. Son discours velléitaire et surranné, ses professions de foi inconstantes, son opportunisme et, surtout, sa façon de formuler une chose et son contraire, en ont fait un personnage versatile et peu crédible. Le chef d'état-major de l'armée ne répugne pas, en effet, à retourner sa veste autant de fois que cela est nécessaire.

Avant le mois de mars 2019, il était un des plus grands soutiens du cinquième mandat et du clan Bouteflika dont les agissements ne semblaient pas l'embarrasser outre mesure.

Trois mois avant la démission de l'ancien président, il proclamait solennellement : "Que tout le monde sache qu’il n’est autre tuteur pour l’Armée Nationale Populaire, digne héritière de l’Armée de Libération nationale, que les orientations de Son Excellence, le Moudjahid, Monsieur le Président de la République, Chef Suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense Nationale." On ne peut mieux exprimer son allégeance.

A ce titre, il s'en était pris aux premiers manifestants du 22 février, dans une sévère diatribe à partir de Tamanrasset avant d'enfoncer le clou une semaine plus tard dans un discours à Cherchell où il déclara voir dans les manifestants des groupes manipulés par la main de l'étranger. En avril, il se dédit et déclare sa flamme pour le peuple qui manifeste. Pas pour longtemps. En septembre, le voilà qu'il qualifie le hirak de "troupes égarées" et annonce avoir donné des instructions pour leur interdire de manifester dans la capitale.

L'institution militaire ne saurait persister dans cette inconstance qui retomberait nécessairement et négativement sur elle et sur le pays.

Regardons les choses en face : la gestion cahotante, arrogante et unilatérale de la crise politique par Gaid Salah a échoué. Les présidentielles du 12 décembre s'avèrent, d'ores et déjà, être une aventure aux conséquences incalculables. On l'a vu, le passage en force est ruineux. Il faut changer de stratégie sous peine d'être emporté par le tsunami. Ignorer la force du mouvement populaire, le mépriser ou l'infantiliser, ne servirait à rien. Le peuple est mûr et il s'agit de l'écouter avant de penser à le contourner ou à l'abuser. Il ne croit pas au Père Noël. Pourtant c'est ce qu'on lui dit à longueur de journée : "N'oublie pas de poser tes chaussures près de la cheminée !

Dans la nuit du 12 au 13 décembre prochain, le père Noël passera pour faire cadeau aux Algériens d'une société démocratique, pas une de celles, en toc, qui ne résisterait pas à la mauvaise humeur du premier Napoléon venu, non, mais une vraie démocratie, toutes options, avec Etat de droit, séparation des pouvoirs, élections transparentes et tout et tout. Bien des amis, en sont convaincus, en tout cas, au point de vilipender ce peuple ignare qui n'a aucune conscience de ses intérêts, communauté d'idiots qui s'apprêtent à boycotter un scrutin qui va les propulser dans la galaxie des démocraties."

Tant pis pour vous", semblent nous dire les augustes membres de l'éphémère panel. On a toujours su à la place de l'Algérien ce qui est le mieux pour lui. Votez donc le 12 décembre, puisqu'on vous dit que le vote sera régulier et transparent, et que le régime converti à une soudaine probité se fera hara-kiri le 13 décembre à l'aube.

Pour ceux qui ont raté les derniers épisodes du hirak rappelons que ce régime dont on parle est celui-la même qui a mis en prison les étudiants et les jeunes manifestants dont le seul tort est d'avoir exhibé le drapeau amazigh ; ce qui convenons-en, n'est pas à proprement parler l'attitude d'un régime disposé à quitter la scène.

Mais faisons confiance à Slimane Benaissa, autre associé dans le panel, qui nous a tant enchanté avec sa pièce Babour Eghreq où l'on apprenait que jusqu'ici, les poissons votaient avec les électeurs pour nous expliquer par quel phénomène ces mêmes poissons ne voteront pas le 12 décembre prochain. 

 

Auteur
Mohamed Benchicou
 

Commentaires

Permalien

Ce sinistre personnage a perdu tout : sa dignité, son "nif", sa probité, son honnêteté et, in fine, ses illusions! Donc, politiquement et historiquement, il est "nu, out, balayé". Ses maîtres d'oeuvre, en revanche, à l'intérieur comme à l'extérieur finiront bien par se confronter de manière visible à ce peuple et là "ats'aakell fadhma argaziss" traduction : le bon grain se séparera de l'ivraie!
Le peuple algérien a un seul ennemi devant sa quête de liberté. Ce ne sont les chars ni les hordes de policiers zélés ni mêmes les puissances occidentales ou les pétro-monarchies mais le dogme religieux que d'aucuns, attendant leur heure, et si l'on n'y prend garde, nous le sortiraient sous forme de solution finale à tous nos maux!

Permalien

Tout est dit merveilleusement bien dans ce papier. Merci M. BENCHIKOU.

Permalien

Honte à ce caporal de l'armée des frontières qui pense dans sa cervelle de petit oiseau qu'il peut régenter le peuple avec des retournements de verste quasi-quotidiens.
Il serait mieux inspiré s'il s'est contenté de rester dans son département des casernes en se contentant de faire ce pourquoi il est payé. Mais la soif du pouvoir, le poids de la démesure, l'expérience passée des "militaires" à la tête de ce que l'on appelle "état algérien", lui ont fait monter l'adrénaline dans son cerveau d'inculte.
Le malheureux petit vieux qui a de la peine à lire un texte se croyait déjà au dessus du nid d'égarés que nous sommes. Il pensait peut-être sincèrement régenter les 42 millions que nous sommes en nous mettant tous au garde-à-vous, lui qui a pour seul mérite d'être un caporal d'intendance dans l'armée des frontières en Tunisie pendant que nos valeureux maquisards de l'armée de l'intérieur faisaient face à l'armada française souvent avec un armement sommaire et sans munitions et surtout le ventre creux. Lui, pendant ce temps se goinfrer en Tunisie pour à un porc.
Versatile, ayant trahi tous ceux qu'il a accompagnés, il avait de même avec le peuple croyant qu'il avait toujours à faire aux hommes et aux enfants de la guerre souvent illettrés comme il l'était lui-même. La donne a changé et "la bande d'égarés" dont il a fait partie depuis sa virée tunisienne jusqu'à aujourd'hui en usurpant la révolution des vrais maquisards et en usant de ses alliés - souvent qui ont des choses à se reprocher durant la guerre de libération dont il s'est constituée une bonne clientèle- il osait parler de fermeture de la capitale aux Algériens de l'intérieur comme si ce pays a été délivré par lui et lui seul ou ses parents GAID de surplus.
Voyez-vous, monsieur le caporal : la horde d'égarés c'est la vôtre et cela depuis la confiscation de notre indépendance par vos semblables en 1962 à ce jour.
Vous ne pouvez réduire ce peuple à vos désirs car pour s'imposer il faut en avoir dans le crâne et le votre est fait d'une roche impénétrable par tout ce qui ressemble à la culture et à l'intelligence.
Tous les grands hommes qu'a connu de ce pays durant les années de guerre tels que BENMEHIDI, ABANE, AMIROUCHE, LOTFI, ZIGHOUT et j'en passe ont toujours été du coté du peuple et pas contre lui. Eux étaient des enfants du peuple qu'ils aimaient et qui le leur rendaient bien. Vous, vous avez trahi ce peuple pour opérer votre coup d'état militaire en utilisant le hirak qui vous vomit.
Partez en retraite, allez vous reposer et "mangez" tout ce que vous avez accumulé comme richesses chez vos amis les bédouins émiratis et laissez tranquille le peuple algérien qui n'a pas besoin de vous. Un jour des hommes dignes de ce pays demanderaient et ouvriraient les archives des contrats du ministère de la défense et là le roi sera nu...

Permalien

il faudra déclarer le vendredi jour sacré de priére et de méditation, et ainsi interdire toute activité en ce jour saint , ou alors revenir au week end universel ou occidental, mais faudra créer dans chaque ville et village, des piscines, des parcs d'attraction, des centres de loisirs, rendre gratuit l’accès aux plages, organiser des voyages gratuits pour les familles, ou plus simple, déplacer la capitale vers bordj-badji -mokhtar avec toutes les institutions, bordj badji mokhtar devenant la capitale et accueillant tous les responsables, evidement ça sera plus facile de filtrer les gens qui s'y rendent, le paradis,

Permalien

Excellente analyse. Gaid Salah et son entourage veulent sauver leur systeme, et pour cela ils utlisant l'intimidation et la peur. La prochaine etape sera la violence. Il faut donc se preparer!

Permalien

Père noël etc. Texte destiné à très peu de gens en Algérie les chrétiens..ou mal aiguillé...dommage pour un journaliste chevronné....

Permalien

Interdire un peuple souverain à manifeste à Alger contre un pouvoir corrompu, n’est-il pas une idée soufflée par un certain Benflis ?
Rappel : Le 14 juin 2001, ce jour-là Ali Benflis, chef du gouvernement sans nul doute sous les ordres d’Abdelaziz Bouteflika a signé la décision qui prive jusqu’à présent les Algériens de toute manifestation dans leur capitale politique.
Tous les Algériens, quel que soit le motif, sont interdits de manifester à Alger depuis exactement 18 ans.
Faire Attention et de savoir qui est Ben Flis et ces objectifs
L’imposture Ben flis ou la réédition du scénario de 2004
https://www.youtube.com/watch
https://www.lematindz.net/…/12548-limposture-benflis-ou-la-…
https://www.youtube.com/watch?v=691x3JVUNRw
https://www.facebook.com/watch/?v=373344626952230
Ali Benflis est un danger pour la démocratie et le développement en Algérie ; N’oublions pas qu’il a été chef du gouvernement et responsable à plusieurs reprises de ce système sanguinaire mafieux et corrompu, et le résultat et qu'ils ont ruiné les richesses de la Nation et appauvri le peuple Algérien et la continuité de la corruption qui fait rage!!!
Ali Benflis Premier Ministre: 1 Milliard d'euros à Khalifa, Depardieu, Belmondo et compagnie ...

Permalien

Réveillons nous et mobilisons nous contre impérialisme colonial L’Ingérence de la main Étrangère, et un danger réel, pour la stabilité et la démocratie pour notre Algérie. Que veut dire L’Ingérence. (L'ingérence prend diverses formes : politique, économique, sociale, culturelle, religieuse, humanitaire. Ainsi, l'ingérence d'un État dans les affaires d'un autre est l'intervention du premier dans les affaires du second, sans son consentement et au détriment du concept de souveraineté de son peuple.) Donc nous tous de faire attention et être très vigilant Qu'est-ce que l'impérialisme colonial ? L'impérialisme est la politique d'un pays qui cherche à conserver ou à étendre sa domination sur d'autres peuples ou d'autres territoires. Les visées d'expansion d'un régime impérialiste peuvent se faire directement ou par l'intermédiaire de sphères d'influence. Le colonialisme est une forme d'impérialisme. L'impérialisme est une doctrine qui préconise la domination multiforme (politique, économique et socioculturelle) des États forts sur les États faibles. C'est à la fin du XIXème siècle que les mouvements impérialistes prennent une grande ampleur car, au début cette doctrine était mal perçue par l'opinion européenne. Quelles sont les causes et conséquences de l'impérialisme ?Les causes économiques Les causes de l'impérialisme sont surtout économiques. Il s'agit de la recherche des débouchés pour écouler le surplus de la production Européenne et la recherche des matières premières et des sources d'énergie pour ravitailler les industries occidentales.C'est quoi un pays colonisateur ? Colonisation. D'une manière générale, la colonisation est la domination politique, militaire et économique d'un territoire par une puissance étrangère. Ainsi beaucoup de cités grecques de l'Antiquité et Rome ont pratiqué la colonisation et créé des colonies dans les pays du pourtour méditerranéen. Les causes de l'impérialisme sont surtout économiques. Ne soyez pas naïf, et de croire et de les entendre qui sont des porteurs de la Démocratie, faux chers Amis Ils sont là uniquement pour nous dépouiller. Il s'agit de la recherche des débouchés pour écouler le surplus de la production Européenne et la recherche des matières premières et des sources d'énergie pour ravitailler les industries occidentales.L’appel a la responsabilité des uns et des autres et surtout ceux et celles qui sont aux pouvoir et aux Responsabilités Que : Article 55 de la constitution garantit au citoyen la libre circulation à travers le territoire y compris la capitale. Le vice ministre de la défense Monsieur Ahmed Gaid Salah a violé la constitution une fois de plus car c’est le ministre de l’intérieur qui est concerné par l’ordre publique. La déclaration du vice ministre est de respecter la constitution alors qu’on réalité l’instruction de priver la population de la libre circulation est une violation à la dite constitution. C’est un coup de force pour imposer les élections présidentielles rejetées par la majorité du peuple qui l’exprime depuis 7 mois .Pour les risques de dérapages le peuple est conscient malgré les provocations et la répression le peuple reste pacifique. SALMIA SALMIA Dr Ismail Guellil

Permalien

Tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins, que ce soit lui l`auteur des decisons ou non. Il fait parti de la mafia, bande, Clan ou dictature, quìmporte et il est capable d`aller jusqu`au bout même s´il faut emporter tout le monde en enfer.

Permalien

parce que vos interets , vos postes sensibles de l'etat accaparés dans l'ere de boutef sont touchés par le menjel , , vous boujez espece de issaba, vous croyez que vous étes dans les années 90, helas

Permalien

EL OUMA EL 3ARABIA fantasmes rêves et MYSTIFICATIONS
Fantasmes des panarabistes za3imistes des années 60/70
Rêves des ba3thistes par la suite brisé par l'invasion "démocratisante" des années 80/90
Mystification du wahhabisme emirato-saoudien et le DÉSASTRE ABYSSALE actuel économique humain de toute la région du machrek au maghreb...!! La relation quasi INCESTUEUSE du systeme boutef et les emirates
Nous en payons TRIBUT jusqu'à nos jours...Dans nos relations et coopérations internationales l’ALGERIEN LAMBDA sait que les responsables ILLÉGITIMES de notre pays chargés des NÉGOCIATIONS de politiques économiques N'ONT dans L'ABSOLU ni compétences et encore moins D'INTERETS à ce que notre pays Avance et en SORT GAGNANT pour le bienêtre des ALGÉRIEN et ALGÉRIENNES...Tout au plus pour justifier leur GABEGIE quelques immeubles ça et là qui s'effondrent à la moindre secousse tellurique, et quelques ERSATZ d'autoroutes catastrophiquement ACCIDENTOGÈNES...Depuis le 22 FÉVRIER 2019 NOUS en SOMMES à dire pas de REMAKE des années 62,65,88,92... 2019 CE SERA EL KATI3A (la RUPTURE)
Mais mon DIEU NOUS LA VOULONS BELLE ET NOUS L'AURONS notre SELMIA RUTURE!!! UNIQUE dans les ANNALES des PEUPLES en LUTTE pour leur DIGNITÉ...le PEUPLE ALGÉRIEN INNOVE il est le CONCEPTEUR le DESIGNEUR de sa SELMIA RUPTURE...CROYEZ LE MESSIEURS les CENSEURS d'EST et d'OUEST et dites-le à vos EPSILONESQUES dictateurs INCULTES que vous NOURRISSEZ au biberon de la TRAITRISE et du SABOTAGE ...que notre SELMIA RUPTURE fera ÉCOLE
à La MÉMOIRE de NOS CHOUHADAS et ELMEJD au peuple ALGERIEN

Ajouter un commentaire