Aller au contenu principal
Body

ARBITRAIRE

Le Dr Amira Bouraoui condamnée à un an de prison ferme

Dr Amira Bouraoui. Crédit photo : Zinedine Zebar.

Le Dr Amira Bouraoui a été condamnée aujourd'hui dimanche par le tribunal de Chéraga à un an de prison ferme.

L'ordre de la terreur se poursuit en Algérie. Ce dimanche c'est le Dr Amira  Bouraoui qui a été condamnée à la prison ferme.

Les accusations retenues contre contre activiste au verbe libre sont lourdes. Amira Bouraoui est poursuivie pour « incitation à attroupement non-armée », «offense ou dénigrement du dogme ou des préceptes de l’Islam », «offense au président de la République par une expression outrageante, injurieuse ou diffamatoire », «publication pouvant porter atteinte à l’unité nationale », « informations ou nouvelles, fausses ou calomnieuses, susceptibles de porter atteinte à la sécurité ou à l’ordre public », « incitation à la violation délibérée et manifeste d’une obligation de prudence ou de sécurité édictée par la loi ou le règlement, expose directement la vie d’autrui ou son intégrité physique à un danger », rapporte le comité national pour la libération des détenus.

Amira Bouraoui est une activiste connue depuis notamment son engagement au sein du mouvement Barakat en 2014 contre le 4e mandat d'Abdelaziz Bouteflika. 

Dr Amira Bouraoui est mère de deux jeunes enfants.

Ce soir les premières réactions de dénonciation de cette condamnation sont unanimes sur les réseaux sociaux, dernier espace dans lequel les Algériens peuvent encore s'exprimer et s'informer. 

En effet, la répression a redoublé de férocité depuis la présidentielle de décembre dernier largement boycottée par les Algériens à l'issue de laquelle Tebboune est déclaré vainqueur.

Il ne passe plus un jour en Algérie sans qu'un jeune ne soit interpellé, voire condamné pour son opinion. Les juges enfilent les dossiers de condamnations sans discontinu. 

Incapable d'imaginer une solution de sortie de crise politique, le pouvoir rue dans les brancards et redouble de répression. 

Auteur
Yacine K.