Aller au contenu principal
Body

ARBITRAIRE

Le Dr Chouiter condamné à 18 mois de prison pour port de drapeau amazigh

Le Dr Chouiter n'a pas volé, il n'a pas non plus assassiné ni agressé quiconque. Il a juste pris un cliché avec le drapeau amazigh. Verdict ? 18 mois de prison donc 6 ferme, a décidé la justice. 

Le tribunal de Bordj Bou Arréridj, a prononcé, aujourd'hui dimanche, une peine de 18 mois de prison, dont six mois ferme assortie d’une amende de 50 000 DA à l’encontre du médecin Khaled Chouiter. Le courageux docteur a été arrêté le 24 juin  et placé sous mandat de dépôt après avoir partagé une photo prise avec l'emblème amazigh dans son bureau. 

Pour l'histoire il faudra rappeler que le Dr Chouiter était poursuivi pour atteinte à l’unité nationale alors qu'il n'avait fait que poser ave le drapeau amazigh. Le 9 août dernier, il avait entamé une grève de la faim pour dénoncer une arrestation arbitraire et un emprisonnement en dehors de tout cadre légal.

Voilà comment la justice version Ahmed Gaïd Salah criminalise le drapeau amazigh. Sans doute ceux qui sont derrière ce genre de décision croit qu'ils réussiront là où la dictature de Boumediene et Chadli ont échoué. 

Cette chasse aux porteurs de drapeaux amazighs est lancée après le discours et les ordres venus du vice-ministre Gaïd Salah. La justice a obtempéré aux ordres du vieux général dont la haine de l'identité amazigh n'a d'égal que son ignorance abyssal de la profondeur historique de l'Algérie. 

Quelques 90 manifestants détenus pour des faits similaires attendent leur jugement.  

Auteur
La rédaction
 

Commentaires

Permalien

une vidéo montre rachid nekkaz portant le même étendard en plein centre d'alger devant des milliers d'algériens à partir d'un balcon et il n'est pas inquiété,

Permalien

Pourquoi vous ne dites pas la vérité, pourquoi désinformer alors que l'étique du journalisme vous dicte le contraire. Ce médecin a été condamné pour avoir porter atteinte à l’emblème national en publiant des photos mettant le drapeau Algérien par terre comme une serpillière sous un frottoir ...

Ajouter un commentaire