Aller au contenu principal
Body

DISSIDENCE CITOYENNE

Le drapeau amazigh signe son retour à Alger.

Le mur de la peur s'est effondré sur les certitudes verticales du pouvoir. La preuve ? L'emblème amazigh interdit par une oukase de l'ancien vice-ministre de la Défense, Gaïd Salah et ses sbires, revient en force à Alger. 

Les menaces et les détentions de porteurs de drapeaux amazighs n'ont fait que raffermir la détermination des manifestants. Ce vendredi 21 février signe en effet le retour en force des porteurs de ce drapeau qui insupportait le défunt Gaïd Salah.

Souvenons-nous de ce policier qui a été obligé de grimper sur un poteau électrique pour arracher un drapeau amazigh ou de ces autres policiers qui pourchassaient systématiquement à Alger les porteurs de cet emblème, symbole de l'enracinement millénaire des Algériens.

Les centaines de jeunes manifestants arrêtés et jetés en prison n'aura servi à rien. Bien au contraire.

Les hommes du pouvoir disparaissent, le peuple demeure éternel dans ses convictions profondes. 

Auteur
Yacine K.
 

Ajouter un commentaire