Aller au contenu principal
Body

ACTU

Le FFS appelle à un dialogue incluant toutes les obédiences politiques et sociales

Hakim Belahcel, secrétaire national du FFS.

Le Front des forces socialistes (FFS) a réitéré, par la voix de son Secrétaire national, Hakim Belahcel, son appel à un dialogue inclusif incluant toutes les obédiences politiques et sociales pour trouver une solution à la crise que traverse le pays, insistant sur l'importance d'"une période de transition".

Dans un entretien accordé au journal "El Khabar" dans son numéro paru ce mardi, M. Belahcel a appelé à "un dialogue inclusif et inconditionnel incluant toutes les obédiences politiques et sociales", précisant que ce dialogue "doit être accompagné d'une volonté politique aux contours clairs englobant des mesures urgentes de détente et d'apaisement, à l'instar de la libération de tous les détenus d'opinion, de l'ouverture des champs politique et médiatique, de la garantie du droit de manifester et de la levée des restrictions judiciaires et sécuritaires exercées à l'encontre des militants politiques et des acteurs sociaux".

Le FFS a proposé plusieurs initiatives politiques de sortie de crise, à travers "une période de transition et l'élection d'une assemblée constituante souveraine à même de préparer l'avènement d'une deuxième République", mettant l'accent sur la nécessité de trouver "des solutions consensuelles".

Commentant les revendications de certaines parties politiques et personnalités pour instaurer le dialogue avec l'institution militaire, M. Belahcel a dit que son parti "appelle le commandement de l'Armée à accompagner et à garantir le bon déroulement du processus de transition démocratique du pays, sans participer ou influencer son déroulement ou ses résultats".

Il a révélé que sa formation "veut proposer le principe d'une conférence nationale de concertation, sans aucune condition", une conférence qui réunirait tous les acteurs politiques et sociaux, les personnalités nationales indépendantes et les représentants du Hirak populaire pour définir "les contours d'une charte politique consensuelle en tant que premier pas dans le processus de transition démocratique", appelant les partis de l'opposition, les organisations à caractère social ainsi que les personnalités indépendantes à intensifier les concertations bilatérales pour organiser, sans condition aucune, "une conférence nationale de concertation dans les plus brefs délais".

Appelant à "faire face à toute campagne tendancieuse ciblant la cohésion et l'unité territoriale du peuple algérien",  M. Belahcel a déclaré "il ne faut pas utiliser les dispositifs sécuritaire et judiciaire pour procéder aux règlements de comptes (...) il faut plutôt consacrer l'Etat de droit à même de garantir l'indépendance de la justice et l'application des lois à tous, dans le cadre du respect des droits de l'Homme".

Auteur
APS
 

Commentaires

Permalien

le peuple algerien decide lui-meme, pour lui-meme, et se liberera cette fois lui_meme par et pour lui-meme pour ne plus avoir de "heros" liberateurs comme en 54/62 et ne se fera pas "avoir" ce coup-ci, FAKOU ! donc un SEUL HEROS : the PEOPLE !

Ajouter un commentaire