Aller au contenu principal
Body

Turquie

Le journaliste Deniz Yücel remis en liberté conditionnelle

Un tribunal d'Istanbul a ordonné vendredi la remise en liberté conditionnelle du journaliste germano-turc Deniz Yücel après avoir accepté un acte d'accusation réclamant jusqu'à 18 ans de prison contre lui, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu.

D'après Anadolu, le bureau du procureur général d'Istanbul réclame entre quatre et 18 ans de prison contre M. Yücel, accusé de "propagande pour le compte d'une organisation terroriste" et d'"incitation à la haine". L'agence ne mentionne aucune date pour le début d'un procès.

L'incarcération depuis plus d'un an de M. Yücel a empoisonné les rapports entre la Turquie et l'Allemagne, et l'annonce de la décision de justice turque survient au lendemain d'un entretien à Berlin entre la chancelière Angela Merkel et le Premier ministre Binali Yildirim.

Avant Anadolu, l'avocat et l'employeur de M. Yücel avaient annoncé la décision de remise en liberté du journaliste, écroué à la prison de Silivri, à la lisière d'Istanbul.

Plusieurs actions de solidarité ont eu lieu cette semaine en Allemagne à l'occasion du premier anniversaire du placement en détention du journaliste âgé de 44 ans.

Outre M. Yücel, plusieurs ressortissants allemands ou germano-turcs ont été libérés ces dernières semaines, signalant pour nombre d'observateurs la volonté d'Ankara de détendre l'atmosphère avec Berlin.

En décembre, la journaliste et traductrice allemande Mesale Tolu avait ainsi été remise en liberté conditionnelle après huit mois passés en prison, une mesure assortie néanmoins d'une interdiction de sortie du territoire.

Toutefois, le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel a estimé vendredi que M. Yücel devrait pouvoir quitter la Turquie.

Depuis la tentative de putsch du 15 juillet 2016 en Turquie, l'Allemagne a multiplié les critiques concernant la situation des droits de l'homme dans ce pays, dans un contexte de purges tous azimuts ayant également frappé des journalistes critiques et des opposants politiques.

Auteur
AFP