Aller au contenu principal
Body

EXPRESS

Le Maroc va reprendre ses "relations diplomatiques" avec Israël

Le Maroc a confirmé jeudi qu'il allait "reprendre des relations diplomatiques" avec Israël "dans les meilleurs délais" après l'annonce faite par Donald Trump sur twitter.

"Une autre avancée HISTORIQUE aujourd'hui !", a écrit sur Twitter le président américain. "Nos deux GRANDS amis, Israël et le Royaume du Maroc, ont accepté de normaliser complètement leurs relations diplomatiques - un grand pas en avant pour la paix au Moyen-Orient !", s'enflammait le président américain.

Lors d'un entretien téléphonique avec le président américain Donald Trump, le roi du Maroc Mohammed VI a indiqué que son pays allait "reprendre les contacts officiels (...) et les relations diplomatiques dans les meilleurs délais" avec l'Etat hébreu, est-il indiqué dans un communiqué du Palais royal.

Le Maroc et Israël avaient déjà disposé, dans les années 1990, de bureaux de liaison, à Rabat et à Tel-Aviv, jusqu'à leur fermeture au début des années 2000.

Le roi du Maroc a également "transmis ses sincères remerciements au président américain" pour sa position sur le Sahara occidental, une ex-colonie espagnole que se disputent depuis plusieurs décennies Rabat et le Front Polisario.  

Il a salué une "position constructive des Etats-Unis" qui "vient renforcer la dynamique de la consécration de la marocanité du Sahara (...) confirmée par les positions de soutien par un ensemble de pays amis, ainsi que par les décisions de nombreux pays d'ouvrir des consulats".

Sur la reprise de relations avec Israël, selon le communiqué du Palais royal, le roi du Maroc a dit vouloir "accorder les autorisations de vols directs pour le transport des membres de la communauté juive marocaine et des touristes israéliens en provenance et à destination du Maroc".

Mohammed VI a par ailleurs assuré que "ces mesures n'affectaient en aucune manière l'engagement permanent et soutenu du Maroc en faveur de la cause palestinienne juste".

Le Maroc "soutient une solution fondée sur deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité", réaffirme le communiqué du Palais royal.

"Les négociations (...) restent le seul moyen de parvenir à un règlement définitif, durable et global de ce conflit", ajoute la même source, selon laquelle le souverain marocain s'est aussi entretenu avec le président palestinien, Mahmoud Abbas.

L'autocrate égyptien Abdel Fattah al-Sissi a lui salué un "pas important "pas important vers davantage de stabilité et de coopération" dans la région.

Dans la foulée des annonces de ce jeudi, Donald Trump, qui quittera la Maison Blanche le 20 janvier, a annoncé dans le même temps sur Twitter qu'il avait signé jeudi une proclamation reconnaissant la souveraineté marocaine sur le territoire disputé.

"La proposition sérieuse, crédible et réaliste du Maroc sur le plan d'autonomie est la seule base pour une solution juste et pérenne afin d'assurer paix et prospérité !", a-t-il écrit. Cependant, l'ONU, dont une mission de paix tente d'organiser ce référendum, a indiqué que la décision américaine ne changeait pas sa position sur ce qu'elle considère comme un "territoire non autonome".

Sous l'impulsion de l'administration de Donald Trump, le Maroc est le troisième pays à annoncer prendre ou reprendre des relations diplomatiques officielles avec Israël ces derniers mois, après les Emirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.

Auteur
L.M/AFP