Aller au contenu principal
Body

CENSURE/MEDIAS

Le ministère de la Communication ferme "définitivement" El Djazairia One

Le ministère de la Communication et l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) ont annoncé, lundi dans un communiqué conjoint, la fermeture "immédiate et définitive" de la chaîne El Djazairia One ainsi que la fermeture pour une semaine d'El Bilad TV.

Concernant El Djazaïria TV, le communiqué  avance des motifs liés au "non respect des exigences de l'ordre public" et d'autres en rapport avec les poursuites judiciaires à l'encontre des fondateurs et gérants de cette chaîne.

"Partant de ses missions de régulation et de contrôle de la scène audiovisuelle et suivant les prérogatives que lui confère la loi 14-04 relative à l'activité du secteur, l'ARAV a enregistré des violations professionnelles provenant de la chaîne +El Djazairia One+ relatives au non respect des exigences de l'ordre public, outre la violation par l'un des associés de cette chaîne de la loi sur l'activité audiovisuelle, laquelle interdit l'acquisition d'actions dans plus d'une chaîne télévisée", lit-on dans le communiqué.

Aux précédents motifs s'ajoutent "les poursuites judiciaires et le mandat d'arrêt rendu par la justice algérienne à l'encontre des frères propriétaires, fondateurs et gérants de cette chaîne pour infraction à la législation et à la réglementation de change et mouvements de capitaux de et vers l'Algérie, d'une part, blanchiment d'argent, d'autre part".

"Soucieuse de garantir le respect des lois de la République et ses réglementations en vigueur", l'ARAV "décide de la fermeture immédiate et définitive de la chaîne El Djazairia One et demande au ministère de la Communication de lui retirer l'accréditation et d'appliquer la décision de sa fermeture définitive".

Après avoir reçu une demande de l'ARAV sollicitant la fermeture "immédiate et définitive" de la chaîne, le ministère de la Communication "appelle les instances compétentes à mettre à exécution la décision de l'ARAV".

Depuis quelques semaines, le ministère est parti en guerre contre de nombreux médias. Deux chaînes d'information étrangères, France 24 et Al Arabiya ont vu leur agrément retiré. De nombreux site d'information en ligne, dont le Matin d'Algérie, sont toujours censurés et donc inaccessibles en Algérie. 

Une chape de plomb est tombée sur la presse. Menace, censure, chantage à la publicité ont les imparables armes déployées par le régime pour faire taire la presse.

 

Auteur
L.M/APS