Aller au contenu principal
Body

POLEMIQUE

Le commandement militaire tourne le dos au Hirak

Dans un communiqué, le commandement militaire met les pieds dans la politique comme jamais et exhorte le peuple à aller voter. 

Voilà qui se précise encore une fois. Le ministère de la Défense censé ne pas s'immiscer dans les affaires électorales vient de signifier qu'il est bien impliqué dans la présidentielle. Les naïfs sont douchés Ce qui contredit au demeurantes déclarations du chef d'état-major qui passe son temps à soutenir qu'il n'intervient pas dans la politique.

"Dans le cadre de la sécurisation globale des élections présidentielles dont le Haut Commandement de l'Armée Nationale Populaire s'est engagé à garantir le bon déroulement jusqu'à l'élection d'un Président de la République le 12 décembre prochain, toutes les mesures et dispositions sécuritaires nécessaires ont été prises afin de garantir l'aboutissement du processus électoral conformément aux normes juridiques conventionnelles pour la réussite de cette échéance électorale importante pour notre pays", est-il écrit en liminaire de ce communiqué.

Alors que des millions d'Algériens manifestent aux quatre coins du pays contre la présidentielle le Haut Commandement de l'Armée nationale populaire donne un autre son de cloche. Il parle d'accompagner l"'élan populaire et affiché son soutien aux revendications légitimes des citoyens pour la concrétisation des changements voulus, et la réalisation de l'objectif principal en l'occurrence l'organisation des élections présidentielles". 

On ne sait si les rédacteurs de ce communiqué ont suivi les marches de vendredi dernier ou ils étaient loin du pays, mais ce communiqué donne toute la mesure de l'ignorance de la situation de profond rejet de ce calendrier électoral. Cette prise de position du commandement militaire appelle à la cristallisation de la colère populaire. Pourtant jusqu'à présent jamais les millions d'Algériens qui battent le pavé pour une Algérie meilleure ne critiquent l'Armée. Bien au contraire, leur slogan "khawa khawa" en dit long sur la conviction qu'ont les Algériens que l'armée ne peut aller à l'encontre de la volonté populaire. 

Mais alors pourquoi le commandement militaire refuse de faire une lecture froide et pragmatique de la situation de crise politique dans laquelle l'Algérie est plongé depuis 9 mois ? Il y a dans ce message une grande méprise des revendications populaires. C'est le moins qu'on puisse dire. Mettre les Algériens devant le fait accompli  en arguant que "le Haut Commandement de l'Armée Nationale populaire a donné, à la veille de la campagne électorale, d'amples instructions et orientations nécessaires à tous les Forces et les Services de Sécurité concernés pour réunir les conditions adéquates et permettre au peuple algérien de participer massivement à la campagne électorale et à la prochaine échéance présidentielle en toute liberté et transparence" n'est pas pour rassurer les millions d'Algériens qui réaffirment depuis 9 mois leur désir de plus de liberté et de changement radical dans un cadre autre que celui tracé par le pouvoir actuel. 

A quoi joue l'armée en sommant le peuple de voter contre sa volonté ? sommes-nous tentés de nous interroger. 

Auteur
Yacine K.
 

Ajouter un commentaire