Aller au contenu principal
Body

SCANDALE

Le ministère des Moudjahidine interdit le film sur Ben M'hidi

Coup de tonnerre à Alger. Au moment où les officiels de la culture invitent Gérard Depardieu pour jouer à coup de devises sonnantes et trébuchantes le rôle du Dey Hussein, celui-là même qui a remis les clés d'Alger aux Français en 1830, le film d'un héros de l'indépendance est interdit.

Le biopic qui retrace la vie de l'immense Larbi Ben M'hidi est interdit par le ministère des Moudjahidine. Quelles sont les motifs de cette interdiction ? Pourtant ce film a obtenu toutes les autorités de la part des scribes du ministère ! Pour l'heure, nous n'avons certes aucune explication à ce refus.

Mais il est d'évidence que ce ministère qui exerce son magistère d'une manière implacable et autrement peu scientifique sur l'histoire de la Révolution est devenu une officine de censure.

Larbi Ben M'hidi assassiné par les paras du général Massu à Alger après l'avoir affreusement torturé est un personnage emblématique de la Révolution algérienne. Son aura auprès de la jeunesse algérienne en mal de repères a gagné en importance. Aussi, cette interdiction sonne a priori comme une volonté de régenter l'histoire.

Dans le message ci-dessous, le réalisateur veut croire à une levée de l'interdiction. Et laisse la porte ouverte au ministère.

Dans un message posté ce matin, Bachir Derrais écrit 

Chers amis journalistes, ce matin ,vous étiez très nombreux à m'envoyer vos questions sur l'interdiction de la projection de mon film"Ben Mhidi" en Algérie.
Effectivement le film est interdit officiellement on me mais je vous demande d'être indulgents, laissant temps de contacter mes partenaires ,mes avocats afin d'analyser cette interdiction.
Merci pour votre compréhension.
Bachir Derrais 
Le 2 septembre 2018

Ben Mhidi

Auteur
La rédaction
 

Commentaires

Permalien

la reponse est toute simple car les ben bella .boukharouba .boutef...ne pesent rien du tout devant notre ben mhidi et ses freres de combat

Permalien

Prière d'annuler le commentaire envoyé il y a quelques instant (même nom et même objet). Une méprise monumentale m'a fait croire que c'était le ministre des Affaires Religieuses qui avait poussé à l'interdiction du film Larbi Ben M'hidi. S'il est trop tard et qu'il est publié, alors mea cupa et mille excuses aux lecteurs et à M. Aïssa , ministre des Affaires Religieuses.

Permalien

Le dey était musulman et l'occupant turc l'est aussi et c'est la raison pour laquelle l'Algérie officielle ne siffle pas un mot sur l'occupation turque.

Quant à l'immense BENMHIDI, il n'a pas besoin d'un film pour être respecté par les siens, c'est lui le FLN/ALN avec une poignée de gens et les BEN BENBELLA donneur de ses frères de l'OS, du BOUKHAROUBA le spécialiste des coups tordus et qui n'a jamais tiré un seul coup de feu sur les soldats français a été condamné par le dit FLN et destitué en 1962 ainsi que l'actuel locataire d'EL MOURADIA exfiltré au MALI pour échapper à une condamnation par ses frères.

Il suffit de questionner la véritable histoire pour se rendre compte que tous ces nuisibles ont été les faussaires et les fossoyeurs et usurpateurs de la glorieuse révolution menée par les gens de l'intérieur et dont ont profité les planqués de l'extérieur.

Permalien

BLA .BLA. C´EST UNE PUBLICITAIRE POUR AVOIR DE BUGET DE FONCTIONNEMENT AUPRES DE MINISTERE DE MOUDJAHIDINE RIENS A GRATIS:l'Algérie ce cédera rien aux harkis », ok !
Combien de moudjahidine sont encore en vie ?
Budgets de l'Etat : le ministère des Moudjahidine trop gourmand
IL Y A 25 ANS, L’AFFAIRE DES FAUX MOUDJAHIDINE

Permalien

Cessz vos mensonges sur la résistance de Dey Hussein et de l'émir Abdelkader , aller chercher qui a été à coté des français en 1830, et cherchez aussi pourquoi le film a mis l'accent sur le soummam et son participation à ce congré et sue une seulle région que vous connaissez .

Permalien

Est ce que c’est un film de pornographie juvénile? Pour que les tyrans se mêlent et interdisent. Vous devez comprendre que c’est un régime totalitaires, fasciste criminel. Arrêtez de parler de ministre, de juge, de président, de député... nous n’avons aucun titre digne de ce nom. Vous pouvez les appeler. Le tyran, le criminel, le voleur, l’imposteur, le dictateur, le violeur, .... le dictionnaire est plein.

Permalien

Ceux là, capables de mettre des héros tels que les Colonels Amirouche et Si Lhouas dans des tombes anonymes, dans des cellules de prisons, ignorés du peuple pour le quel ils sont tombés au champs d'honneur, ceux là se sont des lâches que l'Histoire rattrapera. Quant à Ben Mhidi, Abane, Didouche.... ils vivent dans les célestes prairies de celui qui les a faits héros immortels et propres dans le cœur de chaque algérien et algérienne.

Permalien

Notre Benm'hidi restera pour l'éternité un exemple de résistance d'héroïsme et d'humilité !
Retracer son parcourt de militant et soldat de la liberté, n'est certainement pas aisé, tans sa personnalité est pleine de toutes les qualités d'un idéaliste et d'un rêveur d'une Algérie libre et indépendante. Il avait eu quelques mots prémonitoire sur l'après indépendance nous y sommes en plein dedans. Regardez ces bouffons de la démocratie aujourd'hui, qui sont en train de détruire un pays chèrement acquis.
Que le ministère des "moudjahidine" justifie et fonde sur refus de projection en Algérie.
C'est tout ce que l'on demande. À moins qu'il attende le feu vert de …….
Lamentable, pitoyable… J'ai honte pour mon pays !

Permalien

Le courage de Ben M'hidi qui a osé tenir tête au général Massu est un exemple qui envoie un message dangereux pour le groupe des 701kg.

Permalien

Malheureusement beaucoup de faux moudjahidine - dénoncés d'ailleurs par un ancien fonctionnaire du ministère de la justice - bénéficient des avantages indus….
Alors……Les vrais moudjahidines sont morts, les autres encore vivants vivent humblement..
Ces faux moudjahidines ne tromperont pas Dieu….

Permalien

Si jeunesse savait et si vieillesse pouvait.

Permalien

Un seul héros dans le combat de libération nationales durant les années 54-62:Le peuple algérien. A bas le Zaimisme. Bravo au ministère des Moudjahidines pour sa décision de s'opposer à la diffusion de ce film

Permalien

si le metteur en scène souhaite que son film soit diffuse' en algerie il doit :
glorifier boussouf, Boukharouba, Boutesrika, et tout le clan de Oudjda qui n ont jamais vu un para ou soldat francisa il (le metteur en scène)ne doit surtout pas critiquer ceux qui étaient cache' au frontières (qui ont ose' assassiner Abane le frère de combat de Ben m;hidi,) ils avaient bien le temps de comploter pour le pouvoir en assassinant le reste des vrais combattants de la wilaya 4 et 3, c bien l actuel président qui e'tait charge' de dénicher une tète d affiche,pour un laps de temps qui de mieux que le tabor adjudant de l armée française Ben Bella pour qui nasser et degaule ont fais une grande publicité de grand révolutionnaire pour occulter les vrai, Boudiaf qu ils ont fini par assassiner, ait ahmed, Khider, krim et tant d autres. Pauvre algerie.et pauvre ghachi

Permalien

C'est normal qu'il interdit tout film reliait à la révolution car il ne connait aucun héro de notre révolution ni encore moin la révolution il n'avait entendu que parler alors pourquoi s'en demander plus. Il ne connait que Bouteflika pas plus ou le grand menteur sur la révolution Ouled Abass.car de ma vie je n'avait jamais entendu dire que les fellaga avaient lancé des grenade ou des bombes contre des églises et sauf ce Monsieur qui l'avait fait. de par ses mensonge il s'est jeté dans la gueule du loup et j'èspère qu'il sera jugé pour crime de guerre.

Permalien

Le film parle de Ben Mhidi (Allah yarhamou) un symbole rare de la vrai révolution algérienne, et le ministère des moudjahidin comme tout le monde le sait, c'est un ministère dont 75% sont des faux moudjahidin et 25% des lâches qui savent la vérité et ne disent rien.( Alors qu'elle est la différence entre tuer q qu’un et le laisser se faire tuer messieurs les vrais moudjahidin). Des ministres des Moudjahidin qui après le limogeage/retraite partent vivre en France

Permalien

Bonne décision dites vous ?!
Mr Benm'hidi a été respecté même par ses adversaires. "Bigeard apprit que Ben M’Hidi avait été fusillé à l’aube. Avant sa mort, on lui avait présenté les armes. Le peloton avait rendu les honneurs militaires à sa dépouille. Ben M’Hidi était mort en seigneur."
Les ignorants font plus de mal que le feraient leurs ennemis. Lisez l'histoire et la vie de nos vrais moudjahidine, sinon abstenez vous de faire montre de votre méconnaissance en la matière. Sans rancune.

Permalien

Mr le ministre des plutot faux patriotes , appeles chez nous, mouja..., occupez vous plutot des milliers dea faux moujahidins que vous avez dans votre registre, Vous faites partie de cette mafia qui terrifie le peuple et suce son sang.

Permalien

Monsieur (et je ne pense pas que vous le soyez) lisez, bouquinez et interrogez les gens sur Le Héros Ben Mhidi(Allah yarhamou). Lisez le livre de Bigeard , un passage sur son héros Ben Mhidi (je dis bien Son héros). et j'ai le livre si vous êtes intéresse. (Vous me donnez l'impression d’être un illitre trilingue
C'est triste un joli pays comme le notre géré par des voyous comme vous.

Permalien

Quant à l'immense BENMHIDI, il n'a pas besoin d'un film pour être respecté par les siens, c'est lui le FLN/ALN avec une poignée de gens et les BEN BENBELLA donneur de ses frères de l'OS, du BOUKHAROUBA le spécialiste des coups tordus et qui n'a jamais tiré un seul coup de feu sur les soldats français a été condamné par le dit FLN et destitué en 1962 ainsi que l'actuel locataire d'EL MOURADIA exfiltré au MALI pour échapper à une condamnation par ses frères.

Il suffit de questionner la véritable histoire pour se rendre compte que tous ces nuisibles ont été les faussaires et les fossoyeurs et usurpateurs de la glorieuse révolution menée par les gens de l'intérieur et dont ont profité les planqués de l'extérieur.

Ajouter un commentaire