Aller au contenu principal
Body

PUBLICATION

"Le Mystère d’Abd el-Kader. La franc-maçonnerie, la France et l’islam"

Honni par les tenants d’un islam rétrograde incapable de se réformer, l’émir Abd el-Kader n’en finit plus d’intriguer par sa modernité, la générosité de sa philosophie soufie et son souvenir qui perdure dans la franc-maçonnerie. A Tunis, au Caire, Dakar ou Paris, des loges continuent de porter son nom.

Anthropologue de l’islam et directeur de recherches au CNRS, Thierry Zarcone livre une synthèse des plus réussies. Elle complète la récente somme d’Ahmed Bouyerdene, La Guerre et la paix. Abd el-Kader et la France, Paris, Vendémiaire, février 2017. Il s’agit de mettre un terme à la polémique sur le fait que ce chantre de la résistance algérienne à la France dans le cadre d’un Etat indépendant en gestation (et non tourné vers la Sublime Porte comme le proposait encore entre 1830 et 1838 son rival de Constantine, le bey Ahmed) ait pu concilier son adhésion à l’idéal franc-maçon avec la mystique d’un islam épuré et généreux.

En ce sens, Abd el-Kader est bien une énigme, à la fois saint de l’islam et parangon de la rencontre Orient-Occident. Grâce à sa grande connaissance des archives du Grand Orient (GO) qui lui permet une enquête-modèle sur la maçonnerie à Damas et sur la loge Syria entre 1879 et 1889, l’auteur en donne une réponse claire. Il démêle le vrai du faux, y compris s’agissant du rôle joué à Damas par son fils aîné et sa descendance, le tout analysé de main de maître (pages 73-107).

La démonstration est étayée par les biographies simplifiées des principaux personnages cités (dont Tareq Oubrou ou Xavier Yacono). La présentation rigoureuse des sources abondantes de Dublin à Paris, via Istanbul, Nantes, Rome et Nantes, précède une bibliographie érudite et des notes fournies, par chapitre, en fin de volume.

Tout comme Franck Frégosi, le grand spécialiste de l’islam de France qui, dans sa très riche postface, souligne le destin hors du commun et les controverses qu’il a suscitées, l’auteur rappelle comment, grâce aux travaux du regretté Bruno Etienne à partir des années 1980, on redécouvre un émir franc-maçon progressiste. La première partie de l’ouvrage comporte une analyse critique des sources, tant arabes, françaises, ottomanes ou italiennes.

Ce qui permet de dégager le personnage historique du portrait mythique que le GO dresse d’Abd el-Kader à la fin du XIXe siècle. Il faut dire que l’émir est l’une des figures les plus célèbres de son temps, admiré par ses ennemis français lors de la phase de la conquête de l’Algérie, puis de l’indigne emprisonnement qui suivit sa reddition pleine de grandeur en 1847, avant que Louis-Napoléon Bonaparte lui permette de prendre le chemin de l’exil.

Il est connu de New York à Moscou lorsqu’en 1860, à Damas, il sauve 10 000 chrétiens, essentiellement des Maronites, par son seul prestige et l’action de sa milice. Certes, le grand mufti et imam de Bougie (Bejaia) Sidi Hamed, initié en 1839 par la loge du GO, Les Frères numides, en 1839, est un des très rares dignitaires musulmans à avoir précédé Abd el-Kader.

Mais rien n’est comparable par le lustre et le retentissement international avec l’entrée en maçonnerie de ce dernier. Il est contacté par la loge parisienne Henri IV du GO en 1861, trouvant dans cette loge de « fraternité fondée sur l’amour », une adéquation avec la philosophie des confréries soufies, la Qâdiritta, dans laquelle il a été élevé, et  la Shâdhiliya (confrérie égyptienne) et la Naqshbandiyya. Nourri des préceptes de son maître à penser soufi Ibn’ Arabî, lecteur de Platon et des grands philosophes de l’islam comme Avicenne, Abd el-Kader fait montre d’une vaste culture et d’une prédisposition à l’ouverture sur le monde. Cette modernité est bien le contre-exemple militant de l’obscurantisme contemporain des islamistes de tout poil. Le nouvel initié n’a rien d’un contemplatif.

L’auteur souligne à juste titre son engagement pour le progrès, notamment pour le canal de Suez aux côtés du frère maçon Ferdinand de Lesseps. C’est donc à Alexandrie où il séjourne en 1863 et 1864 qu’il est véritablement initié tout en accomplissant un pèlerinage à La Mecque. L’intronisation a lieu le 18 juin 1864, dans la loge du GO Les Pyramides d’Egypte, loge où les deux langues employées sont l’arabe et le français. En 1865, après avoir revu Amboise, dernier lieu de son emprisonnement sous la IIe République, Abd el-Kader est reçu solennellement à Paris par ses frères de la loge Henri IV.

Mais l’émir n’a point besoin d’une pratique maçonnique régulière. Thierry Zarcone souligne les spécificités de ce « franc-maçon sans loge » lors de son installation définitive à Damas. Ce n’est qu’en 1879 que la loge italienne du GO Syria est créée dans cette ville, pour les diplomates surtout, sans que l’émir y soit pour quoi que ce soit. Il reste cependant l’ami des maçons et fortifie son rôle prestigieux de guide spirituel. L’émir continue d’intriguer de son vivant, tant il prend à contre-pied un certain nombre d’idées reçues le concernant. Le voilà reçu par le pape Pie IX. Il fait figure d’archétype de mystique oriental pour la société paramaçonnique des « Shriners » américains admirant son humanisme et sa tolérance. Une autre qualité de l’ouvrage est l’étude de l’élaboration du mythe, comment les autorités coloniales s’en sont servi en Algérie pour glorifier la conquête. Ceci aura des conséquences pour la mémoire  de l’émir lors de l’indépendance algérienne où le héros national sera confronté à la légende qui le fait passer pour « l’ami des Français ». C’est dire si l’analyse débouche sur l’historiographie et l’étude des représentations, y compris les médailles.

Enfin, cet ouvrage ouvre sur la problématique fondamentale de « penser l’islam de France » à travers la grande figure d’Abd el-Kader, « apôtre de la tolérance et du vivre-ensemble ». En ce sens, par le croisement, dans la modernité, des spiritualités entre Orient et Occident, Abd el-Kader est bien un modèle à suivre. Il n’est pas incompatible avec la laïcité dans son respect de toutes les croyances, sans oublier la question récurrente de la dignité des femmes musulmanes qui n’ont pas à porter le voile contre leur volonté. A noter les bonnes pages relatives à la loge Abd el-Kader, fondée à Paris en 2005 par la Grande Loge Nationale Française qui rassemble des frères d’origine algérienne, tunisienne et marocaine dans une déférence à l’égard des religions et du modèle soufi.

En bref, un ouvrage à méditer qui est aussi une rigoureuse leçon de l’approche critique d’un mythe.

Jean-Charles Jauffret

Thierry ZARCONE, Le Mystère d’Abd el-Kader. La franc-maçonnerie, la France et l’islam, postface de Franck Frégosi, les Editions du Cerf, janvier 2019, 352 p., 24 euros.

Auteur
Jean-Charles Jauffret
 

Commentaires

Permalien

Conneries. C'est le premier leader préfabriqué. Quelle culture? Platone? On est dans la melasse réchauffée. Quand un Francais réellement arabophone avait tenté de lui parler en arabe fousaa il ne savait pas dire un mot outre les quelques versets coraniques. Il est le specimen des Brizidan élus ailleurs comme messali benbella benbadis boumediene….

Permalien

levé les deux mains face à Bugeaud. Après avoir pris l'éxil "doré" en laissant son peuple livré aux affres de l'armée coloniale Française. Après avoir choisi l'orient pour exercer son influence "bigote" au profit de ses maitres "franc-maçons-tieurs" français, tu m'étonne que Mssiou JAUFFRET se fonde d'une ode à leur grand serviteur. L'Histoire a ceci de terrible, c'est qu'elle n’obéit pas aux arrangements posthumes.

Permalien

M. Jauffret, concernant votre article sur Abdelkader =
pour les qualificatifs du genre " le sublime ceci, l extraordinairent rigoureux cela, le si remarquablement merveilleux cet autre " n en jetez plus, c est plein ( et depuis un bon moment deja)
pouvez vous nous faire un article aussi savant sur ce qu est exactement la franc maconnerie ? Merci d avance !

Permalien

Il faut nous expliquer, comment croiser une Secte musulmane, le soufisme et la Franc-maçonnerie. Une loge fondée en 2005 pour les Maghrébins de France. La loge Abdel Kader. Comment voulez vous que ces deux forces puissent cohabiter ? C'est comme si vous voulez croiser le chat et le chien.

Permalien

Voici le probleme des francheese. La seule philosophie digne de citer, est celle de la "Libre Volonte' ", qui pose des precepts soumis a la CONSTRAINTE CULTURELLE. Biensur, cela est sorti de la teted'un ATHE' AMAZIGH, ou en termes comtoporain UN ALGERIEN. Elle relativise les histoire en vrac lie'es a des histoires plus ou moins veridiques, pour les structurer en cette structure triangulaire, dite LA TRINITE'. quelque chose semblable a la connivence entre l'algebre et la geometrie...
Voila donc le soucis des francheese-jaunes - l'espoir de voler cet heritage, alors que l'histoire retient que quand Constantine (empereur) cherchait a nationaliser la religion(sa generalisation source du terme catholique), les gaulois les francs et tous les fromages europeens ont dit 'Oui, llahh ghaleb" - Pas chez nous - nos ancestres ont mene' une GUERRE. Quand a ce kader le syri,s'il avait quoi que se soit dans la tete, il se serait approprie' le travail des siens... helas, l'histoire retiendra qu'il s'est nie', prettendu arabe, etc... khortille'en long et en large... esperant devenir un soltan. Ca aussi, c'est l'ide'e des faux-nobles de france, a l'image de leur nabot...il est temps d'etaler tout ca dans un petit livre et de passer a autre chose.

Permalien

Bonjour je tiens à vous dire que l'émir que la paix soit sur lui est un saint homme d'Allah le très haut qui laisse dans la perplexité ceux qui essaient de le digner Ou se l'approprie à leurs profils étant moi spirituellement lié à l'état d'être un soufi car c'est le sens réel et non de la philosophie il n'y a pas d' adhérence à qui où à quoi que ce soit c'est le chemin indiquer par Allah le très haut pour être sans mélange d' illusion à sa sa réalité pas de divinité si ce n'est Allah la vérité même que Allah le très haut vous guide Amin

Permalien

abane, benmehidi, didouche, benboulaid, amirouche, haoués, lotfi, boumendjel, zighout, boudiaf, ne sont pas de la franc-maçonnerie, sinon ils ne seraient pas morts assassinés, ils auraient vécus longtemps, faits de jolis voyages, rencontrés les grands de ce monde,
pour les arabes c'est plutôt la franc-connerie, vu ce qu'ils battissent comme états et sociétés, et il est certain que les loges arabes sont faites avec de vrais mauvais maçons, et des apprentis maçons l'un d'eux vient d’être limogé il était le gourou de la loge des pins, ou des pains, pour les vrais connaisseurs,

Permalien

il avait ete prepose pour etre l emir des arabes et il a refusé comment voudriezvous qu il soit fanc macon , ce n est pas pour quelques rencontres qu on doit le qualifier d une telle ineptie , un musulman ne peut etre franc macon , c est abscons ce que vous ecrivez sur un meneur d homme au nom de l islamarretez de salir la memoire de ce bon musulman !

Permalien

Les franc maçons algériens et arabes depuis la creation de la franc maçonnerie a ce jour des harkis de satan les francs maçons des marionnettes de satan Ramadan 2019 ALLAH extermine les non-jeûneurs algériens kabyles et arabes par arrêt cardiaque accident de la route virus incendie foudre météorite les commerçants qui augmente les prix des légumes et fruits ne seront pas épargner par ces punitions d' ALLAH aux algériens de lire le Coran H24 ce Ramadan et de mettre fin a Facebook les films et camera makhfiya camera caché

Permalien

Ce que le commun des mortels Algériens ignore c'est que l'émir avait eu un Français du nom de LEON ROCHE comme secrétaire particulier et ses hommes d'affaires étaient des Juifs, les BEN DURAND.
Ce "grand héros national" s'est rendu au général LA MORICIERE le 23/12/1847.
Après la France, il a été envoyé en Syrie où il percevait une pension annuelle de la France de 150 000 francs de l'époque. Il est arrivé à renier son propre fils Mahieddine lorsque ce dernier se rendit en Tunisie pour regagner l''Algérie en 1871.

Les Algériens doivent lire pour cela "l'histoire de l'insurrection de 1871" de RIIN sans oublier l'ouvrage écrit par LEON ROCHE, entre autres.

Permalien

Arrêtez avec tout ça !

Sur l'Emir et la franc maçonnerie, je préfère et de loin le livre de ce grand penseur algérien qu'est le docteur Hamza BENAÏSSA !!!

C'est un petit livre, mais beaucoup plus sérieux et crédible !

Permalien

.... Encore une histoire de jolis foulards propres qu'on fait passer pour des Jeans déchirés et crasseux, et qu'on expose dans un marché aux puces pour les ZAWALYAS qui n'ont pas d'Argent !
Mais c'est la liberté d'expression et .... la démocratie.
Les Prophètes (que le salut de DIEU soit sur eux) n'ont pas échappé aux calomnies. Que dire alors de l’Émir Abdelkader, "Franc Maçon" selon l'auteur de l'article, qui a passé "la belle vie" au château d'Amboise, en France (beaucoup de membres de sa famille y moururent de MALNUTRITION et de FROID) !
Ah, la belle Histoire fabriquée: il suffit de converser avec un Franc Maçon pour le devenir (allez converser avec un Roi, et vous le deviendriez alors) ! Comme quoi, les Fake News, ça ne date pas d'aujourd'hui !

Permalien

1. Bien sûr que pour les Français, tout valeureux combattant est un Fellagua. Pourrait-il en être autrement pour l’Émir Abelkader ? Comme "Fellagua" est un qualificatif relativement récent, pour entacher ce Grand Émir, il ne reste plus qu'à lui coller l'étiquette "Franc maçon" !

2. Pour les Algériens qui "aiment" bien l'ISLAM, l’Émir Abdelkader dérange: il fait de l'ombre à un certain Massinissa et à un certain Syphax, où l'un a fait allégeance à Rome, l'autre à Carthage. Allez chercher l'erreur !

Ajouter un commentaire