Aller au contenu principal
Body

DISSIDENCE CITOYENNE

Le peuple algérien en marche contre le pouvoir militaire (Vidéo)

Marche de centaines de milliers de manifestants à Alger en ce 20 septembre. Crédit photo : Zinedine Zebar.

Ceux qui doutaient encore du peuple algérien en ont eu pour leur grade en ce 31e vendredi de la dissidence citoyenne. C'est un tsunami sans précédent de manifestants qui sont sortis pour dénoncer les dernières déclarations du vice-ministre de la Défense

Des millions de manifestants se sont rassemblés ce vendredi 20 septembre à Alger, Constantine, Oran, Tizi-Ouzou, Annaba, Batna, Tiaret, Tlemcen,... poursuivant leur mouvement de dissidence contre le pouvoir militaire en place qui entend imposer une élection présidentielle en décembre.

Un peuple debout. Déterminé. Uni contre l'arbitraire, la répression et les oukases d'un vice-ministre qui outrepassent ses prérogatives sans que le président en exercice ne pipe mot. 

L'ordre de Gaïd Salah à la gendarmerie de bloquer les accès à Alger pour les habitants des autres wilayas a produit une onde choc extraordinaire. De mémoire de mesures autoritaires, cette dernière est sans doute celle qui a produit une vague de colère populaire après les arrestations racistes contre les porteurs de drapeaux amazighs.

Pire, selon plusieurs sources, la police a procédé le matin à des contrôles d'identité pour vérifier le lieu de résidence de certains manifestants. 

Aujourd'hui, le mouvement de dissidence a signifié qu'il n'est pas possible d'organiser la présidentielle. Le pouvoir militaire reviendra--t-il à la raison et se décidera-t-il finalement à accompagner le mouvement comme il l'a promis dans le sens de la libération de l'Algérie des symboles de l'ancien système ?

Attendons de voir.

Auteur
La rédaction