Aller au contenu principal
Body

REGARD

Le Professeur Raoult et le casse scientifique du siècle

Le Covid-19 continue à faire des siennes même si le plus dur commence à s’éloigner petit à petit, néanmoins, c’est quasiment le sujet de 2020, tout le monde découvre l’infectiologie, et moi dans le lot, nous tous sommes aux aguets de n’importe qu’elle nouvelle concernant ce virus qui a lui seul redessine la géopolitique et met en péril les équilibre du pouvoir dans le monde, rien ne sera plus comme avant c’est certain.

Un virus que nous ne pouvons même pas voir à l’œil nu a mis des nations toutes entières devant leurs dysfonctionnements  en matière de santé publique, l’insuffisance de grand pays à faire face à cette épidémie donne à réfléchir et, vraisemblablement, à constater que l’idée du développement devrait être remise sur le billard.

En France, la starification médiatique du Professeur Raoult reste pour ma part le fait le plus important qui marque cette épidémie en cette « annus horribilis», celui qui selon ses propres dires incarne l’élite scientifique, la super star de la médecine ou le Mbapé de la recherche.

Le Professeur Raoult a fait couler beaucoup d’encre à son sujet, son caractère n’arrange pas les choses, bien au contraire, son égo a fini par nous obnubiler a en devenir  un gourou, nous restons ses adeptes en attendant qu’il nous sorte de ce marasme mondial qui mine nos quotidiens qui, même avant, étaient déjà moroses.

Mais, que pèse-t-il vraiment dans cette pandémie, qu’a il fait pour mériter la gloire et la sainteté qui plane sur lui, pourquoi sursît-il tant de polémique, lui qui se plaisait tant dans la cité phocéenne sans grande renommée au sein des médias.   

Raoult,  il y a quelques mois à peine, au début de la pandémie en chine disait que ce n’est pas parce que quatre cent chinois sont mort qu’il fallait s’inquiéter outre mesure.

 La panique, toujours selon lui, ne doit pas atteindre la quiétude médicale de la France républicaine.

Pour ma part, je souhaite toute la réussite au Professeur Raoult car je l’aime bien, sa façon de dire des choses inaccessibles pour les profanes que nous sommes  et de les vulgarisé est une bonne chose en soit.

 vraiment c’est mon sentiment sincère en plus de mon admiration capillaire et de l’anarchisme dans le monde médical qu’il représente fortement qui dérange donne une originalité au personnage et c'est bien .

Ce qui me gêne dans l’histoire, c’est l’échafaudage médiatique autour de lui, tout le monde est persuadé que c’est Raoult qui à découvert le traitement à la chloroquine pour faire face au Covid-19.

C’est indéniable, qui dit traitement dit forcément le Professeur Raoult et donc la France, c’est un fait je n’invente rien.

Pour rappel et faire dans le savant pour une fois, la chloroquine et l’hydroxychloroquine sont deux molécules qui sont utilisées dans le traitement de plusieurs maladies telles que le paludisme depuis longtemps.

Il faut juste souligner que dès le mois de février, bien avant le Professeur Raoult, Xu Nanping, le ministre adjoint aux Sciences et à la Technologie chinois, a déclaré que la chloroquine avait été utilisée sur 135 cas à Beijing et dans la province de Guangdong.

Selon les propos rapportés par les agences de presse chinoise à ce moment, 130 de ces patients «présentaient des symptômes légers, les cinq autres étant des cas sévères» toujours Selon Xu Nanping.

Il avait déclaré qu’ «Aucun des patients présentant des symptômes légers et communs n’a développé de symptômes sévères, donc, les chercheurs chinois ont bien avant le Professeur Raoult expérimenté « son traitement », mais personne ne le dit ni daigne rendre à César ce qui appartient à César.

A la  mi-mars, les médecins de la province Guangdong impliqués dans cette campagne de soin ont préconisé son usage (Chloroquine) dans un article publié dans une revue scientifique chinoise.

C’est également à ce titre que la chloroquine a été  mentionnée comme un traitement envisageable – parmi d’autres cela va de soit – la Chloroquine était au début de l’épidémie une stratégie thérapeutique chinoise  qui tient la route, qu’il ne fallait  pas nécessairement écarter.

Il faut comprendre que les Chinois ne cherchaient nullement à briller devant les caméras de télévision, non, ce n’est pas leur genre, mais force est de constater qu’ils sont efficaces quand il  s’agit de traiter un problème sans pour autant fanfaronner et s’autoproclamer l’élite en la matière.

Auteur
Maiza Nazim