Aller au contenu principal
Body

TRIBUNE

Le Rassemblement pour la Kabylie appelle au retour à la souveraineté populaire

Le Bureau du RPK, réuni en date du 23/06/2020, fait état d’une grave dérive dictatoriale du pouvoir. Alors que dans le monde entier, les États s’attèlent à endiguer l’épidémie du covid-19 et à rassurer leurs populations, le régime algérien, dans un cynisme politique provocateur, s’est engagé dans une démarche liberticide par une traque systématique des activistes, blogueurs et journalistes acquis à la dynamique du mouvement populaire de février.

Leur condamnation à de lourdes peines de prison dénote du caractère instrumentalisé de l’appareil judiciaire pour faire peur aux citoyens et empêcher l’expression de la parole libre. Dans un contraste total, par contre, ceux qui multiplient les appels à la haine et à un anti-kabylisme délirant continuent de bénéficier d’une impunité totale.

La suspension, réfléchie et logique, des marches du “Hirak” pour crise sanitaire est devenue une aubaine pour le pouvoir qui multiplie ses intimidations et ses arrestations dans le but de mettre fin à la contestation populaire après le simulacre des élections présidentielles du 12 décembre 2019.

Dans le but de « relégitimer » un système désavoué de manière édifiante par les Algériennes et les Algériens de manière pacifique, une révision constitutionnelle est proposée alors que le champ politique est verrouillé, comme jamais depuis 1989, et la dernière sortie du Ministre de l’Intérieur vis à vis du RCD va droit à une remise en cause du multipartisme en Algérie. Face à une  crise économique sans précédant qui vient à grands pas sur nous, et les tensions au niveau régionale marquée par les tiraillements en Libye, tout indique que le schéma directeur arrêté par les décideurs est l’adoption, dans une totale fuite en avant, du modèle de régence politique à l’égyptienne. 

Le RPK rappelle que seule une transition démocratique permettra la stabilité du pays le retour réel à la souveraineté populaire, la consécration de l’État de droit, le respect des libertés individuelles et collectives et la refondation institutionnelle à même de traduire la diversité de l’Algérie plurielle.

Le démantèlement des fondements du système passe aussi par l’abandon d’un système centralisé jacobin pour aller vers la reconnaissance constitutionnelle des autonomies régionales. 

Répondant à une demande largement partagée dans les milieux engagés dans la lutte populaire, le RPK soutient qu’une conférence régionale en Kabylie est plus qu’opportune, à la fois pour donner un nouvel an pour la contestation populaire et aussi pour imprimer un contenu politique, avec des objectifs clairs, à la mobilisation des citoyens. Cette rencontre sera le lieu de débat pour rassembler tous les militants, avec leurs différentes sensibilités, pour que, quelque soit le processus qui sera engagé au niveau national, les intérêts propres de la Kabylie soient respectés et sauvegardés. 

Le RPK qui suit avec inquiétude les manifestations populaires à Tinzaouatine, apporte son soutien aux revendications légitimes des Touaregs et condamne la répression sauvage qui s’est soldée par la mort d’un jeune manifestant et de plusieurs blessés.

La gestion autoritaire et centralisée des territoires a montré une nouvelle fois que fatalement c’est la logique de l’affrontement avec les citoyens qui s’impose au lieu de la participation citoyenne

P/Le RPK : le coordinateur, Hamou Boumedine

Auteur
P/Le RPK : le coordinateur, Hamou Boumedine