Aller au contenu principal
Body

POLEMIQUE

Le Rassemblement pour la Kabylie répond au Secrétaire national du FFS

Suite à la déclaration  rendue publique aujourd’hui par le Secrétariat National du FFS dans laquelle il condamne  la participation du porte-parole du RPK à la réunion du PAD tenue le 06/10/2019 au siège du Bureau Régional du RCD de Tizi-Ouzou, le bureau du  RPK a rendu la mise au point suivante :

Communiqué :

C’est avec regret, que dans un contexte marqué par une répression sans précédent des animateurs du mouvement populaire par le pouvoir autoritaire militarisé, le FFS n’ait trouvé de mieux pour réagir, avec une rare violence, que sur la participation  du RPK à une réunion de pacte de l’alternative démocratique. Considérant les enjeux stratégiques qui se posent pour le pays, et pour ne pas perturber la construction d’une véritable alternative démocratique, la crise politique interne au FFS n’a pas vocation raisonnablement à s’inviter dans le débat public actuel.

Pour rétablir les faits, le RPK tient à préciser que l’invitation qui a été faite à son porte-parole, par un membre de la Direction du RCD, rentrait dans le cadre d’ une simple réunion  de concertation entre les différents acteurs de la région vu la gravité de la situation, et que c’est à l’issue de la rencontre que les participants ont décidé de la transformer en prolongement  local de l’initiative nationale du PAD à laquelle, par ailleurs, le RPK a participé par deux fois. Le porte-parole du RPK a exposé trois préoccupations au cours de cette rencontre : la première est la nécessité de trouver les mécanismes pour venir en aide aux familles des détenus qui sont dans le besoin, la deuxième est la nécessité de s’ouvrir à tous les acteurs de la région et enfin de continuer de rester dans une dynamique populaire unitaire en évitant toute  tentative de caporalisation partisane. Il est bon de signaler que le RPK a été la première organisation politique à appeler depuis le mois de mars au regroupement des démocrates et face au foisonnement de propositions de sortie de crise, il a plaidé pour une conférence ouverte pour la transition démocratique.

Quand la direction actuelle du FFS dit qu’elle est à l’avant- garde du mouvement populaire  elle fait acte d’une grave imposture politique. Tout le monde sait que l’appel aux marches du  22 février n’a été assumé par aucune formation politique et que celui ci a été le résultat d’appels relayés  de manière anonyme sur les réseaux sociaux. Le FFS était à l’arrière-garde et certains de ces cadres ne sont pas gênés de suggérer que cet appel, qui venait pourtant d’une attente profonde du peuple, était une nouvelle manipulation de la police politique.

Pour  se refaire une nouvelle virginité politique le FFS a cru bon de présenter le RPK comme une organisation politique séparatiste qui porte atteinte à l’unité nationale ! Gravissime pour le parti qui a été le premier à s’avancer sur l’idée des autonomies régionales ! Reniement pour le parti qui a oublié que feu Hocine Ait Ahmed a déjà suggéré, en 1995, que le modèle catalan correspondrait bien à  la Kabylie !

Si ce n’était pas la gravité des enjeux qui se posent à la nation et lesquels commandent de transcender le passif politique de certaines organisations politiques, le RPK n’a  aucun intérêt à s’assoir avec un parti :

  • qui a contracté des alliances avec le FLN et le RND pour se donner des majorités dans les APC et APW en Kabylie. 

  • qui  a exclu une député parce qu’elle a osé s’adresser et critiquer Ahmed Gaid Salah, le Chef d’Etat-major de l’armée

  • qui a reçu des anciens terroristes islamistes dans son siège national

  • qui a cautionné le 4e mandat de Bouteflika par son silence

  • qui a organisé son 5e congrès un jour du 20 Avril !

Le RPK est un mouvement  dont les objectifs sont clairs et sa devise est « pour une Kabylie autonome dans une Algérie plurielle et démocratique ». Si nous ne pouvons pas imaginer une Kabylie sans une Algérie démocratique, nous affirmons, avec la force de nos valeurs, que la diversité qui traverse l’Algérie commande d’aller vers la refondation de l’Etat algérien et la reconnaissance de  la nation algérienne comme nation multiculturelle. L’Algérie n’a pas seulement un problème de système politique mais aussi dans la nature du rapport de l’Etat avec la Nation. Et en cette conjoncture particulière, nous ne manquerons pas, par ailleurs, de dénoncer et de nous élever contre le racisme anti-kabyle du pouvoir et de ses suppôts. La Kabylie n’est pas pour nous, contrairement à certains, un simple réservoir électoral pour se donner une illusion d’existence nationale et tirer quelques maigres dividendes d’un système rentier qu’on se targue pourtant de combattre! 

Le RPK appelle la population, quelques soient les circonstances,  à maintenir la pression pour mettre fin au système autoritaire militarisé, à exiger la libération inconditionnelle des détenu(e)s et de faire échec à la parodie électorale du 12 décembre.

Vive l’Algérie Libre et Démocratique!

Vive la Kabylie Autonome! 

 P/Le RPK, le 08 octobre  2019

Le coordinateur

Hamou Boumedine

 

 

Commentaires

Permalien

Parfaite et réaliste mise au point et bien fait pour le parti qui se rappelle de la Kabylie que lors des élections. Le FFS a été de toutes les manigances avec le pouvoir destructeur de l'Algérie. Ce parti et ses inconditionnels se mettraient à table avec les sionistes, le FLN du profit et de la rapine ainsi que le bébé né moustachu (RND) mais pas avec les vrais Kabyles.

Permalien

Cher Kabyle.....
Rien ne sert de déguiser sa personnalité, elle finit toujours par se trahir.
La nature ne fait pas de saut.... il est impossible de se débarrasser totalement de ses tendances naturelles ou de tenter de les dissimuler.

Ajouter un commentaire