Aller au contenu principal
Body

EXPRESS

Le RCD : pourquoi la justice ne convoque pas Bouteflika, le chef d'Etat déchu ?

Dans un communiqué rendu public ce samedi 25 mai, le Secrétariat national du RCD appelle la justice à entendre l'ex-président Abdelaziz Bouteflika. Une convocation par la justice est l"unique gage de crédibilité" de l'opération menée contre l'ancien clan au pouvoir.

Pour le RCD, les dernières convocations de membres éminents du clan Bouteflika répondent à un agenda "sélectif". 

"Dans un Etat de droit, personne n’aurait été surpris de la comparution des Ouyahia, Sellal, la cohorte de ministres cornaqués par les Bouteflika ou de Kouninef, Haddad, Tliba et Zoukh devant la justice. Et la liste est longue, pointe le Rassemblement pour la culture et la démocratie.

Puis il rappelle que "si on veut que la justice et rien que la justice s’exerce, en plus de l’indépendance dont elle doit jouir, y compris vis à vis de l’opinion publique, elle doit déjà commencer à réfuter le caractère sélectif de ces interpellations en convoquant toute la 3issaba. Abdelaziz Bouteflika, le chef de l’Etat déchu, doit être entendu sur ses actions et sur l’activité de ses collaborateurs. A ce stade, c’est l’unique  gage de crédibilité pour que ce qui est présenté comme une opération mains propres ne soit pas dans les faits une  chasse aux sorcières".

Le secrétariat du parti s'interroge dans son communiqué : "Y a t-il des obstacles  pour que  la justice convoque l’ex-chef de l’Etat pour l’entendre ? Là est la question sur laquelle elle est attendue.  Se peut-il que le chef de l’Etat-major qui a pris la tête de la croisade contre la “bande” ait une réponse"

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie observe que "le chef de l’Armée, au prix d’un déni de la réalité, continue à vouloir imposer ses vues et ses “solutions”  à coup de menaces et autres anathèmes  contre tous  les courants politiques progressistes et les activistes qui réclament un véritable processus de construction d’un Etat de droit". 

Auteur
La rédaction
 

Commentaires

Permalien

Enfin un parti politique qui se réveille pour demander la comparution devant la justice de celui qui a nommé tous les malfrats que le chef d'état major, vice ministre de la défense a appelé la bande. Bonnot ayant présenté un certificat de bonne santé au conseil constitutionnel, il est donc apte à être entendu par la justice; je ne vois pas pourquoi elle attend pour le convoquer car il a pas mal d'explications à donner.

Permalien

Le clan boutef est toujours au pouvoir par la grande loge maçonnique d'orient interposée. Tout ce cinema de mauvais gout qu'on a vu depuis le 2 Avril est un scenario voulu et preparé pour absorber la colere du hirak dans le temps. Je dirais meme que c'est toujours Said depuis ses quartiers confortables de Blida qui donne le ton et la mesure. A.Boutef est intouchable et non-justiciable tout comme ses proches, c'est l'internationale talmudo-sioniste et mondialiste qui les protege.

Permalien

Je ne COMPRENDS pas pourquoi les analystes politiques et ou les chefs de partis n'ont pas ENCORE COMPRIS que la justice actuelle C'EST GAID SALAH !!!!!

Permalien

Dans un état de droit on ne serait pas arrivé à ce stade, l'opposition n'a pas joué le jeu,
QUE DES CREUVARDS.
Arrêtons :
de pleurer sur notre sort,
de ce régionalisme,
de cette provocation,
Compris?

Permalien

oui pourquoi l'ex président n'est pas convoqué par la justice version Gaid Salah ?
La question est soulevé pour la premiere fois par le RCD . La question est tres importante en effet si Gaid salah voudrait mettre du crédit à son operation ''mains propres'' que les Algeriens voient plutot comme une manoeuvre malsaine du pouvoir .
Abdelaziz Bouteflika etait bien le president de ce pays depuis 20 ans !!

Permalien

Tant que Gaid Salah est le chef de l'armée vous pouvez rêver car le deuxième après Bouteflika devant la justice c'est lui qui doit passer en justice militaire et civile sous sa double fonction.
Cela viendra du temps est nécessaire.

Ajouter un commentaire