Aller au contenu principal
Body

DISSIDENCE CITOYENNE

Le RPK appelle à la désobéissance électorale

Quelques jours nous séparent de la date fixée par l’État-major de l’armée pour l’organisation de ce qui est présenté comme une élection présidentielle.

Alors que le peuple a exprimé de manière forte son refus de participer à cette parodie électorale, qui ne vise rien d’autre que le maintien de l’ancien système et ses pratiques ayant mené le pays à la dérive, le pouvoir a choisi le déni et le coup de force pour faire passer son option. Habitué aux coups d’État, il veut engager un acte de violence contre la volonté populaire au risque même de remettre en cause la paix civile.  

Les appels et les cris du peuple algérien à l’autodétermination- « agdud yebɣa tilelli, achaâb yurid el istiqlal »-, dans toutes ses composantes et sa diversité, alors que l’État jouit formellement de la souveraineté sur le plan international, sont significatifs de l’instrumentalisation  exercée, à titre privé, sur les institutions par un pouvoir  incarné ouvertement  par l'État -major de l’armée qui veut s’ériger comme une tutelle sur la Nation. La manipulation des mass-médias et les tentatives insidieuses de donner aux manifestations populaires une signification diamétralement opposée à celles qu’elles portent et revendiquent traduisent le niveau de déliquescence morale et politique de ceux qui représentent le pouvoir d’Etat, et confirme que l’état d’esprit qui a voulu imposer le 5ème mandat de Bouteflika est toujours présent.

Il est juste de rappeler qu’un processus électoral, ayant pour but simple de donner une caution à une désignation préétablie de l’État-major, est à la fois une perversion des règles démocratiques et une atteinte directe au choix des citoyens pour élire ses représentants. Les algériennes et les algériens ne rejettent pas les élections dans l’absolu, mais veulent mettre un terme à la régence pour qu’enfin le principe de tout gouvernement démocratique, tel qu’énoncé dans la Constitution (art.12), soit effectif et une réalité politique : « L'État puise sa légitimité et sa raison d'être dans la volonté du peuple. Sa devise   est : par le peuple et pour le peuple ».

Toute participation, alors, au scrutin du 12 décembre, parce que celui-ci est organisé par un régime frauduleux doit être considérée comme une trahison des principes démocratiques. Aussi, le RPK appelle la population à une désobéissance électorale franche et unanime. Les citoyens sont appelés à faire échec à cette énième usurpation de la souveraineté populaire tout en gardant, en toutes circonstances, le caractère pacifique des actions. La nature pacifique du mouvement est ce qui lui a permis de durer, et c’est la valeur qui lui permettra d’engager sans heurts la transition démocratique. La jeunesse, en Kabylie comme ailleurs, doit se garder de tomber dans le piège des provocations du pouvoir, car quelle que soit l’issue qui sera réservée au rendez-vous de la honte du 12 décembre, l’espoir de passer d’un régime autoritaire à un régime démocratique est plus que jamais une réalité.

Le RPK, qui milite pour un statut politique particulier de la Kabylie, considère que le vivre-ensemble, qui s’est exprimé de manière indéniable dans le mouvement populaire, est une chance pour l’avenir. L’engagement sans faille de la Kabylie y est pour beaucoup, mais il faut intégrer la donne que pour donner corps à ce vivre-ensemble, sur le  double plan politique et institutionnel, la refondation de l’État et la prise en compte du caractère multiculturel de la Nation algérienne sont impératives ; et cela ne peut se concevoir et se réaliser sous l'empire d'un État jacobin pétri dans le despotisme oriental.

Le RPK, toute en saluant les voix dans le monde qui se sont exprimées pour renforcer la démocratie et dénoncer les atteintes aux droits de l’Homme en Algérie, est persuadé que c’est  le cadre unitaire et solidaire du mouvement populaire qui fera aboutir le combat engagé par les algériennes et les algériens depuis neuf mois. La communauté nationale établie à l’étranger est appelée à jouer, comme elle l’a toujours fait, le rôle qui lui est dévolu dans cette phase cruciale de notre histoire.

P/le bureau du RPK, 

Le Coordinateur 

Hamou Boumedine

 

Ajouter un commentaire