Aller au contenu principal
Body

Lecture estivale pour les jeunes

Léon l'Africain, l'homme universel

Poursuivons notre série estivale à partir de mes relectures récentes que je souhaite partager avec le jeune lectorat. Une transmission de la passion et non un acte académique d'analyse. Aujourd'hui, j'ai sélectionné un extraordinaire livre d'Amin Maalouf.

Un jour, un écrivain franco-libanais débarque dans toutes les émissions littéraires des médias  de l'époque. Prix Goncourt en 1993 pour son roman « Le Rocher de Tanios », c'est cependant avec son livre « Léon l'Africain » que la dimension du Nobel est la mieux perceptible, prix qu'il ne manquera pas d'avoir avec le temps. Une intuition personnelle qui, même si elle ne se réalise pas, n'est pas incongrue.

Amin Maalouf sait manier la subtile correspondance entre l'Orient et l'Occident en partant de personnages et de situations historiques réels mais en les enrobant d'une touche d'imaginaire et de romanesque qui éblouit le lecteur. Il en est ainsi dans le roman que j'ai choisi aujourd'hui pour le jeune lectorat.  

Hassan El-Wazzan est un enfant de Grenade à l'époque de la Reconquista espagnole du roi Ferdinand et de la reine Isabelle (dite la catholique) qui a provoqué l'exil de la majorité des musulmans résidents dans ce pays durant huit siècles.

Sa vie est alors un long voyage dans lequel se déroule une incroyable épopée. Elle commença par un exil de sa famille à Fès avant  de parcourir, notamment, le Maghreb et l'Italie. Ambassadeur du Maghreb, il fut captif à un retour de pèlerinage et offert en cadeau au Pape Léon X. Hassan El-Wazzan devint le géographe Jean-Léon de Médicis et ses aventures vont accompagner les grands événements de son temps. C'est ce cheminement qui va capter l'attention du lecteur en l'emmenant vers la découverte d'un XVIe siècle rayonnant, celui de la grande Renaissance.

Léon l'Africain était le personnage le plus désigné pour décrire ce fabuleux siècle à travers une alchimie proposant le pont entre les deux cultures opposées de l'Orient et de l'Occident. Les premières lignes du roman annoncent clairement l'universalité du personnage.

« Moi, Hassan le fils de Mohamed le peseur, moi, Jean-Léon de Médicis, circoncis de la main d'un barbier et baptisé de la main d'un pape, on me nomme aujourd'hui l'Africain, mais d'Afrique ne suis, ni d'Europe, ni d'Arabie. On m'appelle aussi le Grenadin, le Fassi, le Zayyati, mais je ne viens d'aucun pays, d'aucune cité, d'aucune tribu. Je suis fils de la route, ma patrie est caravane, et ma vie la plus inattendue des traversées ».

En fait, la légende de Léo l'Africain est elle-même tirée de la vie d'un personnage réel. Il est l'auteur d'un livre qui allait être la Bible des ambassadeurs, la référence absolue pour la connaissance des mœurs sociales du monde musulman. Ce livre, sous le titre de « Description de l'Afrique » était en fait la base de connaissance des mœurs sociales du monde musulman du Maghreb jusqu'à l’Égypte. C'est ainsi que l'ouvrage est à l'origine de nombreux mythes dont celui de Tombouctou.

Léon l'Africain est donc une réalité entourée d'une mythologie propice au génie créatif des grands conteurs comme l'est Amin Maalouf. Qu’importe la stricte réalité, c'est l'homme universel du XVIè siècle qui est nous raconté dans cette histoire aux frontières du réel et de l'imaginaire. 

Amin Maalouf nous entraîne donc dans un voyage fantastique depuis le départ de Grenade. Les jeunes Algériens auront alors, en même temps que le plaisir d'une lecture exquise, une découverte de ce que fut l'histoire de cette époque dans des contrées qui incluent la leur et les régions de cultures voisines.

Ce fabuleux XVIè siècle où l'humanité se réveille du Moyen-Age et où toutes les lumières reviennent éclairer un monde jusque là endormi dans ses dogmes et certitudes. En même temps que le récit se déroule défilera l'histoire de cette époque qui a entraîné le meilleur de la culture, des sciences et des découvertes. 

Ainsi, au début du roman, l'oncle de Léo l'Africain raconte qu'il a aperçu la silhouette d'un génois dont on disait qu'il avait importuné le roi Ferdinand et son épouse Isabelle pour leur présenter une idée farfelue, découvrir une nouvelle route des Indes par l'Ouest, donc par la mer, car la Terre serait ronde et non plate selon lui.

Que les jeunes se laissent entraîner dans cette aventure par une lecture qui n'est pas compliquée. Amine Maalouf fait partie de la cour des grands, ses écrits sont compréhensibles, le talent n'a pas besoin de phrases alambiquées et de pensées ésotériques. C'est uniquement une merveilleuse histoire dans le XVIe siècle des découvertes et des échanges.

Juste une petite attention que le jeune lecteur devra avoir dans les premiers pas de l'exil de Léon l'Africain, bien suivre l'identité du narrateur qui n'est pas souvent annoncée. Mais qu'il soit rassuré car très rapidement, dès les deux premières phrases de chaque évocation, il saura maîtriser le fil de la narration.

Le sentiment qui prévaudra à la fin de la lecture est que les peuples ne sont jamais si innovateurs et ancrés dans la modernité que lorsqu'ils ne sont pas menacés par des dogmes et des certitudes qui interdisent les avancées et referment les murailles dans un déclin certain.

Bonne lecture, vous découvrirez un grand de la littérature contemporaine. Vous serez alors en quête d'une autre œuvre de ce romancier, aucun de ses livres ne vous décevra.

Amin Maalouf traite souvent de légendes et de récits tirés du réel. Les jeunes pourraient craindre d'être ignorants et avoir une difficulté de compréhension par manque de références. Mais, je le répète, même sans une connaissance antérieure du sujet, le plaisir de la découverte est immense car Amin Maalouf se charge de nous en donner les clés, d'une manière très simple.

Pour Léon l'Africain, je pense que le jeune lectorat possède déjà quelques rudiments de l'histoire arabo-berbère en Espagne, cela suffira amplement pour entrer dans un plaisir de lecture palpitant.

S. L. B.

Note

1) Les siècles, du point de vue historique, ne débutent pas forcément au premier jour du décompte mais constituent des entités homogènes qui débordent souvent des limites calendaires. Ainsi le XVIè siècle débute avec la découverte de l'Amérique, en 1492, et le XXe siècle avec la fin de la première guerre mondiale. 1492 correspond justement au début de l'exil pour les musulmans et les juifs d'Espagne. L'histoire de Léon l'Africain débute donc réellement à cette date.

Auteur
Boumediene Sid Lakhdar, enseignant
 

Ajouter un commentaire