Aller au contenu principal
Body

ARBITRAIRE

Les activistes du Hirak face à la machine judiciaire

La machine judiciaire poursuit ses procès inlassablement et sans état d'âme contre tous les activistes ou citoyen enclin à exprimer quelque opinion contraire au pouvoir. 

Selon le dernir décompte fait il y a 46 détenus qui croupissent dans les prisons sous l'intronisé président Tebboune. 

Nous revenons ici sur les derniers procès ou poursuites lancées contre les activistes sur la base des informations rendues publiques par le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). 

Adrar 

Khelil Kheyi n'a pas été présenté aujourd'hui mercredi devant le procureur du tribunal de Timimoun. Son père a été interdit de le voir au commissariat de police. Les policiers l'ont informé qu'ils n'ont pas encore terminé l'enquête et n'ont pas précisé la date de présentation devant le procureur.

Pour rappel, Khelil Kheyi a été arrêté hier, mardi 15 Septembre avec perquisition au domicile familial et saisi de deux téléphones portables (appartenant à sa maman et sa sœur).

La perquisition au domicile familial était musclée et qui a choqué même les invités de la famille.

Abdelatif Bensalah a été arrêté mercredi 16 septembre dans la matinée. Il est actuellement au commissariat de police d'Adrar.

Il s'est déplacé lui-même ce mercredi matin aux environs de 11h au commissariat de police de Fenoughil après l'avoir convoqué (par cette dernière) pour l'informer qu'une plainte a été déposée contre lui par un individu, informe le CNLD.

Médéa

Mehdi Belhadj entendu à nouveau par la police judiciaire aujourd'hui, mercredi 16 septembre 2020. Il est parmi les personnes arrêtées vendredi 11 septembre lors de la marche de Médéa.

medea

M'sila :

Houssam Chebabhi sera libre demain, jeudi 17 septembre après avoir purgé sa peine.

Annaba

Le parquet a demandé de durcir la condamnation dans le procès en appel du détenu Zakaria Boussaha, aujourd'hui mercredi à la cour d'Annaba. Le verdict est attendu pour le mercredi 23 septembre 2020.

Pour rappel, le 21 juillet est rendu le verdict au tribunal d'El Hadjar dans le procès de Zakaria Boussaha (procès du 14 juillet, affaire dont il est en détention actuellement). Il a été condamné à un an de prison ferme et une amende de 100 000 Da.

Le parquet avait requis 3 ans de prison ferme et une amende de 300 000 Da contre cet activiste  lors de son procès le 14 juillet, au tribunal d'El Hadjar.

Zakaria Boussaha a été kidnappé, selon le CNLD, le 13 avril par des gendarmes devant lui et a été placé sous mandat de dépôt le 14 avril.

Dans la deuxième affaire, le verdict a été rendu public le mardi 4 août, dans le procès de Zakaria Boussaha au tribunal d'El Hadjar : condamnation à 200 000 Da d'amende ferme et 200 000 Da de dommages et intérêts pour la partie civile contre Zakaria Boussaha.

Lors du procès en date du 28 Juillet dernier, le parquet du tribunal d'El Hadjar avait requis 3 ans de prison ferme et une amende de 100 000 Da et plus 200 000 Da de dommages et intérêts pour la partie civile contre Zakaria Boussaha.

Il s'agit de sa première affaire dont Zakaria Boussaha n'est pas arrêté. Il est poursuivi pour outrage à corps constitué (Art 144 bis , 144 bis 2 et 146 du code pénal).

El Bayadh 

La relaxe a été prononcé dans le procès de Djamel Semaoui. Cette relaxe concerne l'accusation d'outrage à corps constitué. La cause selon les avocats ? Contradiction entre l'accusation et la publication Facebook).

Djamel Semaoui a été condamné le 9 juillet dernier à 6 mois de prison ferme sans mandat de dépôt et une amende de 100 000 DA en comparution immédiate le 21 juillet dernier. Le parquet avait requis 3 ans de prison ferme et une amende.

Dans la même wilaya, Abdellah Guermit (Abdoun Ghassoul) a été arrêté, ce mercredi 16 septembre, par la police dans son bureau sur son lieu de travail, Il a été relâché après avoir été entendu

Auteur
L. M.