Aller au contenu principal
Body

POLEMIQUE

Les délateurs anonymes, les lâches et les pusillanimes

J’ai reçu, ces derniers jours de personnes anonymes, des libelles diffamatoires dirigés contre la personne de M. Seddiki, Secrétaire Général du Ministère de l’Enseignement supérieur. Les expéditeurs de ces billets insultant, via ma boite email, pensent sans doute que je sauterais sur ce « scoop » pour me mettre finalement de la partie…Erreur d’appréciation de leur part !

Le libelle en question porte l’intitulé suivant : « Peuple Libre et digne, Mouvement du 22 février, l’Algérie de demain » et un sous-titre : « Yztnahaw gaâ».

Le texte qui suit immédiatement est tissé d’une avalanche d’invectives et de propos malséants contre la personne du Secrétaire Général du MESRS. Son auteur semble exprimer à l’évidence plus sa haine et ses rancœurs obscurs contre ce dernier qu’il ne fournit la preuve irréfutable de ce qu’il avance. Tous ses propos ne sont d’un bout à l’autre qu’une vomissure fétide…
Qu’on lise d’abord cet anonyme, qui est manifestement un lâche et un pusillanime. Et aussi un vile délateur :

« L’homme fort, corruption et mœurs légères dans le sang, assène-t-il. Qui aurait fait « la pluie et le beau temps dans le secteur universitaire depuis le passage de tous les ministres Haraoubia, Mebarki, Hadjar, Belaid…soutenu et assisté par Tayeb Belaiz, Said Bouteflika et autres membres de la mafia politico-financière. Aujourd’hui, grâce au Hirak et à la volonté populaire d’assainir le pays et de sauver la patrie de ce qui reste de tous ceux, sans état d’âme ont ruiné le pays et étouffé toutes les compétences au profit des passe droit et des pots-de-vin." Et un peu plus loin, cette personne dissimulée derrière l’écran du Facebook, ajoute une autre une autre note insultante :

"Originaire de Mostaganem, néanmoins bourreau des pauvres mostaganemois, malades insuffisance s rénales, Seddiki avec la complicité de quelques militaires insatiables, s’est permis l’appropriation d’une importante clinique de dyalise non pour soigner mais pour encore faire le supplice des patients chroniques malgré la possibilité que leur offre la loi en matière de gratuité de soins.».

Le même anonyme, qui a reproduit la photo du secrétaire général ainsi que la photo de l’entrée du siège du MESRS, photos sous lesquelles il écrit encore que ce secrétaire est non seulement un dissipateur des deniers publics grâce à des frais de missions, mais aussi un vrai libidineux, et donc un amateur de jeunes « étudiantes » pris directement des « cités universitaires algériennes » qu’il aurait embarquées au Maroc « tous frais payés » …sur le Trésor Public…

Seddiki et l’ancien directeur du Budget qu’il cite nommément –Sabbaa- et qui assume actuellement la fonction d’inspecteur de l’administration sont accusés d’être les responsables de l’achat à la France d’un logiciel espion- le fameux Progress »- lequel logiciel ne manquerait pas de détourner nos secrets scientifiques dont le bénéficiaire serait la France !!!

Que conclure de ce texte vraiment ordurier ? Que son auteur ne saurait être qu’un frustré et un aigri, qui n’a point supporté son éjection du Ministère il y a quelques années. Soupçonnant sans doute le secrétaire général actuel d’avoir été derrière cette éviction, il n’a pu s’empêcher de recourir à la diffamation pour assouvir sa soif de vengeance. Une vengeance contre son imbécile destin.

Pour cet anonyme, la délation et l’insulte tiennent lieu de catharsis au sens que donne à ce mot Aristote…
Le Secrétaire Général, l’inspecteur actuel de l’administration du MESRS et tous les inspecteurs sont accusés d’être corrompus et des vendus à la France. Tous ces diffamés servent donc d’exutoire pour cet anonyme qui écrit et parle la tête masquée comme un voleur ou un lâche…

Pourquoi ai-je écrit ce mot qui donnerait l’impression aux lecteurs que je suis en train de défendre le secrétaire général et ses collaborateurs ? Je l’ai fait par principe éthique et en ayant la certitude que tout ce qui a été rapporté par cet écrit haineux ressort d’un tissu de mensonges dont l’auteur devrait être déniché et entraîné devant les tribunaux…

Si cet anonyme était un homme courageux, honnête et sûr de ce qu’il avance, il aurait décliné son identité en faisant signer son texte, au lieu de se cacher derrière le virtuel…

Voir l'image ci-dessous qui jette en pâture Le Secrétaire général du MESRS ainsi qu'un certains nombre de ses collaborateurs qualifiés de "corrompus":

Ahmed Rouadjia, professeur d’histoire et de sociologie politique, Université de Msila.

hh

 

Auteur
Ahmed Rouadjia (*)
 

Commentaires

Ajouter un commentaire