Aller au contenu principal
Body

LITTERATURE AMAZIGHE

Les lauréats des prix littéraires de la fondation Tiregwa Édition 2971/2021

Nous avons le plaisir de vous annoncer les résultats de l’édition 2020-2021 des concours littéraires que la fondation Tiregwa organise chaque année. Il s’agit du Prix Belɛid At Ʃli de la meilleure nouvelle écrite en tamazight que la fondation Tiregwa organise depuis 2012, le Prix Arraz Racid Ʃellic du meilleur roman depuis 2014 et le Prix Tawes Amruc de la littérature jeunesse depuis 2020. Il est à rappeler que l’instauration de ces prix littéraires par la fondation a pour but d’encourager la création littéraire dans cette langue.

  • Le Prix Rachid Alliche du meilleur roman, 7ème édition.

Le gagnant du prix Rachid Alliche 2071/2021 revient à l’écrivain Rachid Boukherroub avec son roman “Akken i wen-yehwa semmit-as ” édité aux éditions El-Amel de Tizi Ouzou. 

Biographie de Rachid Boukherroub

Rachid Boukherroub est le premier écrivain amazighophone, à avoir décroché le prix du premier roman Assia Djebar en langue amazighe avec son roman « Tislit n uγanim » (La poupée en roseau) lors du Salon du livre d’Alger en 2015.

Rachid Boukherroub figure parmi ces lauréats pour lesquels l’acte d’écrire est d’abord un engagement pour le développement de la langue amazighe. 

Originaire de Ouaguenoun, Rachid Boukherroub est directeur de lycée après avoir été professeur de philosophie durant 17 ans. Il a commencé sa carrière de romancier en 2015 avec Tislit n uγanim.

Rachid Boukherroub est aussi un acteur de la vie politique et associative de la localité de Boudjima, dans la wilaya de Tizi Ouzou. Sa prise de la plume n’est qu’une réaffirmation de ses engagements socio-politiques et culturels.

Une année après la réception du prix Assia Djebar du meilleur roman en tamazight, il est revenu avec un deuxième roman "Bab n wa ad yekkes wa", édité par El-Amel en 2017.

Son dernier livre «Akken i wen-yehwa semmit-as»  est inspiré directement de ce que Rachid Boukherroub a vécu ou de ce qu'il a vu de ses propres yeux dans les villages de Kabylie où il a passé son enfance et toute sa vie. La période où se déroule la trame de ce nouveau roman remonte aux années soixante-dix et il s'agit de montrer avec un style narratif captivant comment ont été vécues les années ayant succédé à l'indépendance du pays dans les villages de Kabylie. Certains pères de famille ont choisi d'émigrer pour nourrir leurs enfants alors que d'autres ont préféré rester au côté des leurs même si la pauvreté les menaçait constamment. L'auteur décrit ainsi ces jours d'incertitude ayant succédé à l'euphorie de la victoire et de l'indépendance chèrement payée.           

  • Le Prix Belaid At Ali (Arraz Belɛid At Ʃli) 8ème édition

La huitième édition du concours Belaid At Ali de la meilleure nouvelle écrite en tamazight, organisée avec la collaboration de l’Association Tiwizi d’Amérique (USA) a connu un franc succès, tout comme les éditions précédentes. 

Les membres du jury ont désigné les lauréats suivants :

– 1er Prix : Thiziri Taib, avec sa nouvelle “Iṭij yebɣa ad t-yečč wayyur “

– 2ème Prix : Mohammed Arezki Bouam, avec sa nouvelle “Tinna nniḍen “

– 3ème Prix : Katia Touat, avec sa nouvelle “Tacallamt “

Ayyuz! Toutes nos félicitations pour les lauréats.

  • Le Prix Taos Amrouche (Arraz Tawes Amruc) 2ème édition

fe

La deuxième édition du concours Taos Amrouche de la meilleure littérature jeunesse écrite en tamazight organisée en collaboration avec l’Association Culturelle Amazighe d’Amérique (ACAA), a connu un franc succès. Les membres du jury ont désigné les lauréats suivants :

– Le Prix Taos Amrouche de 0 à 5 ans : Titem Brachemi, avec son livre “Tayaziḍt yecqaren ibireɣ“.

– Le Prix Taos Amrouche de 6 à 10 ans : Hamid Bilek, avec son livre “Ales-iyi-d yennayer“.

– Le Prix Taos Amrouche de 11 à 18 ans : Fahim Mesɛuden, avec son livre “Izir deg irebbi n teẓgi“.

– Le Prix Taos Amrouche de la bande dessinée : Kamel Bentaha, avec son livre “Tamacahut n Tsekkurt“.             

NOUVEAU : Prix Tiregwa de la littérature biographique

1ère Édition : 2971/2021

Nous avons le plaisir de vous annoncer un nouveau prix qui s’ajoute aux concours littéraires que la fondation Tiregwa organise chaque année. Ce nouveau prix est initié avec la collaboration de monsieur Yazid Djerbib. Il s’agit du Prix de littérature biographique ou autobiographique en langue kabyle (Prix Furulu, anagramme de l’écrivain kabyle Mouloud Feraoun) pour récompenser les auteurs qui produisent dans ce genre littéraire. 

Le prix Tiregwa de la 1ère édition dans le genre littérature biographique ou autobiographique, le prix Furulu, revient au docteur Kamal Bouamara pour ses travaux de recherches de doctorat devenus un ouvrage dont le titre est « Si Lbachir Amellah (1861-1930), un poète-chanteur célèbre de Kabylie » édité en 2005 à Lille (France), réédité par TIRA à Bgayet en 2014 et dont le projet de la traduction en langue Kabyle est en cours de réalisation.

L’écrivain-chercheur Kamal Bouamara a toujours donné de l’importance à la littérature biographique sur des personnages illustres de la Kabylie, tels que les poètes Youcef-Ou-Kaci (Yusef U Qasi), Cheikh Mohand-Ou-Lhocine (Ccix Muḥend U Lḥusin), Si Mohand-Ou-Mhand (Si Muḥ U Mḥend n At Ḥmaduc) et Si Labachir Amellah (Si Lbacir Amellaḥ).

Kamal Bouamara a traduit l’un des ouvrages de l’écrivain kabyle Mouloud Feraoun, « Jours de Kabylie » en langue Kabyle sous le titre « Ussan di tmurt » (2006). 

Arraz Tiregwa n tsekla n tmeddurt (Arraz Furulu)

kamel

Biographie du professeur Kamal Bouamara

Kamal Bouamara, docteur ès lettres, enseigne la littérature amazighe à l’université de Béjaïa depuis 1995. Il est l’auteur de traductions remarquables et d’un recueil de nouvelles, Nekni d wiyid (nous et les autres). Il s’est penché sur l’étude du répertoire poétique du poète chanteur Si Lbachir Amellah dans le cadre de son mémoire de magistère et de doctorat dont une partie de cette thèse a été publiée aux éditions Talantikit (Béjaïa).  Il est aussi l’auteur du premier dictionnaire monolingue kabyle, Issin paru en 2010.

Voici les ouvrages du professeur Kamal Bouamara:

1. Si Lbachir Amellah (1861-1930), un poète-chanteur célèbre de Kabylie. 2005, dernière édition : TIRA (Bejaia), 2014 

2. Amawal n tunuɣin n tesnukyest «Lexique de la rhétorique», HCA Alger, 2007.

3. Amawal n tussna, Kamal Bouamara, Allaoua Rabhi. Université de Béjaia, 2000.

4. Asegzawal n teqbaylit s teqbaylit. Contrat de consulting, HCA, Alger, 2007.

5. Lexique de rhétorique (Amawal n tesnukyest). Alger, HCA 2007.

6. Littérature et société: le cas de Si Lbachir amellah (1861-1930), un poète-chanteur de Petite Kabylie. Thèse de doctorat, Inalco, Paris, 561, 2003.

7. Ussan di tmurt.  M Feraoun, K Bouamara – ENAG 2006

8. Littérature et société: le cas de Si Lbachir Amellah (1861-1930), un poète-chanteur de Petite Kabylie. Paris, INALCO, 2003.

9. Nekni d weyid: amud n tullizin.  Nous et les autres: recueil de nouvelles],[se],[Alger], 1998

10. Introduction à l'étude de la littérature d'expression kabyle, 2018.

11. Issin wis sin, dictionnaire unilingue kabyle-kabyle, 2017..

12. Questions de métrique kabyle traditionnelle. Revue de l'Institut Royal de la Culture Amazighe …, 2010

13. Ilugan n tira n tmaziɣt. Kamel Bouamara & al.2005.

14. Youcef-Ou-Kaci (1680-17 ??). Hommes et femmes de Kabylie. Dictionnaire Biographique de la Kabylie, pages 200-202. Ina-yas/Edisud, Aix-en-Provence/Alger - 2001

15. Cheikh Mohand-Ou-Lhocine (1838-1901). Hommes et femmes de Kabylie. Dictionnaire Biographique de la Kabylie, pages 171-174. ISBN : 2-7449-0234-9. Ina-yas/Edisud, Aix-en-Provence/Alger, 2001.

16. Si Mohand-Ou-Mhand (1845-1906). Hommes et femmes de Kabylie. Dictionnaire Biographique de la Kabylie, pages 192-195. ISBN : 2-7449-0234-9. Ina-yas/Edisud, Aix-en-Provence/Alger, 2001.

17. Si Lbachir Amellah (1861-1930). Hommes et femmes de Kabylie. Dictionnaire Biographique de la Kabylie, pages 147-148. ISBN : 2-7449-0234-9. Ina-yas/Edisud, Aix-en-Provence/Alger, 2001.

18. Tamacahut-iw lwad lwad.  ISBN : 2-7449-0234-9. Lulu.com, 12 septembre 2020.

Ayyuz I Kamal Bouamara !

REMERCIEMENTS

La fondation Tiregwa tient à remercier les membres du jury pour leur disponibilité et leur excellent travail. Nos remerciements vont à tous les écrivaines et écrivains qui ont participé en grand nombre. Nos remerciements vont également à tous nos donatrices et donateurs pour leur générosité et leur fidélité. Nous remercions nos sponsors ainsi qu’aux personnes et associations qui collaborent à l’épanouissement de notre littérature.

Ottawa, le 10 juillet 2021

La fondation Tiregwa.