Aller au contenu principal
Body

GUERRE

Les talibans crient victoire dans le palais présidentiel à Kaboul

Des dizaines de combattants talibans ont pris le palais présidentiel à Kaboul, clamant leur victoire sur le gouvernement afghan, selon des images télévisées.

«Notre pays a été libéré et les moudjahidines sont victorieux en Afghanistan», a déclaré du palais un insurgé à la chaîne de télévision Al Jazeera, ce dimanche 15 août 2021. Les combattants se sont emparés du bâtiment après la fuite à l'étranger du président Ashraf Ghani, qui a reconnu que les talibans avaient «gagné».

Les talibans sont entrés ce dimanche 15 août dans Kaboul, après une campagne militaire d'une rapidité stupéfiante. Ils se sont emparés du palais présidentiel. Le président afghan, Ashraf Ghani, a quitté le pays. Des pays comme l'Allemagne, l'Italie et le Canada, ont annoncé la fermeture de leur ambassade et l'évacuation du personnel diplomatique.

Les Occidentaux se retirent

Le président français suit heure par heure la dégradation de la situation en Afghanistan. Emmanuel Macron présidera lundi un Conseil de défense et le président s'exprimera lundi soir à 20h, indique l’Élysée .

La présidence française a indiqué que la priorité immédiate et absolue dans les prochaines heures était la sécurité des Français qui étaient sur place, et qui ont été appelés à quitter l’Afghanistan, ainsi que des personnels Français et Afghans. L'objectif est de maintenir également des capacités de protéger les Afghans qui ont travaillé pour l’armée française, ainsi que des journalistes, des militants de droits de l’homme, des artistes et des personnalités afghanes particulièrement menacées.

Le ministère des Affaires étrangères a décidé de relocaliser son ambassade sur le site de l'aéroport de Kaboul. 

« Face à la dégradation extrêmement rapide de la situation sécuritaire en Afghanistan, les autorités françaises ont décidé de relocaliser leur ambassade sur le site de l’aéroport de Kaboul, qui reste donc en fonction et active pour procéder notamment à l’évacuation de l’ensemble de nos compatriotes qui se trouveraient encore dans le pays. L’ambassade et le centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des affaires étrangères sont en contact avec les Français qui se sont signalés. Ces opérations d’évacuation méthodique de nos ressortissants sont en cours depuis des semaines et un vol spécial avait été affrété dès le 16 juillet dernier spécifiquement, à la suite de nombreux appels du ministère à nos ressortissants à quitter le pays », précise le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

La France déploie à partir de demain un gros porteur de transport militaire, un A400M, pour évacuer ses ressortissants encore présents à Kaboul. Il partira lundi matin 6 h TU d'Orléans en direction de la base militaire française d'Abou Dhabi d'où plusieurs rotations sont programmées avec Kaboul afin d'exfiltrer un total d'environ 200 personnes, rapporte Vincent Souriau, notre envoyé spécial à Dubaï.

L'Allemagne entame l'évacuation en avion du personnel de son ambassade

L'Allemagne va entamer dimanche soir l'évacuation des membres du personnel de son ambassade à Kaboul, actuellement présents à l'aéroport, a annoncé le ministre des Affaires étrangères. « Une partie d'entre eux vont décoller de Kaboul plus tard dans la journée », a dit Heiko Maas, au cours d'une conférence de presse à Berlin.

Par ailleurs, des « avions de la Bundeswehr (l'armée allemande) partiront ce soir d'Allemagne, pour aider à l'évacuation dans les prochains jours », a-t-il ajouté.

Les évacuations se feront « d'abord de Kaboul vers un pays voisin », avant « un transfert ultérieur vers l'Allemagne », a indiqué M. Maas

Boris Johnson appelle les Occidentaux à l'unité face aux talibans

Du côté britannique, face à l’avancée rapide et inexorable des talibans, le Premier ministre Boris Johnson a convoqué dimanche une nouvelle réunion gouvernementale de crise et va réunir mercredi le Parlement, actuellement suspendu pour les vacances d'été. Les Britanniques ont envoyé un renfort de 600 hommes pour aider l’évacuation de leurs ressortissants britanniques.

La « priorité » de Londres, a-t-il expliqué après la rencontre, est de « remplir ses obligations vis-à-vis des ressortissants britanniques en Afghanistan et de tous ceux qui ont contribué aux efforts britanniques en Afghanistan depuis 20 ans ». « La situation reste très difficile et clairement, il y aura très prochainement un nouveau gouvernement à Kaboul », a-t-il constaté, sur les télévisions britanniques. « Ce que le Royaume-Uni va faire, c'est de travailler avec nos partenaires au Conseil de Sécurité de l'ONU pour faire passer le message que nous voulons que personne ne reconnaisse les talibans de manière unilatérale. Nous voulons une position commune (...) afin de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter que l'Afghanistan ne redevienne un terreau pour le terrorisme ».

À l'issue d'une première réunion de crise vendredi, Boris Johnson avait exclu en l'état une intervention militaire, expliquant que Londres comptait « faire pression » par la voie diplomatique.

Le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a jugé sur Twitter « critique que la communauté internationale se montre unie pour dire aux talibans que la violence doit cesser et les droits humais doivent être protégés », semblant repousser les appels à l'action immédiate.

Auteur
RFI