Aller au contenu principal
Body

DISSIDENCE CITOYENNE

Liberté provisoire pour Djamel-Eddine Oulmane et la vingtaine de manifestants arrêtés

C’est au tribunal de Sidi M’hamed (Alger) assiégé par une foule imposante, composée de citoyens, activistes, famille des détenus et d’ex-détenus venus en solidarité, dans une salle d’audience archi-comble, sous les cris de "Djazaïr Houra Democratia" que la vingtaine de manifestants, dont le Dr Djamel Eddine Oulmane, ont été remis en liberté provisoire.

Après leur audition par le procureur de la république près le tribunal de Sidi M’hamed au terme de 48 heures de garde à vue passées entre le commissariat central, celui de Baraki dans lequel ils ont croisé le maire de Souk El Tenine (commune de la wilaya de Tizi-Ouzou), et Cavaignac, la liberté provisoire a été prononcée pour le très pacifique Dr Djamel-Eddine Oulmane et les 20 manifestants arrêtés vendredi 17 janvier à Alger. La tenue de leur procès est prévu le 9 février,

La remise en liberté provisoire de manifestants au Hirak est une première au tribunal de Sidi M’hamed, qui a été le théâtre d’une mise en détention systématique des manifestants depuis le début du mouvement le 22 février 2019.

Accusés d’attroupement et d’atteinte à l’ordre public par le juge, ils se promettent qu’ils ne cesseront pas de marcher le mardi ainsi que le vendredi.

En revanche, le procès en appel des manifestants de Tlemcen (deux détenus, un ex-détenu et 10 autres sous contrôle judiciaire) a été renvoyé au 26 janvier. Les détenus sont accusés d'entrave au bon déroulement des élections présidentielles.

Quant au procès en appel des ex-détenus d'Annaba, Zakaria Boussaha et Ahmed Hafiane (Dinou), il a été programmé pour le 16 février, à la cour d'Annaba, suite à l'appel du procureur.

Ces ex-détenus ont été condamnés à 6 mois de prison avec sursis et 50 000 Da d'amende par le tribunal d'El Hadjar et relâchés après 8 jours de détention.

Auteur
La rédaction
 

Ajouter un commentaire