Aller au contenu principal
Body

REGARD

L’imam, Tebboune et ses référence scientifiques

La très officielle APS a rapporté, dans son édition du mercredi 15 septembre 2021, que le président Abdelmadjid Tebboune venait de décréter cette journée comme étant journée nationale de l'imam.

Celle-ci "coïncide avec l'anniversaire du décès du vénérable Sidi Mohamed Belkebir" cheikh de la zaouïa d'Adrar, devait-on lire sur l'article consacré à cet effet.

Dans son énoncé, il est précisé que cette consécration "met en avant le rôle scientifique, culturel et social de l'imam algérien qui donne sens à la citoyenneté".

"Nous avons décidé de décréter la date du 15 septembre, qui coïncide avec l'anniversaire de la mort de l'éminent Cheikh Sidi Mohamed Belkebir, Journée nationale de l'imam, en hommage au défunt et en reconnaissance de sa symbolique, du projet civilisationnel dont il était porteur et de ses contributions avérées dans l'édification du pays et la formation des générations" devait-on lire dans le message qu'Abdelmadjid Tebboune, venait d'adresser aux participants aux travaux de la 19e édition du colloque national dédié à la mémoire de Cheikh Sidi Mohamed Belkebir et lu en son nom par le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi.

Comment est née cette vénération d'un marabout issu de la zaouïa Tidjania sise à Adrar, ignoré jusqu'à date pour mériter une telle consécration faisant de la date de sa mort une journée nationale de l'imam, lui qui était cheikh de la zaouïa de son état ?

Et de quelle manière allons-nous estimer "son apport au projet civilisationnel dans l'édification et la formation des générations" ?

Or l'information qui circule à une vitesse grand V au niveau des médias sociaux permet de constater qu'il n'est pas loisible de pouvoir cacher les faits aux communs des Algériens qui connaissent parfaitement les véritables motivations et les intentions dont en sont animées les autorités du pays dans l'accomplissement de leurs rôles.

Ainsi donc et dans un enregistrement vidéo qui date du 16 septembre 2000, Abdelaziz Bouteflika qui apparait clairement en image ordonna à Abdelamadjid Tebboune de marcher à quatre pattes en direction du vénérable cheikh lui posant un baiser sur le front afin de lui prédire un avenir radieux (voir ci-dessous la vidéo). Ce qui fut dit fut fait.

Ainsi soit-il, et Abdelmadjid Tebboune devenu président n'en était pas prêt d'oublier son ami vénéré Sidi Mohamed Belkébir dont le vœu a été pleinement exaucé en décrétant à son honneur, que dorénavant la journée ayant coïncidé sa mort, est consacrée "journée nationale de l'imam" quand bien même le cheikh n'a de loin aucune commune mesure avec la fonction d'un imam.

Auteur
Rezki Djerroudi