Aller au contenu principal
Body

REGARD

L'impossible confinement pour les Algériens  

Ventre affamé n'a point d'oreilles! Ce dicton du terroir n'a pas besoin d'être prouvé surtout en ce qui concerne l'Inde.

Mais pourquoi l'Inde au juste ? Il y a à peine trois mois, une chaîne de télévision hexagonale a diffusé un reportage bouleversant sur le confinement-misère dans ce pays asiatique qui fait pourtant partie des BRICS.

Les images, tellement choquantes, parlent d'elles-mêmes : des enfants issus de bidonvilles affrontent le confinement, comme un non-événement ! Comment peut-il en être autrement quand la faim ronge, au quotidien, les corps et les esprits de ces derniers ? A New Delhi par exemple, femmes, hommes et enfants expriment leur révolte à leur manière, faisant fi des règles du confinement qui les privent des petits boulots de survie dans une société profondément inégalitaire et injuste. 

Rien ne fait peur à ces petits gens déjà morts socialement et qui, de surcroît, se heurtent à des inégalités sociales devenues si terrifiantes par ces temps de pandémie mortelle. Le confinement, ce n'est qu'une blague de mauvais goût pour eux! Eux, ce sont les invisibles de la société, les déshérités, les sans-noms, si l'on ose ici l'expression, retranchés dans des bidonvilles en toile, et n'ayant rien à mettre à la bouche. D'ailleurs, devant la caméra du journaliste, ils n'ont eu aucune gêne de montrer comment ils se moquaient des policiers qui les invitaient à porter des masques ou à rentrer carrément chez eux! Chez eux, quelle autre blague!

Que des cache-misère qui leur servent de toit. Ce documentaire me fait penser, il est vrai, à toutes ces « zones d'ombre », bien de chez-nous, qui ont fait pleurer l'assistance au Palais des Nations lors du discours du Président Tebboune, le 16 février dernier, à l'occasion de la rencontre gouvernement-walis.

En fait, les invisibles de l'Inde sont-ils différents de ceux d'Algérie ? Comment ceux de chez-nous affrontent-ils le confinement, avec l'absence de transport, le manque de travail, le pouvoir d'achat, l'approche de l'Aid, etc? Comment se débrouillent-ils pour survivre? Y a-t-il vraiment quelqu'un qui pense à leur détresse, en ces durs moments de pandémie ?

Puis, l'Etat est-il à la hauteur de leurs attentes, comme on l'entend bien dans les médias, ou n'est-ce là qu'un poisson d'avril à rajouter aux mensonges habituels de ceux d'en haut ? Les questions restent ouvertes aux... enchères publiques !

La réalité algérienne est amère, et penser seulement aux aveux du président Tebboune lui-même qui, lors de sa dernière interview avec la presse, s'était étonné que les 10.000 dinars débloqués pour les foyers impactés par le Corona n'étaient pas encore arrivés à bon port, donne de la nausée. La cause? Le premier magistrat du pays qui a soulevé la question, n'a pas hésité d'y répondre lui-même, comme pour parer d'avance aux critiques de la base populaire: "c'est la bureaucratie d'en bas", dit-il.

Tebboune prend-il réellement la température de la rue algérienne, sortie fatiguée après un an et demi de mobilisation pour la deuxième République, pour se retrouver livrée à elle-même de la sorte contre une pandémie mortelle?  

Auteur
Kamal Guerroua