Aller au contenu principal
Body

TRIBUNE

L’inefficacité de la politique menée par l'Algérie contre le Covid

Je viens juste de rentrer chez moi, je ne suis pas féru de balades en ces temps de pandémie, je préfère rester cloîtré, plutôt s’ennuyer que de choper le virus qui me guette certainement.

Mon périple en cette journée torride était indispensable, J’ai été faire les courses comme tout le monde, il faut bien faire tourner la baraque même si le Ministre du Commerce, nous a fait tourner en rond.

Rappelez-vous de sa croisade télévisuelle inhérente aux prix des fruits et légumes, ses promesses semblent  fondre au soleil, finalement,  plus de parlote qu’autre chose.

 Les algériens se sont habitués aux discours « populistes» des Don Quichotte se ruant  contre des moulins à vent, des dispositifs qui n’arrivent même pas à satisfaire la demande nationale en matière de semoule , bon , je ne vais pas en faire une tarte non plus .

Comme je le disais, avant d’aller faire mes emplettes, je me suis conformé aux règles voulant que le port du masque est obligatoire même dans la voiture, sans être un vengeur républicain je me suis masqué quand même.

Je ne vous raconte pas la buée sur mes lunettes et le sentiment d’étouffement que j’ai ressenti car ce n’est pas le sujet aujourd’hui ni celui d’hier d’ailleurs, je garde mes problèmes au frais en attendant la prochaine coupure d’électricité.

La chose que je ne comprends pas,  en ce moment, c’est que personne ne porte de masque dehors, sauf une infime minorité, il n’y a pas de distanciation entre les individus, rien, tout semble aller comme si de rien n’était.

En constatant cela, je me suis demandé comment ce pays va pouvoir endiguer ce phénomène qu’est le Coronavirus vu que rien n’est fait pour, c'est un constat , beaucoup de mesures sont prises sans êtres  vraiment appliquées, de toute façon le pouvoir s'en lave les mains  .

Un couvre-feu qui commence à 20 h et se termine à 5h est une piperie , il faut le dire, c’est des horaires usuels, en temps normal, la plupart des gens rentrent chez eux  à 20h et sortent le matin à partir de 7h, 

Pis encore, les gens sortent le soir le plus normalement du monde, croyez-moi, je les vois de mon balcon, je ne vous joue pas une sérénade.

Le pouvoir bien en place semble indécis, assumer  ses responsabilités en ménageant le peuple sans verser dans trop d’autoritarisme au risque de réveiller le Hirak  est apparemment le fil conducteur dans le pays, la santé n'est pas prioritaire .

 Dans le cas échéant, cette gabegie est tout simplement le résultat d’une  politique va-comme-ça-peut et c’est encore plus grave pour l’Algérie.

Le plus étonnant dans tout cela, c’est le mimétisme  du Ministre de la santé qui ne fait que constater l’inconscience des algériens,  il en est de même pour l’Agence de la Sécurité Sanitaire fraîchement installée, pour des médecins chevronnés et des chercheurs « héros » à l’étranger , ils sont bien discrets sur le sol national .  

Pour ma part je pense qu’il est impardonnable de laisser un peuple "errer" comme ça sans aucune tutelle éclairée, c’est injuste pour les algériens, vraiment injuste.

De toute façon, rien ne pourra vraisemblablement éclairer ma lanterne anti moustiques made in China, je ne comprends plus rien dans ce méli-mélo sanitaire, une chose est certaine à mes yeux,rien n’a changé chez nous, l’orchestre est différent  mais c’est la même chanson.

 

Auteur
Nazim Maiza