Aller au contenu principal
Body

CRISE

L'ONM conseille le pouvoir d'écouter le peuple (Vidéo)

Mohand Ouamar Benelhadj, SG par intérim de l'Organisation des moudjahidine affirme dans une déclaration vidéo que le dialogue tel que préconisé par le panel de Karim Younès ne donnera aucun résultat.

Encore une pierre dans le jardin de cette instance de dialogue qui s'échine contre vents et marées à se donner consistance. Le SG par intérim de l'ONM estime, dans une déclaration rendue publique ce dimanche :"Nous ne sommes pas des devins, mais ne pensons pas que ce panel arrivera à un résultat, parce qu’il a été désigné par une seule partie. Au moins, il doit être désigné par deux parties, c’est-à-dire le pouvoir et le Hirak. Le peuple doit être partie prenante, or ce n’est pas le cas. Ce n’est pas ce que nous avons proposé, je pense que ce n’est pas ce qu’il faut, je crois si je peux conseiller, s'ils tiennent compte de notre expérience et vieillesse il va falloir que chacun fasse son autocritique, si c'est sincère ils se rendront compte des manques". Voilà qui est clair pour le vieux moudjahid.

Il faut dire que Mohand Ouamar Benelhadj a la maîtrise des nuances. Inquiet, il avertit sur l'existence même du pays qui risque une désagrégation. "l ne s’agit pas de l’avenir du pays qui est en jeu, c’est son devenir. L’Algérie risque de se dissoudre. Au train où vont les choses, chacun tient à sa position, pense qu’il est plus intelligent que les autres, défend ses acquis". Le SG par intérim de l'ONM ajoute : "L’Algérie a besoin de réformes, celles-ci ne se font pas avec une révolution. la révolution c'est un changement. Je pense qu’il y a une erreur, ce qui disent révolution, il faudra qu il changent de pays, il faut des réformes oui, mais il ne faut pas parler de réformes».

Après avoir dénoncé ceux qui prônent la "désobéissance civile, il conseille aux tenants du pouvoir d'être moins arrogants avec "le peuple qui a le droit de crier sa colère". "Ceux qui méprisent le peuple doivent réfléchir et l'écouter", conseille Mohand Ouamar Benelhadj. 

 

Auteur
La rédaction
 

Ajouter un commentaire