Aller au contenu principal
Body

Jeunes Algériens, à vos livres !

Marcel Aymé, une étude sociale du genre humain populaire

Avant de vous parler des livres de Marcel Aymé, que j’adore, il faut mettre un point au clair, pour lequel je suis très partagé.

Faut-il distinguer l’œuvre de l'écrivain avec sa vie lorsque celle-ci eut un passage très contestable ? À l’exception de Céline, j’ai tendance à répondre par oui. Mais si vous répondez non, alors il faut passer à un autre auteur.

Disons que Marcel Aymé a eu quelques égarements en soutenant le fascisme de Mussolini et bien d’autres choix condamnables.

Si nous passons aux écrits, la première chose à dire est qu’il faut distinguer l’étude sociale de son œuvre avec les grands auteurs du naturalisme comme Balzac.

C’est un naturaliste d’un genre plus accessible à la lecture « facile » car les personnages de Marcel Aymé sont plein de gouailles, d’accents locaux et de couleur populaire.

Son but n’est pas d’aborder les personnages comme une étude scientifique (les naturalistes) mais juste de raconter le quotidien des gens dans ce qu’ils ont de banal et de surprenant.

Marcel Aymé ne fait pas dans la grande fresque sociale et bourgeoisie mais dans la description du populaire.

C’est d’un comique époustouflant. Comme à mon habitude, je ne donne pas de biographie mais je suis tenté de vous reproduire mon passage préféré dans l’une de ses nouvelles.

Elle est reproduite de mémoire, donc avec un arrangement à ma façon :

Un jour, une dame (ou un homme, je ne m’en souviens plus) frappe à la porte de l’écrivain. Cela se passe dans la nouvelle elle-même.

- Monsieur Marcel Aymé ?

- Lui-même, que puis-je pour vous ?

- Je suis l’un de vos personnages et je viens me plaindre.

- Que vous arrive-t-il ?

- À chacune de vos histoires, vous me faites mourir. C’est exaspérant, je ne peux mener à bien mes projets, à chaque fois.

 - J’en suis désolé mais l’intrigue l’impose, ce n’est pas de ma volonté.

- Cela suffit, arrangez-vous pour que cela ne se reproduise plus !

L’invité(e) prend congé et Marcel Aymé reprend son travail d’écriture, à sa table de travail. Il s’est promis de faire attention pour que tout aille bien, cette fois-ci.

Mais quelques pages plus loin dans sa nouvelle, une circonstance fait mourir son personnage sans qu’il ait pu faire quoi que ce soit.

Voilà ce qu’est l’œuvre de Marcel Aymé. Et si sa lecture ne vous plaît pas, il y a une excuse que vous ne pourrez jamais avancer.

« C’est difficile pour nous, nous ne sommes pas aussi francophones que vous l’étiez à notre âge ». J’entends souvent dire cela.

C’est la raison pour laquelle je ne vous conseille que ce qui est abordable.

Et, franchement, pour Marcel Aymé, même Gaïd Salah pourrait comprendre. Vous, vous apprécierez.

Auteur
Boumediene Sid Lakhdar, enseignant
 

Ajouter un commentaire