Aller au contenu principal
Body

COMMENTAIRE

Marché parallèle : Tebboune veut utiliser la finance islamique !

Dans son entretien avec la presse nationale, Abdelmadjid Tebboune a indiqué qu'il était possible d'absorber, de mille et une manières, les fonds du marché parallèle, citant entre autres méthodes, "la finance islamique qu'il convient de généraliser, à travers l'ouverture de nouvelles banques".

Il a mis l'accent, à cet égard, sur l'impératif d'ouvrir un dialogue avec les propriétaires de ces fonds, ce phénomène s'étant enraciné et qui remonte à l'ouverture de l'importation au secteur privé au début des années 90, une démarche, a-t-il dit, qui n'était pas accompagnée de contrôle nécessaire.

"Cette économie a été autorisée par l'Etat. Elle est devenue forte durant la décennie noire, puis s'est développée pour atteindre actuellement 10.000 mds DA", explique M. Tebboune.

Et d’ajouter que la résorption de ces liquidités constitue "la principale préoccupation" et se fera "de la meilleure façon", rassure le chef de l’Etat.

Ainsi, l'Etat œuvrera à la récupération des fonds circulant sur le marché parallèle via plusieurs moyens, y compris l'éventuel recours à l'investissement dans des titres anonymes et sans impôt, a-t-il poursuivi.

Répondant à une question sur cette procédure, notamment s'il s'agit d'une "amnistie", le Président Tebboune a fait savoir que "cela était une partie des règles du jeu", sans donner davantage de détails compte tenu de "la confidentialité du dossier".

Toutefois, le chef de l'Etat a écarté la possibilité de recourir au changement de la monnaie nationale comme solution pour attirer la masse monétaire circulant sur le marché parallèle", estimant que cette mesure était susceptible de créer de longues files d'attente et compliquer la vie des simples citoyens.

Auteur
L. M./APS