Aller au contenu principal
Body

Des ambassadeurs sont venus et repartis sans pouvoir voir le chef de l’État

Mesures protocolaires anticonstitutionnelles: Messahel exerce les fonctions du chef de l'État!

N’ayant pas pu présenter leurs lettres de créance au chef de l’État, ces représentants ne peuvent pas être présents lors des visites de leur propre président en Algérie.

Dimanche dernier, pas moins de sept nouveaux ambassadeurs se sont succédé chez Abdelkader Messahel, le ministre des Affaires étrangères, prenant en charge ainsi une activité qui devrait relever de la compétence exclusive du chef de l’État.

L’agence officielle APS a, en effet, annoncé que les représentants de la Suisse, de la Norvège, de l’Éthiopie, du Qatar, du Congo, du Soudan et de l’Allemagne avaient présenté les “copies figurées” de leurs lettres de créance en qualité d’ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires de leurs pays respectifs en Algérie.

Quelques jours auparavant, plusieurs autres ambassadeurs, en fin de mission, ont accompli le protocole d’adieu, en faisant la tournée des responsables de l’État. Ces départs et arrivées des représentants des chancelleries étrangères dans notre pays, tels qu’ils s’accomplissent depuis plusieurs années, ne satisfont pas aux exigences diplomatiques et protocolaires. Il est établi, de longue date, qu’un ambassadeur qui arrive dans un pays présente ses lettres de créance au chef de l’État et remet un document attestant de sa fin de mission. Dans les usages diplomatiques internationaux, ces documents sont remis au chef de l’État et non au ministre des Affaires étrangères.

Or, depuis au moins cinq ans, le chef de l’État est dans l’incapacité d’honorer cette charge et de recevoir ces documents des mains des ambassadeurs. Un manquement qui met le président de la République en porte-à-faux avec la loi fondamentale du pays qui mentionne en son article 10, parmi les missions du président de la République, la réception des “lettres de créance et de rappel des représentants diplomatiques étrangers”.

Selon un ambassadeur d’un pays européen, des dizaines de représentants de pays étrangers se sont contentés de présenter des “copies figurées” de leurs lettres de créance, sans jamais avoir la possibilité de rencontrer le président de la République.   

Lire la suite sur Liberté

Auteur
Liberté