Aller au contenu principal
Body

POLEMIQUE

Miss Algérie 2019 : Quand les critères de beauté dévoilent la face raciste d’une société !

Samedi le 05 janvier, Khadidja Benhamou a été élue au titre de Miss Algérie 2019. Cette dernière est originaire du Sud d’Algérie, plus spécifiquement de la wilaya d’Adrar.

Khadidja est dotée d’une beauté à la fois douce et sauvage ! Son joli sourire dégageant des ondes d’énergie positive peut être tout ce dont l’Algérie a besoin en ce moment… Mais que pensent les Algériens de ce choix ?

J’ai été déçue, mais pas tout à fait surprise en voyant les commentaires négatifs et insultants sur les réseaux sociaux. Khadidja a été cruellement attaquée par un grand nombre de jeunes hommes/femmes, qui trouvent qu’elle ne remplit pas les critères pour devenir Miss Algérie.

Sa couleur de peau et ses cheveux crépus ne semblent pas plaire à ceux qui restent coincés dans leur complexe de supériorité. Cela montre qu’une partie de la société algérienne souffre du racisme et d’hypocrisie ! Pour certains, la beauté se résume dans une peau blanche, cheveux lisses et corps très fin sans rondeurs… Malheureusement, beaucoup de femmes se sentent méprisées et perdent leur estime de soi à cause de cela.

La société accorde beaucoup d’importance aux apparences et se permet de juger des créatures que l’être humain est toujours incapable de reproduire ! Cette société qui semble parfaite de l’extérieure, mais qui est moisie à l’intérieur, ne cesse de s’autodétruire et de détruire tout grain d’espoir… ou de beauté.  

Khadidja… vous êtes belle !

Tandis que certains critiquent méchamment Miss Algérie 2019, d’autres lui disent qu’elle est belle, charmante et élégante. Cette femme est devenue la représentante de toutes ces belles femmes/filles qui ont été jugées laides parce qu’elles sont différentes.

Toutes les femmes sont belles, et méritent toutes d’être Miss. La beauté réside dans le cœur, dans l’âme et dans l’esprit. Le corps n’est qu’une coque qui permet d’être vu à l’œil nu…

Asmaâ Bouzid est nouvelliste, chroniqueuse et étudiante en LLCE Anglais à l’université Toulouse Jean Jaurès 2.

Auteur
Asmaâ Bouzid