Aller au contenu principal
Body

ENTRETIEN

Mohamed Benchicou : "Pour Bouteflika, le pouvoir ne se restitue pas"

Mohamed Benchicou a répondu aux questions de Cap Algérie. Nous en reproduisons ici l'entretien.

Cap Algérie : La rue algérienne a retrouvé sa voix qu’elle a perdue voici dix huit ans.

Mohamed Benchicou : Permettez-moi de vous rectifier : la voix des Algériens a été confisquée en 1962, quand fut fomenté le putsch militaire contre le gouvernement légitime (GPRA) et  instituée la loi du plus fort, la loi du fusil qui remplaçait toutes les autres lois et consacrait le système du putsch comme unique moyen d’arriver au pouvoir.

Bouteflika est une créature née de ce coup de force. Un vieux putschiste. Il prend le pouvoir par la force ou l’intrigue et le conserve par  la force. Il agit conformément à sa vocation de fils héritier du clan militaire qui a empêché, en 1962, l’avènement d’un processus démocratique en Algérie.

L’histoire du cinquième mandat s’imbrique parfaitement dans la trajectoire politique du personnage. Nous n'avons cessé depuis 2001 d'écrire et de répéter que Bouteflika ne rendra jamais les clés de la présidence.

Il considère le pouvoir comme son dû, sa propriété, propriété héritée du clan d'Oujda, celui qui a institué, dès 1962, la loi du fusil, et instauré le mépris et l’arrogance comme méthodes de gouvernance. Bouteflika est l'enfant adultérin d'un pouvoir grabataire et d'une démocratie violée. En tant que tel, il a gravi les échelons politiques en fomentant des coups d'Etat : en 1962 contre le gouvernement provisoire (GPRA), en 1965 contre Ben Bella, en 2004 contre Benflis et le FLN qui lui était hostile, en 2009 contre grande partie de l'armée, en 2014 contre le bon sens puisqu'il était déjà handicapé et à l'état végétatif, en 2019 contre toute logique. Le cinquième mandat obéit à la stratégie de la force : « Le pouvoir m'appartient, j'en use comme je veux ».  Bouteflika savait, dès le premier jour, en ce mois d'avril 1999 quand l'Armée lui transférera le pouvoir, qu’il ne restituerait jamais les clés de la maison. Le  pouvoir est un butin de guerre. Un dû. 

Le pouvoir ne se restitue pas. Bouteflika donne raison à Orwell. « On n’établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution. On fait une révolution pour établir une dictature. » Les Algériens s'en sont rendus compte en 2019, lorsque le président, qui n’est plus qu’une pauvre carcasse ambulante, a eu le culot de vouloir rempiler. Ils se sont représentés la déchéance qui les attendait. Ça a dû beaucoup joué dans l’initiative des manifestations.   

Ce grondement peut-il être salvateur ?

Je crois sincèrement qu'il est trop tôt pour nourrir de gros espoirs sur cette mobilisation populaire qu’il convient d’applaudir mais qui arrive trop tard, trop tard pour le pays : le mal est fait. Bouteflika et ses amis ont déstructuré l’État, ou ce qui en restait, et l'ont complètement réaménagé pour les besoins de la rapine. Il est trop tard pour espérer,  même si Bouteflika venait à être chassé du pouvoir, rattraper ses crimes économiques et sociaux. Le mal est trop profond. Il est trop tard pour espérer faire de l'Algérie un pays émergent. Du moins pas avant longtemps. Il est trop tard pour espérer résoudre le problème du chômage à court et moyen terme, et donner un emploi chaque jeune Algérien. Avec quoi ? Pendant 20 ans, nous avons fait du surplace. Bouteflika a transformé le mouvement patriotique en inertie. En 1999, la part du pétrole dans les exportations était de 97 % ; en 2019 elle est toujours de 97 % ! Cela signifie qu'en 20 ans, le régime de Bouteflika n'a pas réduit, ne fut-ce que de 1 % la dépendance pétrolière du pays.

Nous restons une économie rentière, incapable de produire ce que nous consommons. En 20 ans, le régime n'a rien investi dans l'industrie, la production agricole, dans les nouvelles technologies ou dans les infrastructures sociales en dépit des fortes rentrées d'argent pendant la période où le pétrole valait jusqu'à 140 $ .

Plus jamais nous n'aurons recettes du niveau de celle qui avaient alimenté le Trésor public entre 2003 et 2013. Où est parti l'argent ? Cet audit doit être fait tot ou tard.

À titre de comparaison, 20 ans c'est temps mis par la Corée du Sud pour devenir une puissance économique. C'est pour ça que je dis qu'il est bien tard pour ce que vous appelez le réveil populaire. Bouteflika n'est pas un bâtisseur mais une simple créature de pouvoir. Il n'est pas venu pour gouverner mais pour jouir du pouvoir. Le pouvoir dans son acception la plus vulgaire, la plus archaïque, c'est-à-dire commander, regarder les gens d'en haut, monopoliser les commandes du pays, disposer de l'argent du trésor, se complaire dans la proximité de Dieu… Bouteflika est un homme de putsches, pas de gouvernance.

On a laissé Bouteflika jouer seul sur le terrain. Les manifestation de cette semaine, aussi louables soit-elles, arrivent bien tard. Le camp Bouteflika a eu le temps de généraliser la corruption, de renforcer son pouvoir jusqu'à s'autoriser à exiger un cinquième mandat. Pendant 20 ans, les citoyens algériens ne jouaient aucun rôle dans la reconduction de Bouteflika qui, en retour, régnait sans rien leur devoir. 

Au cours des 20 dernières années, nous avons eu sous les yeux un État incohérent, irresponsable et sans scrupules faiblement relié à une société faible.

Pour dire les choses simplement, personne ne gouverne et personne n’est gouverné. C’est ainsi que les institutions, aussi contestables   qu’elles étaient, ont été vidé de leur substance. Bouteflika n’a rien gardé  de l’État zéroualien qu’il avait trouvé en 1999.  C’est son droit, pourrait-on dire. Oui mais il aurait fallu édifier à la place un état bouteflikien, ne pas laisser le vide. Mais à la place de l’État qu’il a détruit, Bouteflika a installé des hommes qui n’avaient de comptes à rendre à personne qu’à lui. C’est ainsi que fut généralisée la corruption .

Les manifestations seraient donc inutiles ?

Je n’ai pas dit cela. J’ai dit que nous avons mis beaucoup de temps pour nous réveiller sur la réalité Bouteflika. Ce temps a été exploité pour mettre en place la machine du pouvoir à vie, pour désarticuler ce qu’il reste de l’État algérien, pour créer le vide… le régime se félicitait que l'Algérien, désormais, regarde la politique comme un loisir réservé à des initiés se souciant exclusivement de leurs intérêts. Le pouvoir de Bouteflika a renforcé l’idée que la politique soit vue par la population comme une activité sans rapports avec la vie quotidienne de la plupart des gens. S’opposer à un nouveau mandat ?

Pourquoi faire ? La population regardait, de loin, cette foire d’empoigne qui ne la concernait pas. Elle se moquait de savoir qui étaient les bons et qui étaient les méchants puisqu’elle n’avait ni la chance de faire partie des premiers ni la malchance de compter parmi les seconds. Sous Bouteflika, on a remplacé la politique par le football. Mieux valait discuter du repositionnement tactique de Mahrez plutôt que de soulever le cas Chakib Khelil. Les manifestations de rue étaient autorisées seulement les jours de victoire en football. Il ne fallait surtout pas se tromper de slogan. "One two three, viva l'Algérie", et rien d'autre. Subitement, les mêmes jeunes qui se contentaient de chants de supporters, scandent « Bouteflika dégage ! »…

Le pouvoir continue à faire la sourde oreille en dépit des vœux de la population sortie manifester contre le 5eme mandat de Bouteflika. Est-ce par peur, par autisme ou par nihilisme ?

Par choc émotionnel. Il ne s’attendait pas à cette protesta qui l’a fait trembler et encore moins une protesta de cette envergure. Il croyait avoir mis en place pour longtemps les conditions d’un asservissement des Algériens, d’une cohabitation pacifique avec le peuple qui lui permettrait de s’adonner à la rapine tranquillement. Bouteflika a vécu 20 ans de quiétude par une sorte de marché avec les Algériens : un peu de l'argent du pétrole contre le silence et la soumission. C'est ce que certains analystes appellent la malédiction des pétrodollars.

Le régime de Bouteflika flottait sur des pétrodollars, c’est-à-dire sur un afflux de recettes qui se déversent dans les coffres de l’État sans qu’il soit nécessaire d’exercer la moindre pression fiscale sur la population. L’imposition, on le sait, suscite une certaine résistance et ne marche bien que lorsque le gouvernement offre des services publics aux contribuables en échange des impôts qu’ils versent.

La théorie démocratique classique affirme que la « citoyenneté » se développe là où il y a contestation, c’est-à-dire là où l’État cherche à extraire des ressources de la population (les impôts et le service militaire des hommes) et se heurte à une résistance de la population, ce qui rend nécessaire une sorte de règlement négocié. La « malédiction du gaz et du pétrole » explique grandement la faiblesse de la société politique et de la citoyenneté dans l'Algérie de ces dernières années. En tout cas, la solution que représentent les hydrocarbures en garantissant des revenus à l’État a permis de faire l’économie de la phase de négociation entre l’État et la société. Tu veux de l’argent contre ton silence ? Bouteflika a distribué aux jeunes un petit pactole en échange de leur indifférence.

Des prêts devenus non remboursables dans la bouche du directeur de campagne Abdelmalek Sellal. « Utilisez cet argent pour vous marier »Sellal toujours qui annonce fièrement durant  la campagne présidentielle de 2014, aux gens de Mascara, une ville située à l'ouest du pays, réputée pour être la cité des calembours  :  « Dans les cinq prochaines années, nous transformerons Mascara en Californie ! » La Californie ! En cinq ans ! Pensez donc ! Los Angelès, Hollywood, San Francisco… Mais avec quels nouveaux moyens notre chef du gouvernement érigerait-il en cinq ans cette Californie qu'il n'aura pu édifier en 15 ans ? Cinq ans sont passés, le prix du baril a lourdement chuté et nulle trace de Californie à Mascara. Et l’Ansej exige le remboursement des allocations mises à la disposition des jeunes. E

st-ce un hasard si cette protestation qui a rempli la rue algérienne s'est produite au moment où les recettes pétrolières commencent à baisser ? Sans doute pas. En plus d’être inapte à diriger un pays, Bouteflika n’a  plus les moyens d’acheter la paix sociale.

En lieu et place de la Californie, il y eut la banqueroute financière, la décadence nationale, la peur de manquer de pain... Ils s'étaient emparés du pouvoir au nom de la loi du fusil, ils s'étaient proclamés monarques indéboulonnables, ils ont aboli la création et implanté l'inertie, ils ont tétanisé le lettré et promu l'ignorant puis ils ont fait un communiqué où ils annoncèrent la faillite nationale.

 

Commentaires

Permalien

Bonjour monsieur Benchicou,

Écrire votre nom me ramène à mon histoire ancienne, j’ai l’impression qu’il y a un siècle. J’en suis ravi.
Bien entendu que nous sommes d’accord sur ce point, énoncé par le titre. Un pouvoir acquis par un coup d’état ne se rend pas.
Mais je voulais renforcer un autre point que mon bref passage en politique m’a appris à Alger.
Pourquoi voulez-vous qu’il rende un pouvoir que des millions de gens lui donnent, d’élection en élection ?
Des dizaines de milliers de jeunes sont sortis dans la rue mais j’attends de voir ce que vont faire les millions d’électeurs.
J’avais pris l’avion avec Hocine en pensant que les événements d’octobre avaient ébranlé le régime militaire, lourde erreur !
Trop de milliards en jeu, monsieur Benchicou, il faut attendre la fin du robinet.
Et faire confiance à des milliardaires offshore, c’est là où ma limite d’oubli ne me permet pas de franchir. C’est, je crois, l’ambiance actuelle.
Ravi de vous avoir transmis ce message, très amical.

Très cordialement

Permalien

Beaucoup d'histoires sur Messire BOUTEFLIKA pendant les années BOUMEDIENNE et les années passées à la présidence de la république BOUTEFLIKIENNE ,qu'en est-il de ce Monsieur durant les années de traversée du désert que furent celles qui l'ont fait parvenir à la présidence ?
Et si nous osions lever le voile et mettre à nue cette fièvre du pouvoir dont cet homme a toujours été animé ?
Et si nous imaginions une certaine théorie dérangeante au plus haut point et que nous nous mettions à rassembler les pièces d'un puzzle qui nous mènerait jusqu'au prix du pétrole,des sommes engrangées par notre pays ,des sommes dépensées et des sommes placées en bons du trésor Américain en passant par 1988 et le reste ?
Ce ne serait que la théorie de plus d'un complot de plus?
Mais combien de complot a donc ourdi ce Monsieur ?
Quelles furent ses limites (en a t il seulement eu ) dans sa convoitise du pouvoir entre 1979 et 1999 ?
Toufik KLOUL

Permalien

Un voleur ne restitue JAMAIS son butin de vol.Il faut le démasquer ,le mettre hors d état de nuire et le CONTRAINDRE à restituer le butin volé.Bouteflika a déjà été condamné pour vol des sommes reliquats du trésor publique allouées aux AE .Les "caporaux" de l'armée coloniale française qui lui ont permis de leur sous traiter l'algérie en 1999 LUI ONT OUVERT TOUTE LES VOIES à la prédation ,à la rapine,à la corruption tout azimuth et à l'accaparement d une importante partie de la rente des hydrocarbures ....par sa fraterie,ses larbins à l'exemple du mari de la palestinienne ,chekib khalil et les panama papers alimentés par le vol de la rente d hydrocarbures de la sonatrach qu ils ont volés à la société nourriciére de l algérie
Ce VOLEUR "marocain de naissance et de coeur "qui traitait l algérie et les algériens de pays et de peuples MEDIOCRES,voulait avoir son royaume , en algérie algérienne spoliée ,humiliée par la neocoloniale ouroubi des planqués chefs arabes aux frontieres et de leurs servils larbins imazighenes (chawis,kabyles...),pour faire comme son alter égo ,son souverain HASSASSIN 2 ,à qui il faisait allégeance par des baises mains, plus zélè que n importe quel sujet marocain(dixit hassassin 2 à propos de bouteflika qu il n aimait et qu il traitait de rustre qui joue au play boy avec l'argent des algériens que le sanguinaire boukharouba dit boumedienne lui permettait toutes ses frasques )
Ce prédateur et sa fraterie doivent dégager ce pays l algérie algérienne qu ils ont ESSAYE DE BORDELISER tout azimuth,conformément à leurs moeurs de luxure!
Qu ils dégagent car SINON ILS SERONT DEGAGES PAR CEUX QU ILS ONT HUMILIES ,SPOLIES ET RENDUS MISERABLES durant plus de 20 ans ,les algeroalgeriens amazighs mutilangues

Permalien

Fuite des devises volées au trésor algérien
Inouié !invraisemblable!incrédule!les rumeurs qui courent à alger et surtout au club des pins !!!!!!!
L avion dit présidentiel servirait il ,comme en le chuchotte de plus en plus au club des pins et surtout à alger pour la fuite colossale de millions de dollars de la fraterie marocaine régnante vers geneve,dubai,beyrouth,panama;mexique,moscou,luxembourg..........,,,???????
La corruption sous le régne de la famille bouteflika est un secret de polichinelle dans ce pauvre pays qui subit la prédation toute azimuth de cette famille d origine marocaine régnante .S il s averait que ces rumeurs ne sont pas sans fondements ,on comprend dés lors où sont passées les milliards de dollars détournées de la rente d hydrocarbures estimée à plus de 1000 MILLIARDS DE DOLLARS ENGRANGES sur presque 18 ANS !!!

Permalien

En dépit du constat terrible mais vrai que vous faites de la situation, nous n'avons d'autres choix que d'encourager cette dynamique naissante afin, non seulement, de dégager ce traître à la nation et toute sa cour, mais de refonder le système dans sa globalité en choisissant d'abord le socle institutionnel qui'il nous faut à l'aune du 21e century et ensuite les hommes et les femmes capables de le mener à bon port..

Permalien

Cela est une évidence annoncée depuis très longtemps et seul la naïveté ou l'hypocrisie
Des militaires entourant Gaid Salah fait obstacle a sa déposition du pouvoir.
Gaid Salah un commandant médiocre des années 1978. 1979 a Bechar dirigeant la 36 brigade d'infanterie motorisée alors que Khaled Nezzar était au grade de lieutenant colonel chef de la troisième région militaire : la ramener avec lui une fois nommé par Chadli chef d'état major de l'armée dont le siège était a Ain naadja ..... Et a son départ a la retraite en 1999 2000 Gaid Salah fut coopté par Bouteflika sur la base présumée d'avoir sous ses ordres un homme médiocre et malléable a volonté par ses appétits gargantuesques de richesses.....ne déclarait t il pas en appart que les autres avaient cumulées des richesses plus que toutes ses predations bien logées aux Emirats arabes et ailleurs.
Cet homme mettrai le pays a feu et a sang si les militaires eux mêmes devraient rapidement se débarrasser.
Bouteflika Gaid Salah et les larbins de Sellal Ouyahia au dernier commissaire de police et autres milliers de parasites du clan de la trahison devront être punis jusqu'à l'extrême punition salvatrice.
Car eux useront de toutes les violences pour rester au pouvoir.
Les marches populaires seront insuffisantes pour déverrouiller un pouvoir pervers et criminel
Un mot sur Macron le président imposteur Français pour son soutien ingérence dans la souveraineté du peuple Algérien et les écarts de langage diplomatique du quai d'Orsay parlant de notre ancienne colonie.....?
Quand a zeroual il est responsable d'avoir déroule le tapis rouge a Bouteflika et abandonné l'Algérie avant la fin de son mandat ce qui était anti constitutionnel.
Toufik est responsable d'avoir faciliter l'arrivée du revanchard Bouteflika alors en service commandé Pour les Emirats arabes et le France.
Tous par leurs lâchetés en sont responsables.
Une guerre s'annonce et les larbins militaires policiers judiciaires et plèbe des partis bouteflikistes affûtent leurs armes ils ont trop d'intérêts pour quitter le navire Algérien sans la out sabordé et coulé.
Sur ferons les militaires patriotes les policiers fils du peuple et les services Algériens ou ce qui en reste.... Après le 03 Mars on verra.

Permalien

En somme , Bouteflika s'est comporté en mercenaire de la révolution en considérant le pouvoir comme sa propriété privée pour sa famille et son clan , un butin de guerre accaparé à lui seul et son clan. Le peuple algérien héros de la révolution peut aller paître ailleurs selon lui. Le masque de ce drôle de Rastignac vient de tomber dans les colonnes du Nouvel Observateur : un traître à ses frères et compagnons moudjahidines, un allié de la France , un comploteur de règlements de comptes , une imposture algérienne qui va nous mener au désastre.

Permalien

Vous etes un maitre. Rares sont lucides comme vous. J'ai bein peur que vous avez raison: trop tardif est notre reveil.

Permalien

Je suis en trés grande partie d'accord avec votre analyse sur l'itinéraire, les tenants et les aboutissants de la politique néfaste et volontairement désastreuse de Boutef. pour l'Algérie.
Mais il avait déjà annoncé les couleurs depuis ses premiers discours en 1999, Boutef a toujours été un grand communicateur et manipulateur de foules avides de discours, il a utilisé toutes les ficelles possibles et imaginables pour embobiner des millions d'algeriens. La responsabilité de tous les algériens est trés grande, et ne peut pas être occultée, par complicité ou passivité.

Permalien

Et si Bouteflika n'était que l'exécutant d'une feuille de route imposée? Dans ce cas, ceux qui actionnent la marionnette ne devraient pas être inquiets. On sait tous ce qu'il y a dans la feuille de route parce qu'on l'a vécu: 1/une loi sur les Hydrocarbures qui transfèrent nos ressources aux multinationales 2/ la destruction de l'école et de l'université 3/ bases militaires US
La planification d'une faillite financière en 2021 est devenue inéluctable (avec ce régime). Je suppose que le pouvoir occulte compte sur la colère de la rue d'ici 2021 pour liquider les généraux (qui seront jugés responsables de notre malheur) et ainsi réaliser l'objectif N°3. Soulignons que la neutralisation de Chakib Khelil a gelé les objectifs 1 et 3 et que allons bientôt assister à une réactivation puissante de la feuille de route. La candidature de Bouteflika est un non événement dans la mesure où les vrais traitres qui sont cachés vont imposer la continuité de la feuille de route .

Permalien

Que chaque algérien mis une banderole ou carton sur son balcon , sa fenêtre inscrit "NON à la 5eme mandat"

Permalien

J'ai toujours eu de l'admiration pour M. Benthique mais je pense que les explications sont plus complexes.
Un auteur s’est interrogé : « Ainsi a-t-il isolé ../.. Mohammed Medienne, puis la clique des cinq, puis …. Et puis. Mais, cette explication ne permet pas de comprendre le pourquoi du cinquième mandat .. »
Je me permets de donner une explication plausible.
Le gouvernement a déclaré que l’Algérie sera en cessation de paiement vers 2021. La presse a relayé ce message en titrant «Planche à billets et épuisement des réserves en devises: des lendemains qui font peur.» En fait, grâce à Chakib Khelil et à ses lieutenants, le régime a planifié une faillite financière à court terme et personne ne s’en émeut !
Lorsque le Chef de gouvernement parle de « c’est nous ou le chaos », il faut comprendre « vous vous soumettez ou on vous détruit ». La solution qu’ils proposeront sera la perte de souveraineté, le transfert des ressources gazières (gaz de schiste) et la salafisation de la société (c’est déjà fait pour l’école) avec Chakib Khelil comme Président. A cette condition, les US nous prêteront des fonds pour ne pas crever de faim.
L’explication que vous cherchez est simple :
- Medienne a été neutralisé par un régime occulte appuyé par ses parrains étrangers (opération Tiguentourine ) parce qu’il a gelé l’exécution d’une feuille de route (hélas pendant seulement 5 ans) en écartant Chakib Khelil
- Bouteflika, Ouyahia, Khelil ne sont que des exécutants d’une feuille de route qui a atteint son but : la programmation d’un chaos dans moins de 3 ans
- Où ils restent et évitent le chaos avec l’argent des juifs américains, où ils laissent faire la rue qui va chasser les généraux (pro soviétiques) de l’institution militaire jugés responsables du malheur qui va s’abattre. Dans les 2 cas, Ould Kaddour va reconstruire les bases militaires US.
- Personne ne connait les identités du pouvoir occulte pour qui le 5eme mandat est un non évènement car ce pouvoir va se régénérer à travers une autre équipe qu’il va recruter (et qui va tout mettre sur le dos du clan Bouteflika)
- Seul Boudiaf a résisté au pouvoir occulte : il a été assassiné devant des millions de téléspectateurs pour donner l’exemple. C’est ainsi qu’agit la maffia algérienne
- Zéroual a préféré démissionner pour sauver sa peau.

Permalien

Vous avez écrit :
Le pouvoir continue à faire la sourde oreille en dépit des vœux de la population sortie manifester contre le 5eme mandat de Bouteflika. Est-ce par peur, par autisme ou par nihilisme ?
Par choc émotionnel. Il ne s’attendait pas à cette protesta qui l’a fait trembler et encore moins une protesta de cette envergure. Il croyait avoir mis en place pour longtemps les conditions d’un asservissement des Algériens, d’une cohabitation pacifique avec le peuple qui lui permettrait de s’adonner à la rapine tranquillement ;

Je pense que la rapine et l’asservissement de la plèbe (à travers l’école donnée en concession aux islamistes et les médias grassement rémunérés) sont effectivement les instruments préférés du pouvoir. Mais cela s’arrête là. Je vous invite à lire les prophéties publiées en 2014 https://www.lematindz.net/news/14110-le-complot-de-sid-kaci-06-avril-20….
Je suis pour ma part convaincu que le noyau dur du clan présidentiel a rempli sa mission en planifiant un chaos qui sera inéluctable et que son objectif est la destruction du pouvoir militaire d’obédience russe qui l’a installé. Le 5eme mandat n’intéresse pas au plus haut point Bouteflika car les jeux sont faits.
Le gouvernement a déclaré que l’Algérie sera en cessation de paiement vers 2021. La presse a relayé ce message en titrant «Planche à billets et épuisement des réserves en devises: des lendemains qui font peur.» Grâce à Chakib Khelil et à ses lieutenants, le régime a planifié une faillite financière à court terme et personne ne s’en émeut !
Lorsque le Chef de gouvernement parle de « c’est nous ou le chaos », il faut comprendre « vous vous soumettez ou on vous détruit ». La solution qu’ils proposeront sera la perte de souveraineté, le transfert des ressources gazières (gaz de schiste) et la salafisation de la société (c’est déjà fait pour l’école) avec Chakib Khelil comme Président. A cette condition, les US nous prêteront des fonds pour ne pas crever de faim.
L’explication que vous cherchez est simple :
– Medienne a été neutralisé par un régime occulte appuyé par ses parrains étrangers (opération Tiguentourine ) parce qu’il a gelé l’exécution d’une feuille de route (hélas pendant seulement 5 ans) en écartant Chakib Khelil
– Bouteflika, Ouyahia, Khelil ne sont que des exécutants d’une feuille de route qui a atteint son but : la programmation d’un chaos dans moins de 3 ans
– La rue va chasser les généraux (pro soviétiques) de l’institution militaire qui seront jugés responsables du malheur qui va s’abattre. Ould Kaddour va reconstruire les bases militaires US.
– Personne ne connait les identités du pouvoir occulte pour qui le 5eme mandat est un non évènement car ce pouvoir va se régénérer à travers une autre équipe qu’il va recruter (et qui va tout mettre sur le dos du clan Bouteflika)
– Seul Boudiaf a résisté au pouvoir occulte : il a été assassiné devant des millions de téléspectateurs pour donner l’exemple. C’est ainsi qu’agit la maffia algérienne
– Zéroual a préféré démissionner pour sauver sa peau.

Le pouvoir occulte va essayer de recruter un général pour faire la peau au clan Bouteflika.. Mais c’est trop tard. Dans moins de trois ans, l’armée devra rendre des comptes

Ajouter un commentaire