Aller au contenu principal
Body

REGION

Mostaganem : la BADR de Sidi Lakhdar indigne les retraités payés en euros

Depuis plusieurs semaines, les retraités algériens bénéficiant d’une pension versée en euros par les régimes français  (CNAV, MSA, AMELI…) se plaignent des services de la banque BADR de Sidi Lakhdar, ville à environ 50 km du chef-lieu de Mostaganem. 

Le problème est le manque de liquidités. Beaucoup de retraités, malgré l’âge avancé et le risque de contamination au Covid-19, se font renvoyer par l’agence, faute d’argent. Selon certains pensionnaires, les services n’annoncent pas le vrai problème pour sauver l’image de leur banque. Ils se contentent d’une phrase mécanique adressée au client : « Reviens dans quelques jours ». Comme si avoir un compte bancaire était une faveur, pas un droit ! 

Ainsi, la plupart des retraités n’ont pas une vraie explication du problème. Perturbés par le doute et le mystère, ils contactent ensuite les caisses françaises d’assurance pour vérifier leurs dossiers, en perdant alors leur argent et leur temps chez l’écrivain public... 

En plus des va-et-vient, les retraités ont souvent droit à la moitié du salaire voire moins, faute de liquidités. Certains retraités parlent même de discrimination au sein de ladite banque ; selon eux, d’autres retraités favoris n’ont aucun souci pour avoir leur salaire à temps, et intégralement. 

Où sont les slogans pompeux que la banque promeut pour attirer le client ? Où est l’éthique du métier ? Où est la valeur d’un humain ? 

Le comportement de cette banque est une humiliation, une atteinte à la dignité des retraités. Parce que c’est grâce à l’argent des clients que toute banque au monde  existe. Et si ces retraités changeaient d’établissement, BADR subirait une grosse faillite. 

Auteur
Tawfiq Belfadel