Aller au contenu principal
Body

DIALOGUE

Mouloud Hamrouche invite le pouvoir à répondre au Hirak pour éviter "d'imminentes menaces"

 L’ancien chef de gouvernement, Mouloud Hamrouche, a réitéré lundi à Alger, son refus d'être "candidat à d’éventuelles instances de transition ou élection".

L'homme reste droit dans ses bottes, refusant toute proposition venant du pouvoir ou ses alliés parallèles. "Je souhaite rappeler aux honorables membres du Panel et des forums, ma déclaration du 18 avril dernier où j’indiquais que 'Je ne serais pas candidat à d’éventuelles instances de transition ou élection'", a indiqué l'ancien Chef du gouvernement (septembre 1989 - juin 1991), dans un communiqué transmis à l'APS.

Mouloud Hamrouche (76 ans) a été invité hier dimanche par les personnalités du dialogue et de la médiation à rejoindre leur panel. Justifiant son refus, l'ancien chef de gouvernement considère que "le mouvement unitaire et pacifique du peuple a, depuis le 22 février dernier, neutralisé, momentanément, une série de facteurs de déstabilisation et stoppé d’imminentes menaces".

L'ancien patron de gouvernement n'en dit pas plus sur ces menaces. Qu'en sait-il ? 

Hamrouche persiste : ces menaces "n’ont pas disparu pour autant et sont toujours en gestation. Il revient à ceux qui sont aux commandes d’agir, de répondre au "Hirak" et de mobiliser le pays pour lui éviter les pièges d’un chaos", a-t-il souligné.

Ce message alarmiste d'un connaisseur du système en dit long sur les luttes féroces entre clans pour le contrôle, voire la déstabilisation du pays. 

Auteur
La rédaction