Aller au contenu principal
Body

REGARD

Pegasus, un malware à portée de mains de puissants !

Un scandale de plus après la fameuse révélation de WikiLeaks qui, l'on se souvient avait menacé de dévoiler les dessous des agissements jusque-là méconnus du grand public du sombre côté de ce qui se tramait au plus haut sommet de la hiérarchie des États et des plus grandes entreprises à l'échelle de la planète.

C'est ainsi que plusieurs milliers de documents compromettant de scandales de corruption, d'espionnage et de violations de droits de l'homme dans bon nombre de pays à travers le monde, ont été publiés.

Là aussi, notre pays s'est taillé une bonne place en matière de blanchiment d'argent sale et d'exode fiscal, notamment The Panama Pepers. Aussi, il n'est pas utile ici de revenir sur l'implication de certaines personnalités algériennes lesquelles n'ont pas manqué à l'époque de faire la manchette de certains journaux.

Quant au sort qui en a été réservé à l'instigateur de ces fuites ayant impliqué certaines des grandes puissances occidentales, a été de se voir pourchassé et poursuivi en matière pénale pour avoir divulgué des informations jugées ultra -secrètes par les États-Unis notamment.

Ce qui semble ne pas être le cas en ce qui concerne les motifs ayant conduit le Maroc à mettre sous écoute téléphonique certaines personnalités algériennes les plus influentes sur les plans politique, militaire et sécuritaire par le biais d'un spyware israélien connu sous l'appellation Pegasus.

Quelque 6 000 personnalités algériennes entre civils et militaires ont été cataloguées par l'autorité marocaine entre 2017 et 2019 selon l'information divulguée par le journal Le Monde du 20 juillet 2021, dans le cadre d'une activité d'espionnage minutieusement entretenue.

Il est tout à fait plausible pour les profanes que nous sommes d'avoir à ne pas sous-estimer les bouleversements géostratégiques qui sont intervenus dans la région moyenne orientale et maghrébine, notamment au niveau de la reconfiguration de certaines positions et alliances arabo-israéliennes pour ne pas comprendre la suite des évènements à venir.

La question qui demeure posée est de savoir comment en est-on parvenu à se faire rouler dans la farine d'une aussi basse manière si ce n'est la faiblesse de nos services de sécurité en matière de contre-espionnage.

Un rappel à ceux qui se considèrent les champions de l'esbroufe, pendant que le gros des services de sécurité est dédié à mener la vie dure aux activistes du hirak, la mission principale qui est la sienne, celle de défendre les intérêts suprêmes de l'État, a été complètement occultée.

Mais de quel intérêt peut-il s'agir me diriez-vous ? Est-ce celui de quelques poignées de généraux détenteurs de tous les pouvoirs de fait qui se sont imposés au peuple par la force des armes, ou s'agirait-il du profit de celui qui tire les marrons du feu quelque part là où il se trouve?

En tout état de cause, l'importance du rôle auquel doit être astreint le corps des services de sécurité est déterminant pour la survie d'un État qui se respecte. Aussi, parvenir à le soustraire à toutes ces formes de manipulation et de luttes claniques c'est lui permettre de se consacrer exclusivement aux enjeux de géopolitique et de stratégie globale qui me semble-t-il constituent la menace potentielle à l'existence même de la souveraineté nationale.

 

 

 

 

Auteur
Rezki Djerroudi