Aller au contenu principal
Body

Suite à ses déclarations contre le régime

Peut-on faire confiance à des girouettes comme Omar Ghrib ? (Vidéo)

Invité sur un plateau télé, l’ex-président du MC Alger, Omar Ghrib, a sévèrement critiqué les partisans de la continuité et pourtant...

Qui souvient du fameux match qui a opposé le MC Alger à l’ES Sétif en 2013 au stade du 5-Juillet pour le compte de la demi-finale de la coupe d’Algérie ? Ce débat footballistique s’est soldé par un score de 3 but à 2 au profit du doyen.

Mais c'était une rencontre assez particulière pour l’ex-président du MC Alger, Omar Ghrib, qui a exploité cette occasion pour manifester son soutien au 4e mandat présidentiel à l’aide d’une grande banderole devant des tribunes pleines à craquer en signe de sa campagne à la faveur d’un président absent qui était à ce moment-là, hospitalisé à l’hôpital militaire français du Val-de-Grâce à la suite de son malaise cérébral d'avril 2013.

Sauf, dans cette même échéance de Dame coupe, les protégés d'Omar Ghrib, se sont inclinés en match final devant les Rouge et Noir d’Ali Haddad.

ghirb

Ayant mal digéré la défaite, l’ex-président mouloudéen, avait décidé en compagnie de ses joueurs et son staff technique de boycotter la cérémonie de la remise des médailles malgré la présence des hautes autorités politiques et militaires dont le premier ministre de l’époque Abdelmalek Sellal, ainsi que le chef d’état major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, ce qui lui vaudra d’ailleurs une suspension à vie pour atteinte aux procédures protocolaires.

Mais contre toute attente, en février 2016, la sanction a été miraculeusement levée par la Fédération algérienne de football sous la houlette de Mohamed Raouraoua, et ce, suite à l’intervention de l’ex-directeur de campagne d'Abdelaziz Bouteflika, qui n’était autre que le premier ministre, Abdelmalek Sellal.

En effet, en faisant référence à la fameuse banderole incitant au 4e mandat, qui a été exposée au stade du 5-Juillet  au milieu de pas moins de 70 000 spectateurs, Omar Ghrib a pu convaincre les hautes autorités de le remettre sur le terrain en guise à ses manœuvres appropriées à leurs gains politiques. 

Mais après le soulèvement populaire contre son candidat préféré, l'ex-président controversé a subitement renoué avec ses déclarations publiques en prenant pour cible les même personnes qui sont intervenues pour sa propre personne sans qu’il soit réellement qualifié pour faute de ses compétences sportives et intellectuelles.

 

Auteur
Anès N.
 

Commentaires

Permalien

Ce systeme de prédateurs encourage l'emergence de voyous des bas fonds dans le but d'endormir les jeunes du pays. Il est l'image fidele de ceux qui en haut, en cols blancs sont du même accabit de ce sinistre individu. Que la révolution populaire nettoie ce pays de ces nouveaux harkis !!!

Permalien

Ce systeme de prédateurs encourage l'emergence de voyous des bas fonds dans le but d'endormir les jeunes du pays. Il est l'image fidele de ceux qui en haut, en cols blancs sont du même accabit de ce sinistre individu. Que la révolution populaire nettoie ce pays de ces nouveaux harkis !!!

Permalien

faire confiance à omar ghrib, hahahahahahhahahahahahahahahahahahaaahahahaaaaahaaaaaaaaaaa
il est juste un des clowns du systéme, et il veut sauver sa peau où cas où, mais il reprendra son rôle de flatteur, si le FLN et le RND réussissent leur coup de reprendre le pouvoir en se débarrassant de bouteflika comme ils l'ont fait avec bouhadja, et apparemment c'est ce qu'ils préparent actuellement, ouchaib devenant chef supréme, il organise des éléctions qui mettront oyayou au palais avec une fraude semblable à celle de 1997,
cd qui se passe actuellement est un remake du scénario de 1998, mais il y avait zeroual en poste ce qui fait que la passation s'est bien passée, mais là ceux qui demandent le départ du chef font une grave erreur au lieu de le laisser assurer la transition jusqu'a avril 2020,

Permalien

Quand les médias commencent à donner de l'importance à un dealer QUI A ÉTÉ POURSUIVI pour trafic de stupéfiants.....C'EST LA FIN DES HARICOTS;

Ajouter un commentaire