Aller au contenu principal
Body

COMMENTAIRE

Pourquoi si le dialogue échoue, le pouvoir en sera le responsable

Aujourd’hui, en dépit des réticences de plusieurs partis inclus dans  la coalition des forces de l’alternative démocratique et des syndicats qui tiendront au demeurant une réunion préparatoire aujourd’hui pour étudier les nouvelles propositions pour probablement un assouplissement de leur position qui concrétisera ce changement tant réclamé par le Hirak pour l’édification de cette deuxième république de droit et citoyenne, il faut reconnaître que l’option dialogue gagne du terrain de jour en jour.

Pourquoi ? des partis, des associations et surtout des organisations de la société civile, voire même des personnalités, ne cessent d’adhérer à cette option qui vise une «transition présidentielle» moyennant un réaménagement  technique de la loi électorale et surtout la mise en place d’une autorité indépendante qui aura pour tâche à part la confirmation de cette indépendance de fixer la date de la présidentielle dans les plus brefs délais et de garantir les conditions nécessaires pour la tenue d'une élection régulière et transparente, en sus de l'installation d'une instance nationale indépendante pour la surveillance de cette élection, depuis le début des préparatifs jusqu'à l'annonce des résultats définitifs.

Pour le réaménagement du code électoral, il s'agit de le mettre en conformité avec la nouvelle donne politique et d’une manière consensuelle. Seulement, tous et sans exception posent des conditions préalables pour que le processus du dialogue réussisse.

Partis, organisations, associations et personnalités appellent à la création d'un environnement apaisé à travers des mesures de confiance et d'apaisement, le départ du gouvernement en place, «devenu un facteur important dans l'impasse actuelle » tel que préconisé par le parti de Benflis et Jil Jadid suivra aujourd’hui.

Plusieurs analystes politiques pensent que la déclaration du vice-ministre de la Défense et chef d’état-major des armées sur les préalables et notamment la libération des détenus dits d’opinion, était de trop puisqu’elle constitue aujourd’hui le principal obstacle qui obligera tôt ou tard les pôles au pouvoir à unifier leur position sur le sujet pour lâcher du lest sur cette question, mais pas que…  

1- Le chef de l’Etat n’a pris ses responsabilités 

Au départ, ils étaient 13 membres proposés par le Forum de la société civile pour le changement que préside Abderrahmane Arar, seulement six ont répondu à l’invitation du chef de l’Etat qui, si l’on croit Smail Lalmas, démissionnaire, les a inclus dans sa feuille de route pour les mandater pour entamer ce processus mais il s’est engagé fermement après être convaincu de répondre favorablement à leurs préalables immédiatement sur les mesures d’apaisement mais qu’il verra plus tard celui du départ du gouvernement Bedoui. Bensalah évoquera, selon Lalmas, les limites de ses prérogatives constitutionnelles alors qu’il met et démet chaque fois des ministres des walis et des ambassadeurs.

Cette fuite de ses responsabilités, selon cet économiste activiste, montre bien une fissure dans la vision de la sortie de crise des différentes ailes au pouvoir actuellement. Après le discours de Ahmed Gaïd Salah sur le « niet » des préalables qu’il avait considéré comme un « diktat », le panel devait enregistrer deux démissions sans compter celle de Karim Younès qui est revenu sur la sienne sur intervention de ces collègues membres a savoir : Bendjelloul, Lazhari, Fatiha Benabou qui, selon des indiscrétions ont placé les intérêts de l’Algérie au-dessus des egos des uns et des autres.                                                           

2- Depuis, tout porte à croire que Karim Younès ne contrôle plus rien

Selon nos sources, l’icône  Islam Benatia qui émerge directement de la base hirakienne, a quitté le panel des 13 parce qu’il refusait de discuter avec Bensalah et préfère un dialogue direct avec l’institution militaire détentrice du pouvoir (01), d’autres comme Salhi, Djabi l’ont suivis pour des raisons d’approche. 

Depuis la première réunion qui était réservée à l’organisation et à l’élaboration d’un règlement intérieur, il y a eu un noyautage du panel que même les anciens membres ne contrôlent plus et ne comprennent ni le pourquoi encore moins l’objectif de ces membres de l’ancien système qui ont noyauté leur démarche.

A la question  de cette infiltration de ce panel qu’il coordonne par des profils, des partisans actifs de l’ancien président démissionnaire, Karim Younes répondra que c’est eux qui le sollicitent et qu’il n’osait pas leur demander leur CV pour une simple contribution volontaire. Mais une fois que le mélange a totalement germé, il promet de faire « le ménage ». Une opération qui va retarder quelque temps le déclenchement du processus.

Comment peut-il ignorer trois anciens ministres, un président du Conseil constitutionnel, Tounsi Bensahia du RND ancien vice-président du Conseil de la nation, Omar Aït Mokhtar ami personnel  de Saïd Bouteflika qui s’est préparé pour mener la campagne électorale en France pour le 5e mandat, Abderrahmane Dahmane qui ne s’est pas présenté mais sa venue a été annoncée.

Selon les rumeurs qui circulent tout ce bon monde a été choisi sous l’influence d’Amar Belhimer, Bekkat Berkani et Said Mekkadem en tant que membres de la commission politique sans l’aval de leurs collègues apparemment mis à l’écart. Ce fait accompli est considéré pour ces derniers comme « une OPA sur le panel par les cachiristes en les isolant pour perpétuer les pratiques du système Bouteflika ».

Ce climat exécrable d’abord mettrait le coordinateur dans une situation de des clashs permanents avec les anciens membres pour contester leur isolement politique car versés dans des dossiers techniques. Une fissure est apparue dans la cohésion du panel qui va certainement accélérer son échec.

Dans ce climat peu collégial, le président de la commission politique  Amar Belhimer par qui vient ce noyautage, explique que ce sont des personnalités qui ont été marginalisées par Bouteflika et ajoute : «Nous ne sommes pas une instance de reproduction du système et nous ne le représentons pas». Oublie-t-il qu’être en divergence avec la politique de Bouteflika ne veut pas dire nécessairement qu’on est contre ledit système ? C’est certainement sur cette confusion de concepts qu’il sera difficile pour ce  panel de renverser la vapeur mais faudrait-il l'espérer quand même.

R. R.

Renvoi               https://www.facebook.com/slimane.hadjmed.7/videos/2376414852447523/UzpfSTEwMDAwNDM0MTAxMzkxNTo3MjY4NzIxMjEwNTk2NjY/

Auteur
Rabah Reghis
 

Commentaires

Permalien

Pouvoir un blasphème seul bghal Al chaouia Gaid Salah est le pouvoir et Point final.
Même l'ANP ou armée nationale Pop corn il n'y a que ce vieillard avec quelques trois gardes rapprochés chaouis et bornés et 5 à 8 généraux larbins sont le pouvoir militaire et politique de facto en Algérie
Regarder combien de généraux Gaid Salah a éliminé pour rien car susceptible ignare et vieillard sénile très susceptible l'armée est stressée et pleine de suspicions.
Pire bghal chaouia a gaiditise les services prend la justice dans son patrimoine personnel bensalah ou bedoui juste des ornements civils.
Gaid Salah sait qu'il ne sera jamais président et ça l'enrage comme un sanglier en attendant la balle d'un sniper un de ces jours.
Niveau zéro et lâche de l'armée actuelle souhaitons leurs ces bidasse une vie de château à Guantanamo un ch'allah.
Voilà le pouvoir si Reghis.
Voilà ce que couche l'Algérie après 60 années...
Alors solution on le dit à votre place...
Exécuter Gaid Salah par sa propre armée hétéroclite actuelle ou destruction de l'armée pop corn cette appellation est celle d'un général algérien en retraite.
Humm le Bordel chaoui au sommet de l'armée et de l'Algérie.
Les autres algériens n'ont plus que le suicide la harga ou la guerre urgente.
On vous le jure ce ne sont pas des foudres de guerre nos généraux suffisamment malmenés par leurs épouses et enfants gâtés.
Suivre le regard de Gaid Salah quand il parle et prenez acte de sa presbytie avancée il ne voit rien marche 59 mètres et s'essoufle le gros lard on lui temps une chaise...
Sera a y il un jour comme Jules César éliminé par un coup de couteau de tous les généraux ou alors va y il emprisonner tous les généraux a part son beau fils général major de la deuxième région militaire ou l'autre proche parent à lui le chef de la 5eme RM ou le changriha photocopié sur Gaid Salah.
Tous les deux adorent les dessins animés.
Voilà le cadeau du cupide Bouteflika légué à l'Algérie et oui c'est Bouteflika qui a bloqué sa mise à la retraite en 2003/3004 Pour vieillir ensemble.
Reste à mettre Abdelaziz Bouteflika en prison Gaid Salah est obligé bla yrmmah .
Autrement il sera détruit Gaid Salah .

Ajouter un commentaire