Aller au contenu principal
Body

ARBITRAIRE

Procès de manifestants : les tribunaux ne désemplissent pas

Les manifestations qui ont eu lieu vendredi 9 octobre dans plusieurs villes du pays ont été émaillées d'arrestations de nombreuses personnes. 

Depuis un an, les tribunaux enquillent les procès contre les manifestants pacifiques. A la clé de nombreuses condamnations, des renvoies et des relaxes.

Ainsi à Annaba, certains manifestants arrêtés vendredi 9 octobre à Annaba ont été libérés. présentés devant le procureur du tribunal d'Annaba aujourd'hui dimanche 11 octobre, puis en comparution immédiate, la relaxe a été prononcée pour les cind autres : Samy Zelmati, Aziz Boutasseta, Ramzi Hacini, Ahmed Hafiane, et Abdelkader Boualetmine.

En revanche Hassane Aouadi et Achref Mouissi ont été condamnés à 6 mois dont 3 mois de sursis rapporte le CNLD.

Le parquet a requis 1 an de prison ferme avec mandat de dépôt et une amende de 20 000 Da chacun, lors de leur comparution immédiate au tribunal d'Annaba.

Pour rappel, Ils ont été placés en garde à vue au commissariat central d'Annaba, à la suite de la marche du vendredi 9 octobre.

Au tribunal de Bir Mourad Rai, le parquet a requis 3 ans de prison ferme et une amende de 250 000 Da à l'encontre du détenu Walid Hamzaoui, aujourd'hui, dimanche 11 octobre, lors de son procès au tribunal de Bir Mourad Rais. Le verdict est renvoyé pour le 18 octobre annonce le CNLD.

Il est accusé d'incitation à attroupement non armé et atteinte à l'unité nationale. Walid Hamzaoui a été arrêté dans l'après midi du samedi 3 Octobre, après sa participation à la marche nocturne du vendredi 2 octobre à Birkhadem.

Au tribunal de Tizi Ouzou, présenté en comparution immédiate, Malik Fayed a été placé sous mandat de dépôt aujourd'hui, dimanche 11 octobre. Son procès renvoyé à l'audience du 18 octobre, affirme le CNLD.

A Mostaganem, le procès de Djeloul Ghoual est renvoyé à l'audience du 8 novembre prochain alors qu'il était initialement programmé pour aujourd'hui dimanche 11 octobre. Il est accusé d'attroupement, incitation à attroupement non armé, publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national.

A la Cour de Blida, le parquet a demandé de durcir la condamnation (تشديد العقوبة) contre le détenu Hadj Hassane Mohamed Walid, aujourd'hui, dimanche 11 octobre lors de son procès en appel.

Le verdict est attendu pour le 18 octobre. Hadj Hassane Mohamed Walid a été placé sous mandat de dépôt en avril 2020 et condamné à un an de prison ferme lors de son procès en première instance au tribunal, ajoute la même source.

Il est accusé d'atteinte à l'unité nationale, Outrage à corp constitué, publications Facebook pouvant porter atteinte à l'intérêt national, rapporte aussi le CNLD.

Auteur
L. M.