Aller au contenu principal
Body

Il a toujours refusé villas et terrains

Qui veut spolier Ali Yahia Abdennour de son seul appartement ?

Contrairement à beaucoup de ses «compagnons» de lutte qui ont accaparé le plus beau patrimoine immobilier algérois, Ali Yahia Abdennour est resté locataire d’un appartement qu’il occupe depuis l’indépendance.

C’est un déni de droit doublé d’un règlement de comptes de basse besogne dont fait l'objet le vétéran défenseur des droits de l’homme, Ali Yahia Abdennour. Au-delà de la faute morale, c’est une privation de droit. En l’empêchant d’acquérir l’appartement qu’il occupe depuis 1962, le gouvernement — via une administration manifestement instrumentalisée — commet un impair à l’égard d’un homme qui sous d’autres cieux aurait connu le Panthéon de son vivant.

Oui, Ali Yahia Abdennour, âgé de 98 ans, militant nationaliste, figure de la lutte pour l’indépendance nationale, député de l’Assemblée constituante, deux fois ministre, ténor du barreau pendant de longues années et célèbre défenseur des droits de l’homme,  ne possède pas de villa.

Encore moins, propriétaire d’un simple appartement. Contrairement à beaucoup de ses «compagnons» de lutte qui ont accaparé le plus beau patrimoine immobilier algérois, lui est resté locataire d’un appartement qu’il occupe depuis l’indépendance.

Alors que les quatre locataires ont régularisé leur situation depuis une année par l’achat de leur appartement auprès des Domaines, Ali Yahia Abdennour a été privé de ce droit le plus élémentaire.

" Le Premier ministre qui a couvert et ordonné cette injustice sait qu’elle offense le droit et l’égalité des citoyens devant la loi. Il s’attaque et tente de détruire les militants qui défendent les libertés quotidiennement bafouées (…)", accuse Ali Yahia Abdennour.

Lire la suite sur El Watan

Auteur
Hacen Ouali