Aller au contenu principal
Body

DECRYPTAGE

Rendez le FLN aux Algériens  !

Depuis l’indépendance, les pouvoirs qui se sont succédé n’ont cessé de ternir, pervertir, détourner, récupérer, commettre des faux usages de faux au nom du Front de libération nationale (FLN). Ils ont en exploité le nom, le sigle, les organes d’information et usurpé l’histoire.

Victime d’un hold up, d’une séquestration, et d’un viol  Il a été utilisé à l’insu du peuple, à l’insu des militants qui l’ont créé et porté. Une poignée d’hommes s’en est accaparé afin de légitimer sa prise de pouvoir illicite et l’asseoir sur tout le pays.

Le FLN a été créé en octobre 1954. C’est la  riposte ultime à l’humiliation et la discrimination subies par tout un peuple écrasée par une puissance coloniale  aveugle sourde et muette pendant 130 ans.

Six mois auparavant en mars 1954 naissait le CRUA le comité révolutionnaire d’unité et d’action (CRUA). Ses membres fondateurs sont au nombre de quatre. Deux d’entre eux étaient des centralistes c’est-à-dire membres du comité central du PPA-MTLD  (Parti du Peuple Algérien devenu Mouvement pour le Triomphe des Libertés démocratiques) dont  Benyoucef Ben Khedda était secrétaire général. Les deux autres membres sont issus de l’organisation spéciale (OS : bras armé et clandestin du PPA-MTLD démantelé en 1950), Mostefa Ben Boulaid et Mohamed Boudiaf.

L’objectif du lancement de ce mouvement d’opinion dans la base est de préserver l’unité du PPA-MTLD qui connaît une crise sans précédents entre Messali, le fondateur du parti, et les membres du comité centrale. Le CRUA bien qu’empreint de bonne volonté se retrouve encore une fois au milieu des dissensions entre centralistes et messalistes. Les membres du CRUA issus de l’OS décident de rassembler les anciens « ossistes » ou les « lourds » comme les militants aimaient à les qualifier.

Vingt-deux personnes, quasiment toutes issus de l’OS, se réunissent au Clos Salembier dans la villa de leur compagnon et hôte Lyes Derriche sous l’appellation de « comité des 22 » et décident le déclenchement de l’insurrection armée. Ce groupe a été l’élément déclencheur de la révolution. Il compte en son sein d’illustres noms comme Boudiaf, Ben Mhidi, Didouche, Bitat, Belouizdad, Zighoud, Ben Boulaid pour ne citer que ceux-là.

Ces militants initiés et formés politiquement depuis leur jeune âge par le PPA- MTLD et militairement au sein de l’OS ont acquis par la richesse de leur parcours et la grandeur de leur engagement une conscience politique et des aptitudes qui leur permettent de tracer le chemin de l’indépendance.

Ils déclenchent la révolution sous la bannière du FLN, nouvellement créé, un certain 1er novembre 1954, sans grande préparation et avec le peu de moyens dont ils disposent. Dès 1955 ils commencent à être rejoints par des militants du PPA. Abane Ramdane en rassembleur émérite, assisté des autres membres du CCE, fédère toutes les forces nationales et courants autour du FLN. Il rallie l’UDMA (Union démocratique du Peuple Algérien) conduit par Ferhat Abbas, les Oulémas (Association de oulémas musulmans algériens) présidés par cheikh Bachir El Ibrahimi et négocie un accord  avec Bachir Hadj Ali et Sadek Hadjerès représentants du PCA (Parti Communiste Algérien). Le but est de constituer un front unique, fort, représentatif et uni afin d’accroître l’efficacité de la lutte contre la puissance coloniale.

Cette tranche de l’histoire algérienne est plus ou moins connue des gens qui ont vécu cette période. Les initiés et les spécialistes de l’histoire la maîtrisent. Les jeunes par contre n’en ont qu’une très vague idée. Elle a été rappelée dans ce texte afin de tirer deux enseignements.

Le premier est de comprendre que le FLN n’est pas né spontanément comme se l’imaginent beaucoup de nos compatriotes surtout les jeunes. Il est le fruit de plus de trente années de militantisme et de combat mené par le peuple algérien durant la colonisation. Ses membres fondateurs et militants durant la guerre de libération sont issus de plusieurs autres formations politiques et tendances. Ce ne sont pas des personnes, surgi spontanément, qui ont déclenché le premier novembre et qui ont lutté pendant la guerre. Ce sont des femmes et des hommes initiés familiarisés et entrainés à la chose politique pendant de longues années.   

Le second enseignement que nous pouvons tirer est de réaliser que le peuple algérien a pu dans une certaine mesure exercer le jeu démocratique, du moins dans son côte indigène même s’il est dans une situation de colonisé. Les uns étaient Messalistes, les autres Centralistes ou Udmistes ou encore activaient au sein de l’association des Oulémas. Le peuple algérien avait déjà avant 1954 capitalisé dans sa mémoire collective une dimension politique moderne et démocratique.

Il est entendu que tous les courants au sein du FLN luttaient pour l’indépendance de l’Algérie et l’instauration d’une démocratie comme stipulé dans la déclaration du 1er novembre et au congrès de la Soummam.

A l’indépendance ce ne fut pas le cas. Ben Bella puis, après lui, Boumedienne imposent le parti unique et s’emparent de tous les leviers du pouvoir. Ils privent les algériens de tout exercice politique. Ils inhibent ce patrimoine enfoui dans la mémoire politique algérienne. Ils monopolisent le terrain et étouffent toute idée de contestation ou de critique.  Ils vident le FLN de son âme. Ils interdisent aux fondateurs du FLN de créer leurs propres partis. Ils sont contraints à l’exil pour le faire. Ils sont chassés, mis en résidence surveillée, ou exécutés. Boudiaf, l’un des plus familiers d’entre eux pour les jeunes générations, est de retour au pays en 1992 après un exil forcé au Maroc.

Durant la période coloniale il est militant du PPA, chef de l’OS pour le constantinois, fondateur du CRUA, membre des 22 et fait partie des six historiques. A son retour au pays en 1992 il est le révolutionnaire algérien vivant amassant le plus de titres. Président du HCE (Haut Comité d’Etat) dès son arrivée,  il est lâchement assassiné, en direct, devant des millions de téléspectateurs quelques mois après. Comme s’il s’agissait de débarrasser l’Algérie de l’un de ses fils les plus dévoués et les plus chères, de terminer un travail d’épuration entamé déjà durant la révolution.

Chadli, de la même façon use sans retenue de cette redoutable machine politico administrative qu’est devenu le FLN. Ce qui provoque  les évènements de 1988. Date à laquelle le FLN est le principal responsable, désigné à l’unanimité, par le peuple algérien. On réclame sa mise à mort, sa dissolution. S’en suit une période de troubles qui permet au FLN bis de se faire oublier et de se requinquer.

A l’arrivée de Bouteflika il est remis à neuf et reprend encore du service. Le résultat ne se fait pas attendre, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Il est visible durant les dernières manifestations. Le FLN est insulté, décrié, sali et rejeté par les marcheurs. Encore une fois il est victime de la vindicte populaire.

Aucun chef d’Etat n’a résisté à cette tentation de contrôler ce parti mythique et historique créé par les grands bonhommes de la révolution. En se  l’appropriant c’est le mérite d’avoir conçu et dirigé la révolution qu’ils ont voulu s’attribuer, cherchant à se légitimer à n’importe quel prix.

Si les algériens ne peuvent que se satisfaire de la déclaration du secrétaire général de l’ONM (Organisation Nationale des Moudjahidines) selon laquelle la place du FLN est au musée, il est naturel de se demander pourquoi elle s’est voulue aussi tardive ? Pourquoi nos anciens moudjahidines n’ont pas protégé plus jalousement le FLN ? Pourquoi avoir attendu 57 ans ? Mieux vaut tard que jamais. Rendez le FLN. Il fait partie du patrimoine sacré des algériens et de leur mémoire collective. Rendez aux algériens leur histoire leur fierté leur FLN, le vrai, l’unique.

 

Auteur
Djalal Larabi
 

Commentaires

Permalien

Je ne veux certainement pas du FLN.
Et certainement pas de ce papier à derche,qu’est ELMOUDJAHID.
Ces deux entités sont synonymes de corruption et malédiction,depuis,1962.
Tournons la page.Point.Barre.
Pas de fils de Catins ni de leur messagerie de merde.

Permalien

Ceux qui pensent que la suppression du sigle FLN est la solution aux problèmes de l’Algérie se trompent lourdement.Ce n'est pas le FLN qui pose problème mais son idéologie arabo-islamique qui est malheureusement la matrice principale de la majorité des partis politiques algériens.Vous pouvez mettre le FLN au musée,mais son idéologie macabre est présente dans toute la société algérienne excepté la Kabylie.Or comme l'a écrit un homme politique kabyle,"l'arabo-islamisme est le tombeau de la démocratie".
Je suis déçu par les élites politiques kabyles (libres opinions d' Elwatan) qui n'ont pas retenu les leçons de l’historie.Les kabyles encore une fois risquent d'être les dindons de la farce de la démocratie à l'algérienne.Or les kabyles ne doivent pas être sacrifiés sous l'autel de l'unité nationale au détriment de nos intérêts spécifiques.En un mot les kabyles ne doivent plus retenir leur souffle à chaque élection législative ou présidentielle pour savoir à quelle sauce ils vont être "mangés" (islamisme ou arabo-islamisme ?).C'est la loi de la majorité ! Nous devons éviter ce piège en prenant en mains notre destin en main loin du joug de l'Etat central.
Pas d'Algérie libre sans une Kabylie libre !

Permalien

Voila donc la preuve(ce Nieme recit) qu'aussi bien le fln que le reste ne sont que des mythes. Le gouvernement francais, via son arme'e de mercenaires) a cherche' a trouver une bande de sans scrupules pour la gestion du sous-sol, de ce qu'elle eppelera l'algerie, c.a.d. les terres mal-gere's d'afrique), et elle a reussit. Un peu comme en Australie, ils se retrouvent, les colons, sur une terre riche avec toute une population de congurus, une espeche de corps porte's par 2 jambes, le dos courbus...qu'ils n'osent pas tout simplement eliminer et qui leur casse la tete. L'instint de malhonnetete' les fait exploiter, comme des sous-humains - ce qu'ils etaient et demeurent... A nos jour, on a besoin du francais ou de l'arabe pour communiquer. Vous parlez de politique alors qu'il s'agit-la de geologie... la derniere espece de bi-jambaux a vouloir s'emanciper et humaniser. Arretez de nos entrainer dans la boue encore une fois. A cette epoque-la, la decouverte c'etait le petrole, maintenant c'est l'information et le savoir... Pour gagner sa part de petrole, il fallait faire la course/competition du nucleaire. Pour participer a celle-ci, il fallait engager celle du savoir. Il est temps d'arreter d'embobiner tout ce monde avec des histoires anciennes, ils n'en ont rien a foutre !Les enjeux sont ceux de la gestion de la gouvernance et rien d'autre. Gouverner quoi? Et bien (1) les richesses du territoire et (2) l'ordre publique. Et biensur d'une maniere equitable. Equitable ne veut point dire eguale, mais fait reference a l'equite', c.a.d. une part proportionnelle a l'investissement ou l'effort. C'est ce que tout le monde semble ne pas dechiffrer des remarques des marcheurs. Ils ne demandent pas leurs parts du petrole, ils savent qu'il n'y en a plus - pour bouffer - mais a peine de quoi les valoriser - c.a.d. de quoi les outiller pour s'auto-valoriser. C'est le pretexte utilise' par les delegue's de la france autrefois, puis de tout le monde apres, pour les devaloriser.
A ce stade, toute opinion digne de publication ne doit porter que sur les comment valoriser la personne algerienne, c.a.d. quel sens donner a la citoyennete'. Pour etre plus precis, la mise au point d'un systeme de gouvernance qui n'a d'autres objectifs que la valorisation materielle et autre de la personne algerienne. Un tel systeme etant un ensemble de regles mene'es par un groupe de personnes qualifie'es, selon des regles etablies, se doit d'ennoncer ses principes fondamentaux - dont le 1er biensur sa souverainete' dont le mot d'ordre est l'epanouissement de la personne algerienne. Voila donc, ou une langue vivante et subltile nous fait defaux, car ni l'arabe ni le francais, ne sont NOTRES. Il va falloir louer le temps de mettre sur pieds ce qui notre. Ce besoin est celui de donner un sens a ce terme EPANOUISSEMENT. La question centrale est vraiment de definir qu'est-ce que c'est qu'une personne epanouie, comment et quelles sont les conditions EXTERNES necessaires pour qu'une personne qui s'enguage dans son propre epanouissement, ne soit pas bloque'es d'une part et d'autre part, quelles sont les regles de cooperations qui permettent un gain equitable de tous les enguage's dans un projet constructif ?
C'est a mon avis la tache qui attend les algeriens. Pour y parvenir, il est imperatif qu'une espece d'ordre s'etablissent, c.a.d. que toutes ces mobilisations se transforment en forums de discussions, suivis de la retenue de porte-paroles de differents groupes, a travers tout le territoire, car il y a diversite' aussi bien culturelle qu'environnementale - a traiter comme une richesse et non un handicape - de sorte a deguager des groupes de discussions et reflections dans differentes regions de ce vaste pays.
Je ferais la remarque que le grand du monde qui se mobilise est au nord, nourrit par le sous-terre des gens du sud. Il est necessaire que ces groupes de reflection soient eparpille's un peu partout... seul l'espace compte.

Permalien

L'ARABERIE COLONIALE DANS toute son horreur!
Aprés la coloniale apartheid française et son ramassis de "gitano-ibéro-lusitano-parigo-italo-alsaço-corso-maltais" dit pieds noirs ,et leurs imposture"nos ancêtres gaulois" ,voici ,la perfide,insidieuse métastasique anticivilisationnel coloniale islamouroubi dans toute son horreur et ses ravageurs rejetons des "pieds noirs arabes" du vil okba et des nuisibles envahisseurs benisouleim et autres benihillal et leur "nos ancêtres araboyéménites"
Terre algéroalgérienne amazigh ,terre africaine du nord ,terre méditerranéenne occidentale DEBOUT POUR CONTRER SES PREDATEURS qui veulent transformer TA TERRE CONTINENT "tamazgha" EN UNE IMPOSTURE COLONIALE "MAGHREB DIT ARABE!
Le chantre de l amazighité KATEB YACINE nous avertissait prémonitoirement de cette ravageuse coloniale "islamoaraberie"

https://www.youtube.com/watch?v=HOnJ-L4hWzM

https://www.youtube.com/watch?v=a0WJajggv-I

Terre amazigh ,OH! sainte terre nord africaine ,pourquoi ,donc,tes enfants imazighenes se sont ils laissés "colonisés" par ces prédateurs "pieds noirs araberies" ,ces perfides qui ne t'aiment pas ,mais préférent la terre maudite asiate ,étrangére ,de leurs ancêtres araboyemenites,les belkhadem,saadani,bouchareb et N ONT PAS ECOUTE "LEUR FRERE,LEUR PERE,LEUR GÊNES" KATEB YACINE lorsqu il les avertissait des ravages du colonialisme arabomusulman POURQUOI?

Permalien

Ces predateurs arabo-baatho-islamistes venus du Maroc et d'autres pays arabes ont kidnappes le FLN post independance a leur profits. Du jour au lendemain, des harkis , DAfistes et patriotes de la 25 ieme heure (19 Mars ) ont etaient blanchis par les Ak47 de leur tontons macoutes , specialises dans les eleminations et tortures. Il est temsp que justice soit rendu et que le nom FLN parte au musee.

Permalien

Rien que voir leurs sales gueules de minable, un reve m'a enhavit, celui de les voir pendus au bout d'une corde, et d'aller pisser sur leurs tombes. En attendant, il y a un truc qui tracasse mon cerveau, je n'arrive pas a comprendre ce deferlement de larbins qui se prosternaient avant le 22 fevrier devant le cadre de fakhamatou pour devenir subitement des opposants au sytheme. J'ai consulte ma boule de cristal, quoique j'aime pas la voyance, ce retournement de veste n'est pas fortuit, il a ete ordonne par la chambre noir. Ceux qui restent encore parmi les larbins au sein du systheme non pas encore recu l'ordre de faire defection. C'est ainsi qu'ils vont reussir a s'infiltrer parmi le peuple, pour detourner l'attention du peuple des vrais objectifs. Ceux qui essayent de propulser l'armee pour prendre les commande. Je ne crois pas qu'il y a algerien qui possede un minimum de conscience qui deteste son armee, c'est rare de trouver une famille algerienne qui n'a pas un membre dans cette armee, c'est elle qui protege les 6000 kms de frontieres, et seul le bon dieu, et les satellites des grandes puissances qui savent combien de sanguinaires rodent autour, et sans oublier les cellules dormante qui se trouvent a l'interieur, ils attendent la moindre occasion pour transformer l'algerie a un enfer sur terre. Les militaires doivent s'occuper de role, et d'arreter de nous fabriquer des presidents.

Permalien

depuis 1962, le FLN est le cheval de troie pour la france et ses collabos, pour en faire un instrument de destruction de l'agérie de l'appel du 1er novmbre 1954,

Permalien

PPA-MTLD a été créé par des kabyles et non pas par Messali

Permalien

Sur la photo de gauche a droite : un Tunisien, un Yemenite et un Marocain. Toute cette mafia d'origine etrangere ramene par l'armee des frontieres en 192 , qui as fait des Imazighen des etrangers dans leur propre pays. Il ya de quoi pleurer du sang !

Permalien

c'est votre PFLN, vous pouvez le garder, votre moyen de fraude, de louvoiement et de népotisme,
le peuple a son FLN, celui de boudiaf, zighout, didouche, bitat, krim, benboulaid, celui de l'appel du 1er novembre 1954, symbole de fierté, liberté et nationalisme, et il est dans le cœur de tous les algériens, vieux et jeunes,

Permalien

Le militaire et le politique : deux visions différentes de l’intérêt de la Nation ?
Chers amis, notre Armée est issue de ce grand peuple et nous sommes tous avec notre belle armée que nous aimons tous sauf ces généraux qui ne représentent qu’ eux même et non cette belle armée et encore plus ce grand peuple voilà, vive l'armée algérienne issue du peuple et seulement du peuple.
Le peuple choisit librement ses représentants, donc La représentation du peuple n'a d'autres limites que celles fixées par la Constitution et la loi électorale.
Le Chef de l'armée a des compétences purement militaires pas politiques
Mais L’Armée dans la caserne et le Politique à l’assemblée sous la régie du peuple, donc Le peuple est la source de tout pouvoir et le politique Il est au service exclusif du peuple
A Nous grand peuple Algériens, la détermination de de notre Union solide et forte à notre mouvement d’aujourd’hui mène au succès de demain et garantir l’avenir de nos enfants sans oublier cette belle jeunesse, ou son Histoire et inscrite à jamais dans nos mémoire et dans l’histoire de l’humanité de ce bas monde.
L'Algérie est une République Démocratique et Populaire. Elle est une et indivisible. La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple.
« La démocratie se confond exactement, pour moi, avec la souveraineté nationale. La démocratie, c’est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave. »
Ci-joint ces deux liens Cordialement Dr Ismail GUELLIL
https://www.facebook.com/Elhiwardz.official/videos/2116162038501393/
https://www.facebook.com/ismail.parislablanche/posts/1489349004535008

Ajouter un commentaire