Aller au contenu principal
Body

REGARD

Ressuscitez l'OMSE… sauvez nos enfants !

L'Olympique Moustakbel Sahel El Djazair (OMSE) est un club algérois fondé en 1944 et basé à la commune de Bologhine.

Au début, ce club prit le nom de l'Olympique Musulman de Saint Eugène, pour permettre aux joueurs  musulmans  d'avoir un espace sportif d'expression, étant donné qu'ils ne pouvaient évoluer dans des équipes coloniales. Il comportera par la suite en ses rangs de futurs joueurs professionnels  dans le championnat français, à l'instar de Mustapha Zitouni, Mohamed Maouche et Dahmane Defnoun, avant que ces derniers ne rejoignent l'équipe emblématique du FLN.  

Après l'indépendance, d'autres disciplines ont été créées telles que le basket-ball et le Handball. Se basant dans les hauteurs de Bologhine, leurs stades ont vu défiler plusieurs générations de jeunes qui vivaient généralement à proximité… J'en faisais partie de ces générations, ainsi que mon père, mon frère et mes oncles. 

Je me souviens qu'après l'école, la plupart des jeunes du quartier se dirigeaient vers le stade pour faire du sport, nos entraîneurs étaient tout simplement nos seconds enseignants après ceux de nos écoles, et cet  apprentissage que nous considérions comme une simple détente après une longue journée d'études, était en vérité une sorte de continuité. Ainsi cet espace temporel dans lequel on croyait jouer n'était qu'un cheminement vers une discipline ainsi que d'autres qualités qui allaient nous permettre de s'épanouir dans notre vie.

 J'ai eu cette réflexion en constatant l'aboutissement de la vie de mes anciens coéquipiers. J'ai su que ce petit espace dans notre quartier a fait de nous des architectes, des médecins, des enseignants, des cadres dans le domaine du sport mais aussi des athlètes qui ont porté haut les couleurs nationales comme les frères Khaies ou des arbitres internationaux à l'instar de Djedidi, Chachoua et Zouaoui, tous issus de notre école. Cet espace si petit a tout simplement élargi et étendu nos horizons. 

Hélas, la conséquence de l'absence et l'insouciance des autorités a été lourde, puisque le stade a fini par fermer ses portes, il est devenu un lieu abandonné, fade et sans âme. Une désolation morbide y règne depuis l'année 2004. Ce stade considéré autrefois comme le plus beau stade ouvert à Alger est devenu un espace propice pour des délinquants qui viennent s'abriter en ses lieux pour s'adonner à la consommation de toutes sortes de drogues. 

De nos jours, les jeunes ne font qu'errer dehors, et nous avons tous une idée sur ce qui peut germer dans l'espace vide. Ce triste dépeuplement ne s'est pas arrêté là, étant donné que le stade du handball et la salle des sports (Arts martiaux) qui se trouvent dans les hauteurs de Notre Dame d'Afrique ont également fermé leurs portes.

Du fait de la passivité et de l'indifférence affichées par les autorités, les habitants de Notre Dame d'Afrique doivent réagir ne serait-ce que pour sauver notre jeunesse des dangers de la rue. 

Auteur
Zoubir Lounes