Aller au contenu principal
Body

COMMENTAIRE

Saïd Bouteflika : deux ans de prison, rien que ça !

Saïd Bouteflika, frère et ancien conseiller du président algérien déchu, a été reconnu coupable d’« entrave au bon déroulement de à la justice». Le comble pour un homme qui faisait et défaisait les carrières de ministres, walis et autres hauts commis de l'Etat.

Rien que ça ! Deux ans de prison contre Saïd Bouteflika. L'ancien président-bis de l'Algérie et cadet du défunt ex-président Abdelaziz Bouteflika, a été condamné, mardi 12 octobre au soir, à deux ans de prison ferme par un tribunal algérois pour « entrave au bon déroulement de à la justice », a fait savoir l’agence de presse officielle Algérie Presse Service (APS). 

Le parquet avec requis sept ans ferme contre M. Bouteflika, qui a comparu devant le tribunal criminel de Dar El Beïda, à l’est d’Alger, où il était poursuivi avec d’autres anciens responsables pour « incitation à falsification de documents officiels », « abus de fonction », « entrave à la justice », « incitation à la partialité de la justice » et « outrage à magistrat ». A contrario, ceux qui étaient presque sous ses ordres sont plus lourdement condamnés. C'est là l'un des mystères de cette institution judiciaire dont les verdicts sont imprévisibles et incompréhensibles.

Le principal accusé dans ce procès est l’ancien ministre de la justice Tayeb Louh. Il a été condamné à six ans de prison, tandis que l’ancien patron des patrons, l’homme d’affaires Ali Haddad, a été condamné à deux ans ferme, a précisé APS. L’ancien inspecteur général du ministère de la justice, Tayeb Belhachemi, a également été condamné à deux ans d’emprisonnement. Le tribunal a prononcé l’acquittement de six autres accusés.

Auteur
L. M.