Aller au contenu principal
Body

SCANDALE

Saïd Chetouane (15 ans) : "J'ai été violé. Nous étions traités comme des chiens"

Dans un témoignage glaçant, Saïd Chetouane (âgé de 15 ans) a fait état, à sa libération, des pires sévices qu'il avait subi dans un commissariat. Sa mère interpelle Tebboune et le ministre de la Justice. En fin de journée, la sureté de wilaya a annoncé l'ouverture d'une enquête.

Dans cette vidéo témoignage, le jeune Saïd Chetouane donne des détails particulièrement choquants de ce qu'il a subi dans un commissariat à Alger. 

Un jeune ajoute que "nous avions été embarqués et maltraités. Nous n'arrêterons pas". Dans une autre vidéo, le jeune militant Mohamed Tadjadit affirme explicitement que Saïd Chetouane aurait été violé ou subi une agression sexuelle. C’était au commissariat, précise les témoins.

Les faits ont eu lieu hier samedi à Alger. Une tentative de marche à partir du quartier de Bab El Oued a été violemment réprimée. La police a procédé à nombreuses arrestations, essentiellement des jeunes. Certains n'ont été relâchés que tard dans la soirée. Saïd Chetouane faisait justement de ces jeunes manifestants pacifiques arrêtés et emmenés dans des commissariats d'Alger.

Cette énième affaire éclabousse sérieusement la réputation de l'institution de la police. Une enquête sérieuse et impartiale doit être menée pour lever le voile sur ces dérives.

"Une enquête doit être ouverte immédiatement afin de mettre fin à ces actes inhumain, de tortures qui sont des violations graves des droits Humains et de la dignité humaine", écrit le Comité national pour la libération des détenus.

“Les révélations des Hirakistes se poursuivent, déclarant être victimes de torture et de viol lors de la garde à vue, et ce, malgré les appels urgents et les différentes interpellations de la LADDH des autorités politiques et judiciaires pour l’ouverture d’une enquête impartial” souligne la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme.  Elle estime qu’il s’agit là de “faire la lumière et actionner des poursuites judiciaires pour dire le droit et faire justice”.

Dans un communiqué rendu public dans l'après midi, la Sureté de wilaya d'Alger annonce l'ouverture d'une enquête. "Après la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux à travers laquelle ses auteurs affirment qu’un mineur aurait été maltraité au niveau d’un commissariat à Alger hier samedi 3 avril, les services de la sûreté de la wilaya d’Alger ont informé le procureur de la République. Ce dernier a ordonné l’ouverture d’une enquête".

La même source poursuit : "L’adolescent en question a été entendu en présence de sa mère. Il a également été examiné par un médecin légiste avant d’être libéré en compagnie de sa mère". 

La sureté de wilaya d'Alger annonce enfin que "l’adolescent et son tuteur légal ont été convoqués, ce dimanche 4 avril et nous informerons l’opinion publique concernant les résultats de l’enquête".

Ces graves révélations de violations de la dignité humaine sur un adolescent dans l'Algérie de 2021 rappellent tristement le viol du jeune Walid Nekkiche dont l'affaire n'a pas connu d'aboutissement. Aucune information n'est rendue publique sur l'enquête qui a été diligentée début février dernier sur cette affaire malheureusement. 

Auteur
Yacine K.