Aller au contenu principal
Body

BIEN-ETRE

Santé : “Nos méthodes de cuisson actuelles nous tuent à petit feu”

Source : © Marion Kaplan

Et si vous commencez à cuisiner vos aliments à la vapeur douce durant ce Ramadan ? Nombreux sont les spécialistes qui s’accordent à dire que la cuisson réduit considérablement la teneur en nutriments des aliments, et avec notre capital santé.

Durant le jeûne, il est important d'apporter les nutriments dans un certain équilibre, au risque de développer à long terme certaines maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension artérielle ou certaines maladies coronariennes. Malheureusement en Algérie, la malbouffe se développe à une vitesse vertigineuse. Déjà en 2005, une étude nationale a révélé que la consommation alimentaire quotidienne des Algériens ne respecte pas les recommandations internationales pour tous les groupes d’aliments. Pour les fruits elle est trop faible (0,6 fruit/jour au lieu des 2 recommandés) les légumes (0,8 au lieu des 3 recommandés), faible aussi pour les laitages, les protéines animales et végétales (1,15 contre 2 recommandées). Par contre, les produits gras et sucrés sont très élevés (2,7/ jour contre 1 recommandé) les céréales (3,8 contre 3). La situation est tellement grave qu’elle suscitait la grogne des nutritionnistes et le réveil des députés.


En plus de la malbouffe et des choix alimentaires qui ne suffisent pas à combler les carences, la cuisson les aliments a également une incidence sur la nutrition. La chaleur produite lors de la cuisson détruit et rend inassimilable une bonne partie des nutriments, lesquels sont essentiels au bon fonctionnement du corps et des fonctions cognitives. Résultat, nombreux sont ceux qui se contentent de suppléments alimentaires, de jus et des recettes à base d’aliments crus en utilisant des robots multifonctions pour combler leurs carences en vitamines et en nutriments, mais il existerait d’autres alternatives.

Cuisiner ses aliments avec la vapeur douce respecte le goût et la texture des aliments tout en préservant leur valeur nutritive — contrairement aux autres modes de préparation. Cette forme de cuisine, pratiquée depuis plus de 6000 ans en Chine, a commencé à avoir le vent en poupe depuis une vingtaine d’année grâce à la nutritionniste Marion Kaplan et de sa célèbre invention “le vitaliseur de Marion” — invention qui a fêté ses 30 ans en 2015. Cette prouesse technologique, réalisée avec l’ingénieur chimiste André Cocard, permet de cuire à la vapeur douce (95°C à cœur de l'aliment) et d’allier ainsi les “normes biochimiques et biophysiques, entraînant un goût incomparable, une texture respectée et une vitalité perceptible”. Depuis, Marion Kaplan n’a de cesse d’améliorer son invention, en y ajoutant en outre de nouveaux paramètres physico-chimiques, en calculant le diamètre des trous, leur nombre et leur répartition sur le nombre d’or, mais également dans les proportions de la marmite, tamis, couvercle, qui, si on les coupe en transversal, répondent également à ce nombre.

Nos “méthodes de cuisson actuelles nous tuent à petit feu”
 

hg
Marion Kaplan. Source : https://www.vitaliseurdemarion.fr/

D’après Marion Kaplan, varier son alimentation et manger raisonnablement, à des heures régulières ne sont plus tout à fait suffisants aujourd’hui car ses méthodes ne permettent pas de garder les aliments vivants. “Comme ces éléments doivent rester vivants pour être utiles à l’organisme, la diététique prescrit de respecter cette vitalité jusque dans l’assiette.” indique la nutritionniste, ce qui n’est pas le cas, d’après elle, pour les autres modes de cuisson.

En effet, cuisiner au four, à la poêle et au barbecue “génèrent des goudrons et hydrocarbures par leurs températures élevées, en provoquant une concentration de graisses animales.” Le micro-ondes n’est pas non plus en reste, car “Il détruit les électrons indispensables aux réactions métaboliques et aux échanges cellulaires. Il modifie radicalement la structure des aliments au point de rendre certaines protéines toxiques”. Quant à la cuisson à l’autocuiseur et toutes les cuissons à la vapeur dure (vapeur sous pression, eau bouillante), elles “rendent les sels minéraux inassimilables, tuent les enzymes et la plupart des vitamines.” Résultat : l’alimentation est souvent appauvrie en ses diverses méthodes de cuisson, ce qui résulte fatigue chronique et multiple carences, voire des maladies chroniques.

fd

Vitaliseur de marion : Source : https://www.vitaliseurdemarion.fr/

Changer notre “culture de cuisson”

D’après la nutritionniste, il est essentiel de changer nos méthodes de cuisson et commencer à intégrer la cuisson à la vapeur douce. “Grâce aux progrès considérables de la biochimie cellulaire, la diététique a désormais mis en lumière l’importance des éléments vitaux contenus dans les aliments, vitamines, oligo-éléments et sels minéraux. Le corps a besoin chaque jour pour se régénérer et vivre”. Mais les méthodes actuelles de cuisson détruisent ces éléments vitaux.
Cuisiner avec la vapeur douce permet aux sels minéraux et aux vitamines d’être préservés lors de la cuisson : “plus besoin de compléments alimentaires”. Et dans le cadre d’un régime contrôlé, cette méthode“ aide à mincir sans frustration, grâce à une cuisson sans matière grasse qui préserve le goût des aliments, débarrasse les graisses nocives, et rend la digestion plus facile,” rappelle la nutritionniste.

Rappelons finalement que l’une des meilleures façons de consommer les légumes est, tout simplement, de ne pas les cuire et donc aussi d’en manger certains crus !

 

 

Ajouter un commentaire