Aller au contenu principal
Body

DECRYPTAGE

Sonatrach : errances prospectives et réalités

Il faut signaler d’emblée de quels médias s’agit-il ? Si le doyen de la presse écrite "El Moudjahid" le prend ainsi, cela se comprend aisément.

En effet, Sonatrach fait l’objet ces derniers temps d'attaques virulentes par des blogueurs et certains journaux électroniques qui émettent de l’étranger, il est donc du devoir d’un quotidien public de prendre la défense de la première mamelle de tout le pays.

Ainsi dans sa livraison d’aujourd’hui, 27 mars 2021 le doyen des quotidiens nationaux s’est livré à quelques lignes tout à fait informatives sans pour autant s'aventurer à une quelconque analyse et c’est tant mieux car il était dans son rôle (01)

Mais un autre site électronique sponsorisé par deux filiales du groupe à 100% Sonatrach, à savoir ENGTP et Naftal, s égare dans une analyse pour s’adonner à une propagande qui s’apparente à un culte de personnalité jusqu’à faire l’éloge du président de la république en insinuant être à l’origine de la stabilité du management de Sonatrach en gardant le PDG de Sonatrach actuel alors qu’il n’y a pas si longtemps d’autres sources en disent autrement. (02) (03)

Il faut souligner par ailleurs que de telles errances dans les analyses prospectives pourraient être contreproductives pour un réajustement managérial parfois nécessaire et fallacieux pour une prise de décision sérieuse.   

1- Qu’en est-il concrètement ? 

Sur la base d’un simple Tweet sur les réseaux sociaux l’Union Internationale du gaz (IGU) a rappelé le rôle de l’Algérie dans l’approvisionnement en gaz de l’Europe. Il ne s’agit pas d’une déclaration officielle mais d’un Tweet de quelques lignes dans son compte Twitter que cette ONG assume bien entendu mais faut-il pour autant le prendre comme argent comptant pour faire tout un plat ? 

Pour cette organisation l’Algérie est un pays fiable et a montré ces 50 dernières années qu’il se soucie pour maintenir ces clients en Europe « au chaud industrialisés et électrifiés.» Bien entendu, le doyen des journaux nationaux rappel pour mémoire en la circonstance la destination du gaz Algérien à  travers les infrastructures de gazoducs ou par shipping notamment l’Italie 35% ; l’Espagne 31%, la Turquie 8,4% pour l’IGU, ces chiffres s’arrête à l’année 2019 mais les médias publics que ce soit "El Moudjahid" ou l’Agence Presse Service (04) ont tenté maladroitement de mettre cet éloge «twitté » dans le bilan de Sonatrach 2020 soit une production des complexes GNL de 24 milliards de m3 et un volume global des exportations Algériennes de gaz de 40 milliards de m3 soit une rentrée en devise de près de 7 milliards de dollars. 

2- Quel crédit donner à ce tweet ?

Lorsqu’une organisation comme l’IGU qui  compte 85 membres fondateurs, 15 membres associés Premium et 62 membres associés sur 5 continents dont les propres concurrents directs de l’Algérie en Europe commence à faire des éloges sur un de ces membres, il faut toujours les inclure dans une veille stratégique et ne pas en  faire « la danse du ventre.»

En effet, ce qu’a déclaré l’IGU sur la fiabilité de l’approvisionnement en gaz dans son marché traditionnel et de proximité qui est l’Europe et le sérieux contractuel de l’Algérie, personne ne le conteste aussi bien ceux qui reçoivent le gaz que nos concurrents directs mais peut être que le message ainsi twitté appelle à cette continuité que les partenaires constatent avec regret certaines défaillances ces quatre dernières années durant lesquelles aussi bien l’Union Internationale du Gaz que le Forum des Pays Exportateurs de Gaz (GECF) ont été déroutés par le  double discours des principaux managers qui ont la charge du secteur des hydrocarbures en Algérie avec bien entendu la réalité constaté de visu sur le terrain. 

D’abord il ya  moins de deux mois, Mohamed Cherif Belmihoub, ministre chargé de la Prospective «dans un diagnostic inquiétant de la situation de l’économie nationale dressé au cours d’une conférence de presse, tenue au siège du quotidien Echaab, a soutenu que l’Algérie n’exportera aucun baril de pétrole entre 2025 et 2030 si la tendance à la hausse de la consommation énergétique se poursuit, soit dans un scénario de laisser-faire.»(05). De l’autre côté, le Président Directeur Général de Sonatrach Tawfik Hakkar déclare le contraire « notre objectif est de renouveler le réserves consommées à plus de 100%, actuellement nous sommes à 90% de taux de renouvellement.» (07) 

En plus, l’Italie et l’Espagne qui prennent à eux seuls 65% de gaz naturel crient au déficit sur le terrain en 2020. 

Ainsi Sonatrach a baissé de plus de 25 %  en moins de 4 ans passant de 54 milliards à 40 milliards sachant que contrairement à la contrainte OPEP pour le pétrole, il n’y a aucune retenue pour le gaz hormis les performances de Sonatrach.

L’Algérie avait avancé à ces mêmes organisations le 27 janvier 2017 qu’elle comptait exporter plus de 56 milliards en 2017 pour atteindre les 70 milliards d’ici 2020 alors comment s’enorgueillir avec moins de 40 milliards voire de moins en moins. (08)   

3- Sur le terrain, ce n’est pas très réjouissant non plus 

Bien avant la crise sanitaire,  au premier trimestre 2020,  les rapports de l’OPEP, montrent clairement que Sonatrach n’arrivait pas à produire  son quota 1.056 Mb/j de production de pétrole, la moyenne du trimestre étant de 1,018 M b/j soit 40 000 b/j de moins que le quota algérien, c’est techniquement une très mauvaise maîtrise de la chaîne de production. Le même trimestre l’organisme national des statistiques (ONS) devait alerter sur une forte baisse du taux de  croissance à moins 13,4%. En plus du grave incident d’El Merk, Sonatrach avait connu un nombre sans précédent d’autres incidents pour défaut de la gestion de maintenance de l’aveu même de l’ancien ministre de l’énergie Abdelmadjid Attar. 

En 2020, des arrêts importants, tel que le complexe de liquéfaction du gaz naturel situé à Skikda (GL1K),  après un arrêt général de 7 mois pour des travaux de maintenance, ayant largement excédé la durée des deux mois initialement prévue. Sonatrach a accusé un  retard d’une année pour la mise en route du boosting de la phase 3 de Hassi R’mel avec une perte estimée à plus de 7 milliards de m3  cette même année.

La production du projet d’In Salah est descendue du premier trimestre 2020 de 22 millions de m3/j à moins 9 millions de m3/J, pour des problèmes de maintenance. 

Le bilan de la firme italienne ENI révèle une baisse de 50,9%. Les exportations gazières de Sonatrach vers l'Espagne ont baissé de 46%, en conséquence: pertes des marchés au profit des concurrents de l’Algérie  comme le Qatar, l’Egypte ; la Russie et surtout le gaz de schiste américain en Espagne.

Enfin Sonatrach a montré un défaut d’anticipation et de stratégie commerciale, qui ont porté préjudice au pays. (09) (10)

Rabah Reghis

Renvois

(01)-https://www.elmoudjahid.com/fr/economie/l-union-internationale-du-gaz-fiabilite-de-l-approvisionnement-de-l-europe-par-l-algerie-7523?fbclid=IwAR3HtBUwX1qe3l75lP-KiYqjA-mvQZXOBBW0pAEyUTPJ1tbQhiNHMlEdCew 

(02)-https://www.lapatrienews.com/sonatrach-prend-des-galons/?fbclid=IwAR0piBd9xF_aydNyisN_c5sHKr0T_eV07AGbvQUF7rzSdKPoeAGPs-Tc6pE

(03)-https://www.lapatrienews.com/sonatrach-activite-raffinerie-et-petrochimie-objectif-zero-importation-de-carburants/?fbclid=IwAR1OHbnj6iTWvFK6K_GNbbz5x3EBRg50Dh3RRULZ4ffYoeVRgGR_4Nqx5x0                 

(04)-https://www.aps.dz/economie/119660-l-union-internationale-du-gaz-souligne-la-fiabilite-de-l-approvisionnement-de-l-europe-par-l-algerie 

(05)-https://www.reporters.dz/capacite-dexportation-dhydrocarbures-a-lhorizon-2030-la-cote-dalerte/ 

(07)-https://www.algerie360.com/le-pdg-de-sonatrach-evoque-situation-economique-de-lentreprise/ 

(08)-https://www.agenceecofin.com/trade/2701-44311-l-algerie-envisage-d-exporter-56-milliards-de-m-de-gaz-en-2017

(09)-https://www.echoroukonline.com/%d9%82%d8%b7%d8%b1-%d8%aa%d9%86%d8%aa%d8%b2%d8%b9-%d9%85%d9%86-%d8%a7%d9%84%d8%ac%d8%b2%d8%a7%d8%a6%d8%b1-%d8%b5%d8%af%d8%a7%d8%b1%d8%a9-%d9%85%d9%88%d8%b1%d8%af%d9%8a-%d8%a7%d9%84%d8%ba%d8%a7%d8%b2/ 

(10)-https://www.mees.com/2020/7/31/corporate/algeria-more-ep-mous/678aec80-d337-11ea-a97c-9d17dfd75c70

Auteur
Rabah Reghis